mardi 4 octobre 2016

Laura Vanel-Coytte - En un soir chaud d'automne

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne, comme hier
Je sentis le souffle de la renommée passer comme dans mes ardentes prières
Mes livres se vendaient enfin comme des petits pains, ce matin, la boulangère
M’avait demandé un autographe en m’offrant une baguette et un sourire lunaire.
Mon astre de naissance brillait enfin après une si longue nuit de galères
Je n’étais pas encore riche mais je vivais de mes livres jadis crépusculaires
La coupe avait failli être pleine de regrets lorsque les ventes enfin décolèrent
Je ne savais pas ce qui c’était passé alors que j’avais tant travaillé en vain et en vers
Et contre toute attente, le dé clic tant attendu s’était produite et adieu ma colère
Qui me rongeait en lisant sur le net les élogieux, gentils et nombreux commentaires.
Pire encore, certains niaient mon statut (même quasi-gratuit) d’auteure pourtant clair
Comme l’eau de roche pour ceux qui me lisaient mais pourtant n’achetaient guère
Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne, comme hier
Je sentis le souffle frais, excité et excitant de tes baisers sur mon corps offert
Je sus que tu allais encore honorer ton admirable écrivaine en caresses spectaculaires
Mais que je devrais retourner travailler ensuite comme documentaliste comme hier
Et que je n’avais fait qu’un rêve de gloire littéraire, exemplaire mais éphémère.

14 commentaires:

  1. J'aime bien cet "adieu ma colère" qui répond à "les ventes enfin décolèrent"... à moins qu'il manque une "aile" pour vraiment décoller :)

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Je suis taquin mais ça n'entache en rien le souffle de ta renommée...

      Supprimer
  3. Merci Végas mais ce ne sont pas des ventes

    RépondreSupprimer
  4. Le rêve de l'écrivaine, l'aimable interruption de l'amour et le retour à la réalité. Une belle façon de fermer les yeux en automne...

    RépondreSupprimer
  5. La gloire est éphémère, les rêves le sont moins... Si on parvient à s'en souvenir, bien sûr.
    Cette documentaliste est aimée, c'est le plus important :-).

    RépondreSupprimer
  6. et faire un métier qu'on aime, gagner sa vie, c'est pas mal, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mille fois oui! :-)
      Et pour avoir travaillé un certain temps à leur côté, j'ajouterai même que c'est un beau métier.

      Supprimer
  7. Je parlais de gagner sa vie (ma passion)en écrivant même si documentaliste est un beau métier

    RépondreSupprimer
  8. Arpenteur d'étoiles7 octobre 2016 à 18:28

    un rêve sans doute mais aussi une réalité à venir ... et l'amour qui enjolive, pimente et tranfigure tellement la vie

    RépondreSupprimer
  9. un rêve peut-être mais qu'il est intéressant de continuer à faire et à vivre...pour notre plus grand plaisir

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".