samedi 10 décembre 2016

Stouf - Café Brune

La femme triste au début et puis plus.

C'est une femme désabusée qui s'est assise , ce matin-là, à cette table un peu en retrait du comptoir du Café Brune, elle fume sa dernière clope en attendant que le patron se réveille d'un sommeil profond, allongé sur le zinc.

Tien, le camion poubelle, les nanas derrière se balancent grave puisque c'est Gina qui conduit comme au Paris-Dakar. Cela fait tout de même rigoler la femme car elle se souvient des virées pour aller en boites avec elles et Gina, son ex. Elle coure à la vitrine du troquet pour faire coucou aux girls et elles la vois, elles lui font un bisou avec la main qui tient pas la barre et Gina klaxonne comme une malade qu'elle est. La femme est heureuse de revoir ses copines... non, c'est une femme désabusée debout, qui attend toujours son kawa, ce matin là, au loin du comptoir.

Kate vient de la quitter à 6 heure 37 dans un avion en partance pour Hollywood où elle va jouer one rôle dans one movie d'amour with un man ( Brad P ) et elle n'a pas voulu l'emmener puisqu'on ne doit pas savoir qu'elle aussi est homo (et pourtant Gay in English)... shit !

Elle qui pensait avoir tout vécu, tout enduré, s’apercevait ainsi qu’elle s’était trompée, que Kate n'était pas une petite biche mais une little Bitch, na !

La femme se sentit pourtant, tout à coup, complètement gay et passa derrière le bar, où le patron ronflait toujours, elle se fit son kawa toute seule, piqua deux croissants dans la panière et après avoir avaler tout cela elle fuma un clope, qu'elle avait voler au patron (penser à acheter un paquet de Camel au vieux, tout à l'heure).

Avant de sortir, la femme (blonde à forte poitrine pas du tout siliconées) écrivit avec un feutre rouge et tout son cœur, un petit mot sur la main gauche du patron narcoleptique: Papa, j'reviens pour le service de midi, à toute. Bisouxes.

3 commentaires:

  1. stouf suite
    l est onze heure 45 du math.

    Etienne, le prof de math, doit manger un sandwich en buvant son verre de rouge vite fait, il a coure avec les d'jeunes étudiants ( poile aux dents ) à 13 heures...
    Comme d'habe il rentre dans le bar restaurant de chez Jimmy le patron narcoleptique et il sait que son sandwich et son verre de rouge l'attendent à cette table un peu en retrait du comptoir du Café Brune.
    Tien, la femme désabusée (la fille de Jimmy) n'a pas encore prit son service, Etienne l'aime bien cette d'jeune et il s'est toujours demander si elle n'était pas « unpeu » lesbienne. Il trouve que c'est cool de vivre sa sexualité amoureuse comme on l'entend mais ne lui a jamais demander si elle l'était parce que ça ne se fait pas ( il fut éduqué dans un milieu tout de même assez bourgeois dans l'âme ).
    Là, il regarde sans cesse son portable puisque Kate l'appelle tous les jours à cette heure, rien.
    Etienne se demande comment il va faire pour annoncer à Kate qu'il veut se marier avec elle, fonder une famille à deux et lui lèguer à sa mort tout le pognon que lui a laisser sa famille juive New-Yorkaise pour qu'elle ne pleure point trop de sa disparition.
    Julia ( la fille du patron) entre enfin afin de prendre son service, toutes les clientes et clients présents sont contents tout à coup, ils s'écrient en cœur -Salut Julia... alors,toujours aussi belle et sympa ? Elle répond – Salut les poteaux, ch'uis au top et très contente de vous voire, c'est cool !
    Là, Etienne trouve du courage et prend le poignet gauche de Julia lorsqu'elle passe à côté de lui -Julia, t'as vu kate aujourd'hui ? Lui demande t-il,d'une façon inquiète.
    Julia est dans un de ses bons jours et lui répond -Ben non mon bon Etienne, pas depuis aumoins quinze jours ! Et puis elle se barre à la cuisine.
    Bah...ce n'est qu'une affaire de temps ! Se dit alors Etienne.

    RépondreSupprimer
  2. Arpenteur d'étoiles11 décembre 2016 à 19:18

    du Stouf pur jus qui fait sourire !!

    RépondreSupprimer
  3. Qui d'Etienne ou de Julia aura la préférence de Kate ? La suite au prochain numéro. :)

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".