samedi 28 mars 2015

AOC - Du gâteau

Toute à son bain, Marie laissait fondre le chocolat pour qu’au mieux il s’étale sur sa taille au pire s’épanche sur ses hanches alors qu’à son insu un chinois louche fouettait le cul de poule où les blancs se montaient le bourrichon sous l’œil goguenard du fusil. Du piano montait un air de mandoline dont la batterie se souciait comme d’une guigne alors que la salamandre grillait d’enfer.

Patient, le chinois se promit de ne pas foncer trop vite pour éviter la tarte mais tâter l’umami ; c’est que jusque-là, aucune ne lui avait donné satisfaction : Charlotte, Victoria, Madeleine, Suzette et encore moins Maryse n’avaient cette saveur sublime qu’il espérait tant. Son maitre exerçait dans le domaine du parfum mais lui n’avait rien d’une grenouille qui se ferait rouler dans la farine…

Seulement voilà, il n’avait pas prévu l’arrivée d’Arlette.

Arlette c’était vraiment la tuile et quand elle lui est tombée dessus il en a perdu le goût, surtout celui des deux sœurs qu’il retrouva comme la rate : au court bouillon ! Ces deux-là ne s’en laissaient pas compter et chez elles, point d’étamine autre que florale qu’on se le dise !

Au menu du jour, les belles avaient décidé de se régaler avec Alexandra sans pour autant se prendre pour les reines du Danemark.

Elles avaient un gros faible pour ce délice riche en amandes, abricots et chocolat, même si elles doutaient un petit peu qu’elle navigua naguère dans les mêmes eaux qu’elles…. A moins… à moins que la perversion ne fût poussée à son extrême limite et que l’on osa donner son nom à un gâteau qui ne représentait rien d’autre que les goûts de son époux ? Un comble !

Tout à sa fuite, le chinois eut le temps d’entendre ce que ses oreilles refusèrent de laisser arriver aux neurones mais son estomac ne put que se révulser lorsque la douille chuta sur :

« Ma chérie, veux-tu que je te dise ? Ton corps, c’est du gâteau »

5 commentaires:

  1. Dans la chute la douille a chuté... j'ai eu peur! Il y a si peu entre pétrir et contrepétrir :)

    RépondreSupprimer
  2. Mais qui donc ici parle de chat, fusse-t-il cryptochide ? Mmmmmm ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fût-il bien sûr (avec ou sans le trait d'union)

      Supprimer
  3. Ça valait le coup d'attendre... " Toute à son bain virgule Marie un délice et le reste drôlement bien accommodé...

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".