lundi 13 février 2017

Andiamo - Elle regardait les flammes

Chaque soir elle regardait la flamme

Chloé sortit sur le pas de la porte, et regarda dans le jardin. Didou, son petit Didou, se balançait vigoureusement sur la balançoire du portique vert, planté au milieu de la pelouse : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, le petit garçon sauta à terre. Chloé sursauta, mais non, il ne pouvait rien lui arriver, pas encore...

L'enfant, âgé de quatre ans environ, courut vers sa mère, bras tendus, et se jeta dans ses jambes en criant : "Maman" ! Chloé se baissa, lui caressa les cheveux. Il leva la tête, un grand sourire, et repartit vers sa balançoire : 1, 2, 3, 4, 5, un grand rire, un nouveau saut, puis, en courant, il tenta de rattraper le chat, mais celui-ci escalada prestement la clôture et s'enfuit en miaulant.

Chloé consulta sa montre. Vingt et une heures.
- Didou ! Rentre, mon chéri, il est l'heure d'aller faire dodo. Didou, un peu boudeur, quitta à regrets la clôture et rentra. Allez, Maman va te déshabiller, mettre le beau pyjama "Snoopy", un gros bisou-câlin, et dodo. Bien sûr, je te lirai "OUI-OUI".

Après avoir refermé l'album, donné le bisou-câlin, Chloé s'éloigna sur la pointe des pieds, un dernier regard sur SON petit garçon qui dormait déjà, puis, délicatement, elle referma la porte.

Sur le coin du joli bureau "Chippendale", elle regarda la flamme de la petite bougie bleue qui commençait à vaciller. Avec un gros soupir, Chloé ouvrit le tiroir et en sortit une autre bougie, bleue comme la précédente. La dernière, songea-t-elle tristement. Une larme coula sur sa joue. Avant que la bougie ne s'éteigne, la jeune femme pencha la mèche vers la flamme (surtout allumer la bougie nouvelle à la flamme de la précédente). Puis elle déposa la bougie neuve au même endroit, s'installa dans le grand fauteuil "Voltaire", son préféré, alluma une cigarette. Le cancer ? Tout cela avait si peu d'importance en ce moment précis. Le sommeil la surprit au moment où elle revoyait la scène : elle entre dans la chambre, Didou dort...

Maman ! Réveil en sursaut. Vite, elle regarde la bougie. Ouf de soulagement, elle brûle encore, sa flamme claire ne tremble pas. Oui mon chéri, Maman arrive. Chloé monte les marches, pousse la porte de la petite chambre, Didou est debout, une moue boudeuse en guise de sourire.

Bébé a mal dormi, il a fait plein de rêves méchants, des couche-mares. Cauchemars, mon chéri. Allez, viens, Maman va préparer le petit déjeuner, oui, du Nutella avec de la brioche, dessus et dessous le Nutella ! Oui, bébé.

Didou s'et approché du bureau :
- Elle pue ta bougie, et puis elle n'est pas belle ! Didou n'en veut plus !
- Ne la touche pas ! Chloé a hurlé, puis a violemment repoussé l'enfant.
- Tu m'as fait mal, Maman est méchante, la bougie elle est vilaine et pis, et pis, elle pue mauvais, na !

Une journée de plus, une journée encore, la bougie bleue, les jeux de Didou, ces dix derniers jours semblables, "copiés collés" ou presque.

1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, voilà, un de plus qu'hier... Le même saut à pieds joints, sursaut de Chloé, c'est idiot songe-t-elle, je devrais y être habituée maintenant. Didou lui enserre les jambes. Caresse sur les cheveux bouclés. 1, 2, 3, 4, 5, le saut, la cavalcade poursuite avec le chat...

Vingt et une heures, le câlin, dodo après "OUI-OUI". Un peu plus long que les jours précédents, le câlin. Les yeux de Chloé s'embuent de larmes, la porte refermée doucement.

