jeudi 12 janvier 2017

Célestine - A l'ombre du figuier

Soir de fête

Je suis allée m’asseoir au fond du jardin. Sous le merisier. J’aurais préféré que ce soit un figuier, et qu’il y ait du soleil. Ça m’aurait arrangée. Pour vous. Pour moi. Mais rien ne va jamais tout à fait comme on souhaite… Pas d’ombre et pas de figuier donc. Je ne suis pas sûre que ça passera

Il pleuvait des larmes froides qui se mêlaient aux miennes et j’avais besoin de solitude. Un besoin vital de me retrouver face à moi-même. Au moins, moi, je ne me décevais pas. Ma compagnie avait presque fini par m’être agréable, à force…

J’en avais soudain marre des gens, ça vous arrive n’est-ce pas ? Ces moments où tout le monde vous sort de la tête. Même les êtres les plus chers, les plus aimables. Vous savez…
Surtout ceux qui disent vous aimer et s’ingénient à vous gâcher la vie.

Tous comptes faits, ce merisier commençait à ressembler peut-être un peu à un figuier. Ses feuilles s’élargissaient dans le prisme déformant de mes larmes. Ses fruits grossissaient à vue d’œil, prenant une teinte violette et des fesses charnues.

Au bout d’un moment, la pluie s’est arrêtée.

Il m’a même semblé voir un rayon de soleil projetant faiblement l’ombre de l’arbre sur mes joues embuées. J’ai pris un grand reniflement, je me suis souri.

J’ai bien vu que le figuier agitait ses branches en signe d’amitié. Il y avait un petit vent doux.
Je suis retournée là-bas, dans le salon éclairé des paillettes de la fête. Avant qu’on me cherche.
J’avais le cœur en friche. C’est la vie. Rien ne va jamais comme on souhaite.

Où lire Célestine

22 commentaires:

  1. Un coup de spleen, Célestine? Des figues en forme de fesses charnues?
    Il est temps qu'on te remonte le moral. Allez... meilleurs voeux et beaucoup de plaisir dans l'écriture, la lecture et tout ce que tu aimes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu de spleen mais le sens de l'humour quand même...
      Merci tu es chou, Vegas !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. J'ai un kleenex pour sécher tes yeux, un panier pour y serrer les figues, et des bras pour porter tes peines... ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ça ! wouaou !
      Merci Andiamounet.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. nous acceptons tous les arbres de vie, et de réconfort
    et toutes les larmes des auteurs...
    car il est très bon d'exprimer les peines

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es délicieuse, chère Tisseuse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. stouf Scream
    Attend... t'avais un charmant merisier qui te protégeait, un jardin où de pauvre belles roses ployaient sous tes goutes de larmes et puis quoi ?
    A mon avis il te manquais une piscine à coté et que tu sois américaine et que... du fond du jardin un gars avec un masque horrible tout vétu de noir et brandissant un long couteau te fasses vraiment peur pour ta vie et que tu coures sur le gazon et que tu te sente nue devant la mort et que. Tu rentre dans le salon où les autres font la fête et que... tu sois vraiment nue.
    Oups... moment d'hésitation... woman and boy say "Miam miam" et se ruent vers toi. Se sont des vampires !!!
    Mais c'est pas arriver... alors, quoi de neuf docteur ? ;o))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Muahaha ! ça c'est du cauchemar de compétition ! Un véritable aïe-scream !
      Enfin, je gage que pour certains, me voir débouler nue dans une soirée où tout le monde est habillé ne soit pas vraiment un cauchemar à proprement parler...
      Mais je me vante sans doute de façon éhontée...
      Enfin, non, je connais les hommes... hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. stouf qui se mange une p'tite glace
      Ouah coool ! ;o)

      Supprimer
    3. stouf qu'a oublié de dire
      Géniale !

      Supprimer
  5. j'aime beaucoup. Par ces temps de post-Noël, ça fait du bien de voir qu'on n'est pas le seul....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Abagendo. J'ai parfois des moments de blues et l'inspiration n'a alors aucun mal à venir...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Terribles jours sombres qui grignotent le moral quand il "faudrait" montrer l'humeur joyeuse des jours de fêtes ! Je te souhaite, pour l'année nouvelle, un beau rayon de soleil à travers les feuilles d'un figuier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que tu es gentille Lira, merci beaucoup. Je me souhaite (et je te souhaite) la même chose.
      Un peu de soleil me fera du bien, même s'il n'est pour l'instant que dans les coeurs..
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Arpenteur d'étoiles13 janvier 2017 à 23:30

    un peu de spleen et de tristesse et de colère aussi. Les pleurs sous la pluie finissent par se calmer et tout au fond de ton texte, l'humour est encore là ... et s'exprimer ainsi donne du baume au cœur et à l'esprit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as absolument tout compris à Célestine, l'Arpenteur.
      Ce petit ressort qui me vient de mon père, l'humour sauve de tout...
      C'est pourquoi j'ai été nourrie à Pierre Dac, à Audiard, à Devos, à Desprosges, ça laisse forcément des traces...
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Je m'arrête à l'histoire, dont il importe peu d'un point de vue littéraire qu'elle soit vraie ou non, et même si elle est tout à fait vraie déjà un peu transformée par le fait d'être racontée. Je m'arrête aux mots, aux images qu'ils suscitent, les larmes de pluie, les merises qui se transforment, le soleil qui se faufile faiblement... C'est un très beau texte. Vous voulez un mouchoir ? Allez, ça va aller

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très émouvant ce commentaire Bricabrac. Peut être parce qu'il est rare que quelqu'un exprimé aussi bien l'importance des mots. Et cela me touche vraiment.Je vous invite sur mon blog venez quand vous voudrez .
      :-)

      Supprimer
  9. J'aime beaucoup ton histoire, et j'aime l'idée de trouver un moment de sérénité auprès d'un arbre, et d'en tirer des forces nouvelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hors toute fiction, il m'arrive souvent, dans la vraie vie, d'aller trouver refuge auprès de mon arbre...Merci pour ton commentaire, Jean-Claude.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Le coeur en friche, à la Sabine Roger, c'est beau et émouvant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Saraline
      j'avais adoré ce roman.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".