mardi 29 novembre 2016

Célestine - Proverbes et maximes

Une histoire banale

Un jour, vous Le rencontrez. C’est Lui, vous le savez. Il est grand, il est beau, il sent bon le sable chaud. Tout nouveau tout beau. Celui-là, il est pour vous, qui se ressemble s’assemble, et comme un bon tiens vaut mieux que deux tu l’auras, le sort en est jeté : vous l’épousez… Il est l’exception qui confirme la règle. Vous êtes jeunes et insouciants. Tout vient à point à qui a su attendre, et aux innocents les mains pleines. Le cercle de famille applaudit à grand bruit.

Il faut que jeunesse se passe, et à deux on est moins seuls. Alors il tourne sept fois sa langue dans votre bouche, abondance de bien ne nuit pas, vous vivez d’amour et d’eau fraîche, ventre affamé n’a point d’oreille, ce que femme veut, Dieu le veut. Il ne dit jamais Fontaine, je ne boirai pas de ton eau.

Petit à petit, l’oiseau fait son nid. A bon chat, bon rat, la famille s’agrandit. Qui veut la fin veut les moyens, il obtient une promotion. Quand le vin est tiré, il faut le boire, et vous croulez sous les crédits. Une hirondelle ne fait pas le printemps, plaie d’argent n’est pas mortelle, mais il dit que vous travaillez trop, c’est l’hôpital qui se moque de la charité.

Ca y est ! Le ver est dans le fruit, qui trop embrasse mal étreint, il ne faut jurer de rien. Vous vouliez voyager loin et ménager votre monture, mais voilà qu’il préfère s’adresser au bon dieu qu’à vos seins. Qui a bu boira et il boit plus que de raison. Cœur qui soupire n’a pas ce qu’il désire, mais pourquoi soupire-t-il si fort et pourquoi ne rentre-t-il pas ? Il y loin de la coupe aux lèvres, pas de nouvelles, bonnes nouvelles, vous tentez de vous rassurer, c’est beaucoup de bruit pour rien, à chaque jour suffit sa peine, qui peut le plus peut le moins et ça ira mieux demain.

Mais demain, ça ne va pas mieux, alors l’occasion faisant le larron, qui va à la chasse perd sa place, comme on fait son lit, on se couche, mais ce n’est plus avec l’être aimé. La nuit tous les chats sont gris, loin du cœur et loin des yeux.

C’est œil pour œil et dent pour dent, puisqu’il a jeté le manche après la cognée, un de perdu, dix de retrouvés.

Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage. Qui sème le vent récolte la tempête. Les grandes douleurs sont muettes, mais on ne vous y reprendra plus. Pleurs qui roulent n’amassent pas mousse. Chat échaudé craint l’eau froide, autant en emporte le vent…Tant est allée la cruche à l’eau qu’à la fin elle a réfléchi : à quelque chose, malheur est bon, une femme avertie en vaut deux et charité bien ordonnée commence par soi-même. Le chat parti, la souris danse…Contentement passe richesse et dans le doute, abstiens-toi.
Mais…il y a toujours un mais.

Un jour, vous en rencontrerez un. Ce sera lui, vous le savez. Il sera grand, il sera beau, il sentira le sable chaud...


12 commentaires:

  1. Il s'est peut-être lassé des proverbes? Moi, non !
    Bel exercice, Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie qu'il t'ait plu, chef !
      j'ai adoré le faire en tous cas.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Tu n'y vas de main morte, avec un tel fleuve de maximes et de proverbes. Mais pour le proverbe: il préfère Dieu à ses seins, "Elle est bien belle celle-là !"mais il est vrai aussi que :"La langue fait parfois des lapsus de vérité".
    Bisous sans commune mesure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non, ce n'était pas un lapsus, juste un détournement ^^
      Bisous en inflation galopante
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. SPERBE!!!
    glissé doucement et faisant un très beau texte...réaliste
    bonne semaine a toutes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a le U qui a glissé de ton superbe, aussi, Virginie... ;-)
      mais j'ai compris l'idée et je te remercie pour ton enthousiasme
      Belle semaine à toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. quel florilège !
    c'est tellement bien fait qu'on ne s'en lasse pas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était pourtant le piège !
      je suis contente si tu me dis que j'ai réussi à l'éviter...
      Merci Tisseuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. C'est très beau, cette inventivité. Il y a le récit, mais aussi l'histoire, et surtout l'art et la manière, mais aussi le récit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Bricabrac
      Les proverbes sont une source d'inventivité...
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. stouf le fleury
    "Un jour, vous en rencontrerez un. Ce sera lui, vous le savez. Il sera grand, il sera beau, il sentira le sable chaud..."

    Oui ben excuse Célestine de ce commentaire qui ne sera point édité mais... c'est tout à fait moi cette description. et ouaiiii... c'est ainsi,ainsi va la vie. C'est beau la vie !


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi ! pourquoi voudrais-tu que ce commentaire ne soit pas édité ?
      Il n'y a pas de mal à dire du bien de soi...
      Et je n'en doute pas ;-)
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".