lundi 3 octobre 2016

Bricabrac - En un soir chaud d'automne

Le poète contrarié

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne,
Je me dis c’est parti pour un joli sonnet,
Evitons cependant toute banalité,
Et biffons des saisons la ronde monotone,

Ô facile rime, que partout l’on fredonne,
Grisettes et voyous sifflotent ce couplet
Léger. Ce soir, le vent est doux comme un baiser,
Dans les allées l’amour volète et papillonne.

J’attrapai mon traité de versification,
Je me grattai la tête et taillai mon crayon.
Las ! Des dahlias, asters et roses remontantes,

Le parfum énivrant, le jupon des corolles,
Me donnèrent soudain l’envie de cabrioles,
De râles, de soupirs et d’amours haletantes.

7 commentaires:

  1. Les soirs d'octobre sont traîtres, ils donnent soudain de élans de printemps: "Ce soir, le vent et doux comme un baiser". Eh! oui!...

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir!
    J'ai eu la même pensée que Lorraine: Mais c'est un poème de printemps!" :-).
    Et un vrai plaisir à lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant, les fleurs ne sont ni primevères, ni pâquerettes, ni tulipes ou jonquilles ...

      Supprimer
  3. Arpenteur d'étoiles7 octobre 2016 à 18:13

    le poète contrarié en temps que poète ... mais en tant qu'homme, pas du tout :o)

    RépondreSupprimer
  4. hé bien, voilà que le poète se pâme :)

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".