dimanche 18 septembre 2016

Stouf - Chaque paysage est un état d'âme 2

Chaque pays sage est en état d'alarme ...

Il fit ce qui est droit aux yeux de l'éternelle, mais avec un cœur qui n'était pas entièrement dévoué. On ne fait pas mourir les enfants pour les mères, on ne fait pas mourir les mères pour les enfants, amen ! La messe était dite et Zoria sortit tranquille de ce lac placentique où elle se sentait ici et maintenant à l'étroit. Une lumière vive inonda ses yeux et son âme et son instinct comprit qu'elle en possédait une,
sans vraiment comprendre le sens de ce mot ( même le jour de sa mort, lorsqu'elle fut très, très, très, vieille), elle le trouva plutôt beau mais ne l'employa jamais durant toute sa vie...

Tout de suite Zoria eut une place dans ce pays sage, il était beau, il sentait bon des tas de trucs qui sont dans le registre des admissions collectives et l'aloi y était cool.
Tout de suite des mains la touchèrent, la firent tourner et voler dans les airs, des lèvres mouillées furent collées sur son visage...des jeunes, rebondies et gaies, des vielles, flétries et légèrement nauséabondes. Zoria écouta son instinct et il lui dit que tout allait bien, c'était normale, mais elle se mit aux aguets, éveillée à l'afflux.

Pourtant elle aimait parler (sans un mot) à ce monsieur ange qui venait un peu remonter les draps le soir au moment de s'endormir, lui il la comprenait et elle pouvait tout lui dire des souvenirs de ses autres vies, elle avait confiance. Monsieur ange souriait tout le temps, il disait toujours oui et jamais mais, il lui faisait confiance. Il était là pour elle et semblait le gardien de toute son humanité à elle, c'était tranquille. Pourtant...un jour...ange posa son doigt sur la bouche de la petite fille et elle oublia tout...toutes les autres vies, les lieux de passage, comment faire pour...non, elle ne savait plus rien.
Booon ...qu'elle est cette odeur magnifique, des frites, je peux en avoir ?

La dame jolie qui s'appelait maman portait dans sa main un espèce de machin appelé biberon et Zoria tourna sa tête vers la gauche pour refuser (ce que politiquement elle fit tout le reste de sa vie) et ...vit plein de gamins qui s'empiffraient de friiites en rigolant avec plein d'huile qui leur coulait autour de la bouche, elle fut dégoutée de la vie et espéra grandir très vite afin de se joindre à eux pour toujours.

Ainsi va la vie Sister, nous voulons toujours autre chose alors que le présent est là, qui nous est donné ici et maintenant.
Qui c'est qu'a parlé...c'est toi monsieur ange ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".