lundi 14 novembre 2016

Vegas sur sarthe - Ascenseur

Vapeurs





New York, 23 mars 1857
Enfermés dans une étrange cage avoisinant la demi tonne, trois ascensionautes s'apprêtaient à monter au ciel à la vitesse vertigineuse de 20 centimètres par seconde... du moins était-ce la perception des reporters de presse écrite du New York Times et du New York Post agglutinés au pied de l'hôtel Saint-James.

“A vous l'honneur, très chère... et à votre joli doigt innocent” sussura le ministre en désignant la rangée de boutons nacrés à sa ravissante voisine qui en arborait tout autant sur un corsage amplement rempli.
“J'irais bien au septième si ça vous dérange pas” répondit miss Barbara en rosissant.
“Au Septième ciel! Bien sûr, j'aurais dû deviner” se rengorgea le ministre en esquissant une courbette contrariée par l'étroitesse de la plateforme.
“Euh... c'est que l'hôtel Saint-James ne possède que cinq étages” coupa Phileas, l'ingénieur en chef préposé à la manoeuvre.

“Alors va pour le cinquième” trancha le ministre, déçu de ne pouvoir accéder aux désirs de sa ravissante voisine.
Miss Barbara titilla le cinquième bouton d'un ongle savamment manucuré: « C'est original ce bouton... renflé»
“Ils le sont tous” rétorqua Phileas “c'est le principe même des boutons d'ascenseur: bakélite nacrée sur plaque de bronze et décor en chène”
“C'est que... c'est ma toute première fois” avoua t-elle en rosissant de plus belle “d'ordinaire je bosse au pied des escaliers chez Lord & Taylor”.
Si le racolage au pied des escaliers sur Broadway était des plus lucratifs, miss Barbara entrevoyait dans cette invention un véritable ascenseur social pour l'essor de son petit commerce.

Cabré tel un cheval fougueux, l'équipage se mit à vibrer de toutes parts tandis que la centrale à vapeur s'époumonait dans d'épaisses volutes de fumée.
“Je sens que ça vient” toussa Phileas, rompu aux expériences les plus improbables depuis qu'il était sorti Major de sa promotion à l'Ecole des Mines.
“Croyez-vous qu'on va grimper?” s'inquiéta miss Barbara éprise d'ascension.
“Depuis Archimède, Miss, nous autres scientifiques avons eu le temps d'y travailler” voulut rassurer Phileas.
“Et si ça flanchait quand même et qu'on allait se viander?” poursuivit-elle.
Phileas eut un rire faussement assuré “Ne vous inquiétez pas. Ce serait une excellente occasion d'éprouver nos parachutes”.
“Nos parachutes? Mais je n'ai pas eu droit au parachute, moi” s'écria le ministre.

Phileas décocha un clin d'oeil à miss Barbara :”Imaginez un peu ce parachute: un ressort de charrette au-dessus de la plate-forme du monte-charge et une barre à cliquets fixée aux rails guidant celle-ci. Le câble est attelé au ressort de charrette de sorte que, par son seul poids, la plate-forme exercera un effort suffisant pour l'empêcher de toucher les barres à cliquets et éviter que...”
Blême, le ministre l'interrompit :”Vous êtes certain de la fiabilité de ce... ressort de charrette?”

"Toujours plus vite, toujours plus haut" déclama Phileas, une main sur le coeur et l'autre insidieusement plaquée dans les reins de miss Barbara.
“Comme vous y allez” roucoula t-elle “attendez au moins d'être au cinquième”.
Le ministre s'étant rapproché, miss Barbara se trouva emprisonnée au point d'en perdre le souffle.
Le cinquième bouton ayant été titillé depuis une bonne minute, la cage se décida enfin à prendre de la hauteur dans un chuintement éléphantesque entrecoupé d'inquiétants grincements de poulies à moins qu'il ne se fut agi des glapissements d'effroi de miss Barbara.
Au premier étage elle se pâma.
Au second elle retrouva ses esprits et appela sa mère.
Au troisième – sa mère n'étant pas intervenue – elle songea à sauter mais ses deux compagnons d'infortune se cramponnaient fermement à cette ravissante bouée de sauvetage.
Au quatrième étage soit une minute plus tard l'équipage stoppa net dans deux derniers soupirs... celui de la centrale à vapeur et celui d'un ministre déshonoré.
“J'ai touché un truc qu'y fallait pas?” pleurnicha miss Barbara avant de se pâmer à nouveau.

Les reporters de la presse écrite rapportèrent ceci:
Les grincements de poulie n'ont pas cessé, preuve indéniable qu'ils émanent de l'organe de miss Barbara.
Au pied de l'hôtel Saint-James on craint pour la vie du ministre tandis que Phileas tente de ramener ses compagnons à la vie.
En ce 23 mars 1857, le prénommé Phileas – ingénieur en chef et Major de sa promotion à l'Ecole des Mines – expérimente avec succès et à pleine bouche ce qu'on appellera plus tard la ventilation artificielle décrite dans le Guide médical des familles en 1862.
Le ministre respire à nouveau à pleins poumons. Il est 21 heures. Il est sauvé.

13 commentaires:

  1. Tout du long, je voyais Barbara Bain la ravissante actrice des années soixante dix et sa poitrine généreuse...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca y est... je vois qui est cette actrice, ravissante en effet

      Supprimer
  2. Magnifique comme toujours ! Et je reconnais bien ton humour !
    avec le sourire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lilou. J'ai fait de la technique trop sérieusement pendant 40 ans... aujourd'hui je me lâche, parachute ou pas :)

      Supprimer
  3. chouette tableau, les personnages, le décor, la situation, bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Adrienne! J'ai bossé l'histoire de la première ascension (et un peu inventé aussi)

      Supprimer
  4. Oui ............................. et donc il y avait beaucoup de boutons nacrés ............. et vous aviez envie de les titiller ........... Bien, nous continuerons à la prochaine séance, monsieur Végas

    RépondreSupprimer
  5. Ce fog ne m'empêche pas de savourer combien ton FIL EST AS, belle canaille !

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".