jeudi 23 février 2017

Célestine - Le pantalon de Paul

Paul est sorti doucement dans le jardin. Il a dégouliné de son lit en silence comme une anguille d’un rocher pour plonger dans ce lieu magique que l’on appelle « dehors ». Paul n’est jamais allé dehors tout seul sans permission. Que dira maman ? Le soleil est lourd de plomb fondu, les oiseaux se sont tus, Paul pense qu’ils sont comme interloqués de sa hardiesse. C’est l’été. Paul ne voulait plus rester dans son lit. Paul déteste la sieste et sa pénombre. Paul voulait sentir la lumière sous ses pieds, la caresse du vent sur ses petites jambes, et courir en riant pour envoler les sauterelles. La saveur de l’interdit est comme de l’air que l’on respire trop fort : étourdissante.

Paul écoute les bruits de la terre qui vibre, les mottes de terre tapies comme des fauves sous les hautes herbes. Il ramasse un caillou bleu qui scintille. Il se roule avec bonheur dans la mousse grise près de l’abreuvoir. Il plonge ses bras dans l’eau fraîche. Il grimpe sur la margelle. Paul sait qu’il n’a pas le droit. Paul respire à grand bruit l’air chaud et odorant de la garrigue. Il se balance à une branche d’olivier comme un trapéziste.

Soudain, le silence ponctue son nom. C’est maman qui le cherche. Il se blottit derrière une touffe de thym. Paul est fier de son exploit. Il se sent grand. Il est grand.

Là-bas, sur une pierre brûlante, maman trouve le pantalon de Paul, comme une mue de reptile abandonnée. Sa mue de bébé.

Où lire Célestine

20 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci Pascal. J'ai toujours eu l'impression que nous grandissions par "mues" successives, et même à l'âge adulte, nous continuons...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Paul monte sur la margelle... Moi je l'aurais fait tomber dans le puits ! Tu me connais ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ben y a assez de choses horribles comme ça en ce bas monde...
      Alors chez moi, tu me connais, les enfants ne tombent pas dans les puits; :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Arpenteur d'étoiles23 février 2017 à 16:26

    il est très habile ce Paul ... quant aux mues successives à l'âge adulte elles sont parfois très surprenantes :o

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a quatre ans, pourtant...mais tous les rêves du monde dans les yeux !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Quelle jolie histoire, quelle histoire jolie pour la chasse aux trésors. Je lis un panier à la main, ou un seau de fer-blanc décoré, j’y mets mes trouvailles, des brins d’herbe, trois restes miraculeux de la chrysalide d’un piéride du chou, trois petits riens, trois sensations qui re-muent, tout un matin, tout un jardin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois te remercier pour les sauterelles qui m'ont inspiré mon texte.
      Ton commentaire me remue...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Quelle poésie dans la métamorphose de ce petit d'homme! J'apprécie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis touchée, Vegas, par ce compliment venant de toi. Doublement touchée.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. C'est vrai qu'ils muent vite à cet âge là et que les pantalons finissent où sur une pierre où ... sur les fesses du petit frère ! ;)

    RépondreSupprimer
  7. Bravo Célestine! Cette mue émeut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis ravie, Chri.
      Et encore, il n'était pas question d'un émeu, car quand l'émeu mue, sa mue émeut... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Désobéir pour s'affranchir, pour grandir. Sacré petit Paul ! Il aura du caractère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que mon histoire est un peu autobiographique, même si le petit Paul est un garçon...;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. stouf
    Drôle un môme quasi bébé et qui pense comme un jeune adulte... Célestine, attention la sénilité te guette. Perso, elle m'a déja envahit depuis longtemps. ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paul ne pense pas...il agit !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Tes mots puisés de ton coeur de mère, celle qui n'a jamais oublié ses petits petiots quand ils gambadaient sur la terre nue et qui faisaient du soleil sur tout ce qui les entourait. Et aujourd’hui ton coeur ému aime à faire revivre les mots d'enchantement en contant, non ce qui te vient en imaginaire mais en faisant revivre et en t'adonnant à coeur joie pour le moindre pas de tes galopins qui reviennent au galop dans ta mémoire vive quand ton si bon coeur les évoque.
    Mes bises épantelées et ravivées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Bizak. C'est vrai que j'ai adoré observer mes enfants devenir peu à peu des grandes personnes en passant par toutes ces étapes si importantes...
      Il m'en est resté un amour des enfants qui est toujours prêt à ressurgir au détour d'une consigne d'écriture...
      Bises ravies
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".