lundi 17 octobre 2016

Célestine - Ce matin trois cheveux blancs

Dans la glace teintée de rose, ce matin en me levant, trois chevaux blancs galopent sur la frange de mes cils. Leurs naseaux frémissants m’émeuvent. Et le vent de la Camargue, tout chargé de sel et d’épices, courbe les oyats sur les dunes, fins comme des chevelures. Les flamants roses sur l’étang promènent leurs longs cous oscillant de l’eau au soleil et du soleil à l’eau dormante. L’astre miroite en étincelles sur la surface de la mer alanguie comme une femme lorsqu’elle s’offre un doux moment.

Un goéland griffe le ciel de son aile claire et joyeuse. A peine entend-on le bruit d’une barque qui clapote et soudain…
- Hé ! Célestine…pst ! pst ! Euh…
- Plaît-il ?
- Il y a gourance ! C’était cheveux…
- Quoi ? Qu’est-ce encore ?
- « Dans la glace ce matin, en me levant trois cheveux blancs… C’était cheveux, pas chevaux. Tu t’es gourée.
- Je les ai vus, ah, triple idiot ! Je les ai vus ! J’avais juste un besoin fou, de les oublier un moment en m’enivrant de mots charmants. Comme si c’était facile de voir s’effilocher le temps…

24 commentaires:

  1. Un paysage pour oublier le paysage du temps sur nous

    RépondreSupprimer
  2. Il faut être un peu bourrin pour briser un rêve tout rose au réveil! Pauvre Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande qui a bien pu interrompre mon rêve, d'ailleurs...si ce n'est mon Gemini Cricket...
      Ma mauvaise conscience d'avoir détourné honteusement la consigne ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ce sont les trois premiers qui comptent, après on ne compte plus... Jolie page, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai...après on les cache...enfin, je parle pour moi.
      je ne me résous pas à être autrement que rousse flamboyante.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. J'aime cette pirouette. Et quel mal y a t'il à se mentir ? J'aime aussi ce paysage yeux fermés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, j'aime les pirouettes : avec les mots, on ne risque pas de se casser quelque chose...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Que les cheveux de tes cils soient blancs, cela n’empêcherait nullement le feu de tes prunelles bleues de pétiller , et les chevaux de galoper toujours au gré du vent de la liberté. Mille bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, ça pétille toujours quand j'ai un sujet de rédaction sous les yeux ! une vraie gamine...
      Mille bisous à toi mon Bizak
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. J'ai plus qu'apprécié!
    Ce "petit arrangement avec la réalité" est amusant, touchant et désarmant de féminité :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Minsky
      je découvre mon texte a travers tes mots qui l'embellissent.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Les chevaux galopent comme les années et dans ton paysage ils sont bien plus poétiques que les cheveux, ils sont donc tout à fait à la bonne place :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que j'ai été plus inspirée par la Camargue que par la Camarde...celle dont chaque cheveu blanc nous rapproche.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Les images sont magnifiques ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie qu'elles te parlent...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Oui, mais il y a aussi la canitie o;) là, il n'y a pas de camarde... Il doit sûrement y avoir moyen de filer par là aussi, mais je reconnais que la Camargue, il fallait y penser. Et du coup, cela me fait penser au Bac du Sauvage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, le Bac du Sauvage...j'en ai de doux souvenirs...
      les enfants étaient petits.
      merci pour cette évocation, Pivoine.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Noyés dans le flot de tes mots, les cheveux blancs, j'aime !

    RépondreSupprimer
  11. Arpenteur d'étoiles20 octobre 2016 à 15:46

    je fus cavalier (ma Douce l'est toujours) et les chevaux me passionnent et je les aime. De belles images de la Camargue et l'humour avec ... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourquoi ne l'es-tu plus , vais-je te demander ... Tu es tombé de cheval ?
      Merci cher Arpenteur, d'apprécier en connaisseur une région que j'adore.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".