jeudi 2 février 2017

Célestine - La lune dans le caniveau



C'est alors qu'apparut le renard:

- Bonjour, dit le renard.
- Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se retourna mais ne vit rien.
- Je suis là, dit la voix, sous le pommier.
- Qui es-tu ? dit le petit prince. Tu es bien joli...
- Je suis un renard, dit le renard.
- Que fais-tu sur cette placette engourdie au soleil, loin de ton désert ?
- Je regarde cette fontaine jaillir comme un bouquet…je me dis que cette eau est un prodige auquel les hommes de mon désert ne sont pas habitués.
- Ils ne boivent donc pas à leur soif ?
- Si, mais cela ne vient pas tout seul… Chercher l’eau est le combat permanent de leur vie. La quête fondamentale. Cela leur donne une humilité.
- Ce doit être affreux de mourir de soif…
- Oui, mais il est encore plus affreux de mourir de cupidité ou de haine…

Et puis la terre recèle toujours des sources et des oasis. Il faut les connaître. Et les hommes bleus connaissent les secrets de la Terre. Les Anciens savaient vivre en harmonie avec cette nourricière à qui ils devaient tout. Quel que soit leur pays…
- Les hommes sont devenus fous, dit le Petit Prince d’un air pensif et un peu résigné…
- Oui, ils croient être devenus les maîtres du monde, mais en réalité, ils ne maîtrisent rien. Et surtout pas cette fumée irisée et diaphane que l’on nomme bonheur. On ne peut très longtemps mettre l’amour en bouteille plastique, ni l’eau en cage, ni la lune dans le caniveau. On ne peut vivre heureux très longtemps en ne respectant pas le rythme éternel des saisons, les arbres, la mer, les animaux et l’or des fontaines. Le soleil à lui seul est une promesse de vie. Il détient le secret de l’Energie vitale. Rien ne se fait de bon dans la sècheresse du cœur, et dans l’oubli des liens sacrés. Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard.

Mais tu ne dois pas l'oublier.
- Je vais aller réveiller le cœur des hommes et la leur dire, dit le Petit Prince, avant qu’il ne soit trop tard …

17 commentaires:

  1. Arpenteur d'étoiles2 février 2017 à 15:39

    encore une belle idée, le Petit Prince, le Renard et un dialogue tellement réussi sur la folie (et la bêtise) des hommes.
    Bravo !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher Arpenteur !
      Ton bravo me touche le coeur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Le renard glapit...
    Et le carnaval passe ! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Version andiamesque d'un vieil aphorisme...
      la caravane, c'était pourtant de mise dans le désert, non ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Magnifique "deux en un", leçon de source de vie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé... hé... Jacou ! J'ai fait en quelque sorte du regroupement écologique ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Voilà une histoire que Saint Exupéry n'aurait sans doute pas reniée.
    Elle est très belle. Si je n'avais qu'un livre à emporter dans le désert - euh sur une île déserte, ce serait le Petit Prince. Bien sûr, j'emporterai ton histoire avec. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est trop gentil, Marité,
      Merci beaucoup
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Réponses
    1. C'est une chose bien oubliée, ça aussi...
      Peut-être trop de connotation à ce mot...Si on parlait plutôt d'éthique ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Bien vu, Vegas, toujours le commentaire qui fait mouche !
      Tu sais que je t'aime toi ?

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Je retiens- et j'essaie de garder-la fumée irisée et diaphane.

    RépondreSupprimer
  8. Je retiens- et j'essaie de garder-la fumée irisée et diaphane.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelque chose d'insaisissable, le bonheur n'est-ce pas ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. une morale très sage
    le Petit Prince, ou son ami Le renard auraient bien pu dire ça effectivement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tant imprégnée de ce livre sublime...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".