samedi 18 février 2017

Jacques - Elle regardait les flammes

Elle regardait les flammes, parce qu'il n'y avait pas grand chose d'autre à faire.

Le petit feu, modeste, crépitait dans le poêle, qui heureusement était pourvu d'une porte vitrée, sans quoi il n'y aurait rien eu du tout à regarder.
Enfin, lui, il regardait à travers la fenêtre couverte de givre la tempête de neige qui se déchaînait à l'extérieur.

Elle se maudissait. Jamais elle n'aurait du accepter cette idée idiote de sauter sur cette occasion unique que présentait ce chalet d'alpage en vente pour une poignée de crozets. Il avait défendu le dossier, arguant que son rêve de gosse à lui, c'était un vrai chalet d'alpage, là ou les autres mâles appartenant à la même catégorie socioprofessionnelle dite "supérieure" dilapidaient des sommes comparables en aspirateurs à gonzesses de chez Porsche ou BMW, une fois la cinquantaine établie : une bonne affaire en somme.

L'argument avait porté, et elle lui avait accordé ce caprice. Elle avait même admis, à l'issue de leur premier séjour, avoir aimé le calme de ce hameau pas si isolé que ça finalement. Le bruit apaisant du torrent, le décor sans cesse changeant, vert vif, gai même, des pâtures et les reflets bleutés des glaces chantées par Samivel, deux mille mètres plus haut. Les vaches et les chevaux dans les hautes herbes, les coups de sifflet des marmottes et la silhouette des bouquetins là-haut sur les crêtes.

Le début octobre, même, était tolérable. La neige loin encore au-dessus, les couleurs de l'automne guérissaient l'hystérie de la rentrée, même si le froid se faisait bien vif dès les derniers rayons de soleil disparus derrière les Aravis.

En guise de cadeau de Noël, elle l'avait laissé revenir tout seul avant les fêtes, et il en était revenu des étoiles dans les yeux, fredonnant le Paradis Blanc et elle avait admis sa curiosité. Va pour un séjour en plein hiver, donc.

Quelle erreur.
D'abord, il y avait eu les cinq kilomètres de route forestière enneigée à parcourir à ski. Lui, ça l'avait amusé, les deux voyages attelé à un traîneau de soixante kilos, quinze degrés sous zéro pour finir à la lumière de sa lampe frontale.

Ensuite, il y avait le silence. Elle appréciait le silence après le harcèlement sonore constant de son quotidien, mais là, même le torrent s'était tu, muselé par le gel. A en rêver de la bise, qui, pour vous couper en deux, occupait l'espace de son sifflement dans la toiture.

Il ne restait donc que le feu, qui craquait dans le poêle sur lequel fondait une marmite de neige, lire à la lumière des leds alimentées par la petite éolienne, et regarder les flammes.

Où lire Jacques

5 commentaires:

  1. -Ah comme on est bien chez vous près de ce feu joyeux, Monsieur ?... ? Je vous prie de m'excuser, je n'ai pas bien retenu votre nom...
    - Landru, Madame, Henri Landru.];-D

    RépondreSupprimer
  2. J'ai vu là une petite lucarne bien sympathique qui méritait bien cinq kilomètres à ski

    RépondreSupprimer
  3. Il va peut être regretter d'avoir acheté ce chalet finalement. Pourtant, quel bonheur d'être au chaud devant le feu quand dehors tout est blanc et silence !

    RépondreSupprimer
  4. Arpenteur d'étoiles19 février 2017 à 15:24

    les chalets en montagne sont de vraies antres d'amour ... surtout en hiver

    RépondreSupprimer
  5. C'est sûr : trop d'ski peut engendrer une immobilité révolutionnaire ! :D

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".