lundi 7 novembre 2016

Tisseuse - Lointains


 Le lointain s’espace
Comme naviguant déjà
Sur d’autres eaux
Bien plus lasses

Il en est des bateaux
Comme bien des humains
Ils vivent leur destin
Puis s’en vont au-delà

Derrière les larmes du hublot
Pointe la nostalgie
D’un temps imparti
Qui va s’encalminer

Le voyage est fini
Avait-il vraiment commencé
Repos matelot
Le grand océan pourra te bercer

6 commentaires:

  1. Tout ça est tellement vrai et résonne en moi - père d'expatriés - tout particulièrement.
    Le poème est très beau, Tisseuse et la photo évocatrice

    RépondreSupprimer
  2. Je dédie ton poème à mon père, parti à la fin de l'été, et j'ai les yeux humides.
    Merci Tisseuse
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'autant plus touchée que j'ai ecrit ce poème en pensant à ma mère qui est partie il y a 7 ans et qui aimait tant la mer et les bateaux. Mon père s'en est allé aussi il y a 3 ans...

      Supprimer
  3. Comme cet arrangement de mots (mystérieusement) est beau et touche profondément, on ne sait pas pourquoi, simple comme une balade, un tour en bateau, la vie, le souvenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup Bricabrac :)

      Supprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".