La flamme de la bougie éclaire faiblement le coin du bureau. Chloé s'affale dans le fauteuil, allume sa cigarette, elle revoit ce matin, il y a dix jours, il y a dix siècles.
- Bonjour Didou ! Didou dort encore, il n'a pas bougé, Chloé tire les rideaux s'approche du petit lit.
- Debout paresseux ! L'enfant ne bouge pas, Maman pose sa main sur le front de bébé, il est glacé, elle tire prestement la couverture, inerte, bébé est inerte, la peur lui tord le ventre. Elle soulève son Didou, les bras pendent, les jambes aussi, c'est une poupée de chiffon qu'elle tient dans ses bras. Un cri de bête jaillit de sa poitrine, NON pas lui, mon bébé n'est pas mort, pas LUI ! Tous mais pas LUI !

Elle a appelé Camille, son amie, sa presque sœur, celle qui ne l'a jamais abandonnée, quand Fred est parti, elle était là, Camille mon autre moi. J'arrive, a-t-elle simplement dit, ne touche à rien tu m'entends... A rien, ne préviens personne, j'arrive...

Elles sont allées voir Matéo, le vieux Manouche, un Rom. Il vit à l'écart à la limite du village, il habite toujours sa vieille "verdine", trop vieux pour suivre la tribu, ses yeux ne voient presque plus. Tu me donneras tout ce que tu possèdes, ton argent, tes bijoux, ta maison. Chloé a tout donné, tout signé. Pas pour moi, a dit Matéo, pour ma petite fille, moi j'vais bientôt crever, alors...

Chloé est repartie avec dix bougies bleues. Tu devras allumer la première à 22 heures, ensuite, chaque jour quand la bougie sera prête de s'éteindre, tu allumeras la suivante à sa flamme, et ainsi de suite.

Le soir même, à 22 heures, Chloé a allumé la bougie. A l'étage, la voix de Didou a crié :
- Tu ne m'as pas fait mon bisou-câlin, et pis t'as pas lu OUI-OUI. Maman est montée comme une folle, a serré Bébé très fort. Tu m'fais mal, a-t-il protesté.

Et voilà, la dixième bougie est là, sa flamme commence à vaciller. Alors Chloé se lève. D'un geste las, elle ouvre le tiroir du joli bureau "Chippendale", sa main plonge, et ressort armée d'un Lüger. Ce pistolet, elle le tient de son grand-père, ramassé sans doute sur le cadavre d'un officier Allemand.

La bouche grande ouverte, le canon glisse lentement entre ses dents.


10 commentaires:

  1. Trop horrible ^^
    Comme d'hab...les happy ends c'est pas pour Andiamounet... ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  2. Célestine : A chacun ses insectes : toi libellules et papillons.
    Moi araignées et cancrelats. ];-D

    RépondreSupprimer
  3. Arpenteur d'étoiles15 février 2017 à 16:48

    quelle histoire dramatique ; cette mère et son fils qui s'en va dans le paradis et qui le rejoindra également dans la flamme bleue de la bougie bleue ...

    RépondreSupprimer
  4. Arpenteur : c'est frais et guilleret, une bluette en somme !

    RépondreSupprimer
  5. Ben, j'en tremble encore...Heureusement que tes coms qui suivent sont plus réjouissants. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marité : La réalité est souvent plus sombre... Et puis ça n'est qu'une histoire, mais je constate que ça n'est pas le genre de récit qui plaît sur ce blog...
      Belle journée à toi. ];-D

      Supprimer
    2. Ah mais si Andiamo. Tout ce que tu écris me plaît. Il faut que les textes soient variés pour que le tout soit intéressant. Et ça l'est sur ce site, ô combien !

      Supprimer
    3. Marité : promis, juré, craché, je ferai mieux la prochaine fois ! ];-D

      Supprimer
  6. C'est léger, c'est frais, plus macabre qu'un fait divers mais c'est bien écrit . Je ne sais pas pourquoi mais je la sentais mal, cette affaire; l'odeur de la bougie, sans doute... :)

    RépondreSupprimer
  7. Pascal : Léger, frais, c'est exactement ça ! Une bulle de fraîcheur qui monte de la vallée le matin au moment ou le soleil se lève... ];-D

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".