mercredi 16 novembre 2016

Adrienne - Ascenseur

Quand l'ascenseur s'est arrêté pour Muanza au premier étage, il y avait déjà trois autres personnes dans la cabine, un vieux monsieur et une dame tenant un petit garçon par la main. 
- Regarde, maman! Il est tout noir, le monsieur! 
- Chut, a dit la mère en lançant un regard gêné vers Muanza, qui s'est placé dans un coin après avoir appuyé sur le bouton du 8e. 
Son téléphone a sonné. C'était Rosemund, évidemment.
- Il parle une drôle de langue, le monsieur tout noir, a dit le petit garçon. C'est de l'anglais, ça, maman? 
- Chut, a répété sa mère. Ne dis pas ça, non ce n'est pas de l'anglais. 
Dans l'autre coin, le vieux monsieur rigolait doucement en regardant Muanza, quand tout à coup, après quelques hoquets, l'ascenseur s'est arrêté entre deux étages. 
- Ça y est! s'est exclamé le vieux monsieur. C'est la panne! 
- C'est la faute du monsieur tout noir? a demandé le petit. 
- Chut, non, ne dis pas ça, a soufflé la mère en regardant Muanza avec inquiétude pour la troisième fois. 
Celui-ci tapotait sereinement son clavier pour appeler Atuahene, qu'il les tire de là, quand la lampe s'est éteinte dans la cabine. 
- Je ne veux pas rester dans le noir avec ce monsieur tout noir! a gémi l'enfant. J'ai peur! 
- Ce n'est rien, a dit la mère, tu verras, ça ne va pas durer longtemps. 
- C'est l'affaire de quelques minutes, a renchéri le vieux monsieur. 
L'enfant s'est mis à hurler: 
- C'est la faute au monsieur tout noir! 
L'ascenseur s'est ébranlé, la lampe s'est rallumée. 
- Ouf! a dit Muanza. La dernière fois, on est restés bloqués plus d'un quart d'heure! 
C'est alors que la mère a donné une taloche à son gamin. 
Il n'a jamais compris pourquoi. 

6 commentaires:

  1. Comme les trois mousquetaires qui finalement étaient quatre...
    avec le sourire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la consigne disait qu'ils devaient être trois au départ, donc tu as raison, c'est comme les mousquetaires: le 4e vient s'ajouter après :-)

      Supprimer
  2. Pauvre Muanza...combien de scènes comme celle-là aura-t-il encore à supporter...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".