lundi 3 octobre 2016

Minsky - En un soir chaud d'automne

Quand, les yeux...

Quand, les deux yeux fermés, en un chaud soir d'automne,
Par la voix obsédante qui trottait dans ma tête,
J'ai appris, horrifiée, que tu n'étais qu'un homme,
J'ai dû admettre, résignée, ma triste défaite.

Quand, les deux yeux fermés, en un chaud soir d'automne,
Les yeux obstinément clos et pleins de paresse,
J'ai tourbillonné dans un vent de détresse,
Puisque tu n'étais qu'un être humain en somme.

Quand, les deux yeux fermés, en un chaud soir d'automne,
Sous mes paupières vibrait la réalité instable,
Qui se mélangeait à la fiction désirable,
J'ai réécrit notre histoire en quatre tomes.

Quand, les deux yeux fermés, en un chaud soir d'automne,
J'ai compris, dépitée, que j'étais prise au piège,
Tu avais envahi ma vie pour en faire le siège,
Je n'en suis pas morte, même si c'est tout comme.


16 commentaires:

  1. Du coup, il vaut mieux les rouvrir ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, quitte à ne pas être morte... :-)

      Supprimer
  2. Ton texte est touchant...
    trop touchant...

    RépondreSupprimer
  3. que tu n'étais qu'un homme,QUI EST UNE FEMME COMME LES AUTRES

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis assez d'accord.
      Reste à connaître l'avis e ces messieurs sur le sujet :-)

      Supprimer
    2. Il y a du féminin en moi, je ne le dévoile que dans l'intimité... facette voluptueuse et érotique... Il y a cette sensibilité aussi qui exacerbe mes sens...
      Mais chuttt...

      Supprimer
    3. je n'exprimerai pas les choses ainsi mais..

      Supprimer
  4. Arpenteur d'étoiles7 octobre 2016 à 18:20

    ah les hommes !! d'abord des héros, puis souvent des zéros :o)
    sinon je trouve aussi ce texte touchant et émouvant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas moi qui le dis! :-)).
      Celles qui croisent des zéros n'ont pas misé sur le bon numéro... Heureusement que la roue tourne.

      Merci d'avoir commenté.

      Supprimer
  5. zoz .. ( 'GFécriture )7 octobre 2016 à 19:18

    Un beau jeu d'équilibre sur ce vers de Baudelaire, bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!
      Je crois qu'on est pourtant pas loin de tomber parfois, pour cause de rimes bancales :-).
      Alors ravie de vous avoir arriver au bout indemne.

      Supprimer
  6. le résumé d'une histoire d'amour où semble-t-il il eut mieux valu ouvrir les yeux plus rapidement :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait!
      Mais lorsque l'on croise la route d'un amoureux talentueux, on a envie de croire que les "histoires d'amour ne finissent pas mal en général" :-), et on se risque à peine à ouvrir un œil.
      (Bien qu'ici, tout soit fictif).

      Supprimer
  7. Dans ce beau poème on parle d'homme et d'humain.
    Je trouve cela intéressant sans savoir en dire plus. Bravo en tout cas

    RépondreSupprimer
  8. Je vous remercie d'avoir déjà eu le désir d'en dire quelque chose... Et de gentil en plus.
    Merci!

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".