mercredi 15 février 2017

Célestine - Elle regardait les flammes

Elle regardait les flammes de l’âtre, les yeux perdus dans un lointain songe d’où l’homme se sentit soudain exclu, et lui, hypnotisé, regardait les reflets du feu danser comme des lucioles dans ces pénétrants yeux d’opale.

Elle était nue et frissonnante, les flammes rendaient son corps dansant et velouté, tanguant comme une louve assoiffée au bord de la rivière.

Elle se mit à onduler comme au rythme d’un tango espagnol, et son amant afficha ce sourire ravi un peu béat de l’homme heureux. La danse allait bien à la jeune femme, qui laissait aller ses émotions dans ce lancinant mouvement qui rend fou, un balancement argentin qui emportait la raison au fin fond des bas fonds de Buenos Aires, quand la chaleur moite fait couler sur les joues la langueur humide de la passion contenue.

Ses mains tournoyaient comme des papillons devant la lumière, la cascade de ses beaux cheveux sombres accompagnant chacun de ses gestes d’une grâce captivante. Elle gardait encore empreinte au creux de son intimité le souvenir insistant de cette main qui avait allumé comme de l’étoupe un désir brûlant et ravageur.

Mais plus encore que la caresse, c’étaient les mots prononcés par lui, ces mots vibrants et éternels, qui avaient incendié son âme. Elle s’était sentie devenue le matin du monde, l’origine des mystères, la Femme Originelle. Quel plus beau compliment pouvait-il lui faire ?

Heureuse de danser nue devant lui dans la demi-pénombre, envoûtante, elle faisait épouser à ses jambes, et à ses seins les accords obsédants de cette musique fascinante. Son ventre de colombe palpitait comme blessé, et la fièvre monta à son front. N’y tenant plus, elle se jeta sur lui, comme dévorée par le désir.

Le matin du monde ne faisait que commencer ses embrasements d’aurore.

30 commentaires:

  1. Pas facile pour un homme de privilégier les mots... quand l'incendie fait rage à tous les étages :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute pourquoi celui là avait quelque chose de plus ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer


  2. Adiós, muchachos, compañeros de mi vida

    Elle est où cette cheminée ? J'arriiiive ];-D

    Mon Père avait vécu à Buenos Aires j'aurais pu y naître !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ? Tu aurais pu être brésilien ?Tu m'avais caché ce détail de ta vie ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Célestine: Buenos Aires ce n'est pas au Brésil, c'est au Pérou!

      Supprimer
    3. Euh non, je crois que c'est en Argentine, tous comptes faits...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Oh la !Bien sûr Buenos Aires est la capitale de l'Argentine !

      Supprimer
    5. J'avais vérifié, Andiamounet
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. stouf
    50 nuances de célestine gray ou Célestine nouvelle suèdoise de la marquise de Sade ? Tu devrais te lancer, tu as un nom d'auteur à te faire dans la littérature hérotique. Je pourrais même te donner quelques idées... ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée !
      Et on partage cinquante cinquante ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. stouf
      Okay... Célestinouf ou stoufcéleste, je préfère le deuxième et nous faisons 7O pour moi et 30 pour toi.

      Supprimer
    3. Ben voyons...et pourquoi ce déséquilibre ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Elle regardait les flammes en elle qui dévoraient tout son être de déraison et de passion. Elle, au corps de feu, insinuant un flamboiement de désir finit par se jeter sur son sapeur l’entraînant dans un transport incandescent mais énivrant à souhait.
    Ravi Céleste de lire ton superbe texte qui dégageait une expertise en ton art d'écrire des textes batifolants. Bises enflammées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son sapeur...Hi hi ! tu me fais rire, Bizak
      En tous cas je suis ravie que mon texte ait réchauffé l'atmosphère des nuits fraîches du désert.
      Bisous lumineux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Les flammes ont le pouvoir de fasciner,ton écriture aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci xoulec !
      Je ne suis pas la seule...il y a beaucoup de gens doués qui écrivent ici.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je lis et apprécie les autres aussi!

      Supprimer
    3. Je n'en doute pas mon ami
      Tu aurais même le droit de participer, si tu voulais.
      je sais que tu écris bien...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. La vie est une danse
    Embrasez qui vous voudrez

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! joli jeu de mots !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. J'aime bien cette aventure au coin du feu de bois; Un mât suffira à notre Santiago, non, Santiaaano !... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ...bien vu. Un mât, ou une vergue.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. La danse enflamme les sens. Très beau texte...brûlant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marité ! Tu ne t'es pas brûlée, quand même ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Bel embrasement, ça chauffe à tous les étages ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mieux que de ne pas avoir "la lumière à tous les étages "... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Aurore ! Oh, mais ces poires... :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ô vie est-ce haine, mie ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".