samedi 8 octobre 2016

Stouf - En un soir chaud d'automne

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne, comme hier, nous nous retrouvâmes ma Christine et moi, allongés, peinardos (comme des renardeaux) sur le gazon tendre du parc Monsouris...nous ne dîmes rien, nous ne pensâmes rien et plus rien n'existait d'autre.
Puis, arriva une bande de d'jeunes qui faisaient du bruit. Baah...ils rigolaient, ils chantaient, ils avaient l’outrecuidance d'être jeunes et plein de vie. Christine et moi sortîmes de nos rêves imagés et elle me regardât avec ses yeux si tendres qui me faisaient toujours fondre.
- Passe moi la bouteille d'eau s'te plait, poulette ! Dis-je,à court d'arguments.
- Tiens, mon Jules !
Une jeune fille se mît à battre le rythme avec ses doigts agiles sur le djembé et un gars commença à gratter sa guitare...quelques voix s'élevèrent et puis un cœur fut réunit.
J'eus envie de me mettre tout nu et danser autour d'un feu,je me retins car nous étions en plein Paris.
Un punk à chien se joignit à la compagnie et le clebs vint tout de suite se blottir contre ma mie et celle ci semblât ravie de lui grattouiller le haut de la tête.
Puis...Christine et moi nous surprîmes à chantonner tout bas cette ritournelle bien sympathique de Billy Ze Kick que la compagnie entonnait maintenant.
Un après-midi d'automne
On avait trouvé un moyen de locomotion.
Alors on est parti à la cambrousse.
Tiens,Kundun,de passage à Paris, se joignit à nous et des moines Bouddhistes Tibétains se mirent à jouer de leur longue trompette au son très bas. Ils étaient tout à fait dans le rythme.
- T'en veux ? Me demandât le punk dont le prénom semblait être Roger. Il me tendait une cigarette roulée par ses propres doigts et je refusais car je ne pensais plus en avoir l'âge...c'est con d'être vieux !
L’œil gauche de Christine versât une petite goute de sueur lorsque le clebs s'en allât avec son pote punk (qui avait rencard avec Siouxy Sioux sa maman).
Bon sang, je regrettais alors que nous ayons cet âge là et qu'il ne nous fût plus possible de créer un enfant.
Voilà

8 commentaires:

  1. "il en faut peu pour être heureux, très peu pour être heureux...." :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. stouf (qui se souvient du passé au Sikkim सिक्किम)
      Tenzin,mon pote dalaï lama,n'aurait pas dit mieu. Namasté la belle.o)

      Supprimer
  2. S'étendre sur le gazon d'automne, c'est revivre. Revive des émotions, un passé, ou comme toi,la vie simplement belle parce qu'un air le guitare accompagne un début de chanson, et que des moines bouldhstes accompagnent cette journée hors du commun.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. stouf (qu'a une petite goute de sueure qui coule sur la joue gauche)
      Et ouai Lorraine... ;o)

      Supprimer
  3. Ils ne sont peut-être plus tout jeunes, mais ils semblent avoir une belle vie, les amoureux! :-).
    L'esprit ouvert à toutes les rencontres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. stouf(le d'jeune)
      Comment cela pas tout jeunes ??? Mais nous venons tout juste de naitre. :o)

      Supprimer
  4. Arpenteur d'étoiles9 octobre 2016 à 22:11

    un joli texte, drôle et tendre à la fois ... j'aime beaucoup
    Namasté aussi ;))

    RépondreSupprimer
  5. Ne dit-on pas que quand on aime, on a toujours 20 ans...

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".