vendredi 3 février 2017

Jacques - La lune dans le caniveau

J'aimerais pleurer.
Pleurer comme un enfant, impuissant devant cette réalité qui lui échappe.
Ou fuir.
Fuir ma rage et mon indignation.
Fuir vers l'horizon improbable de quelque chose d'autre, n'importe quoi d'autre, ailleurs…

Pauvre cowboy solitaire prisonnier de l'espace urbain, sans cheval, sans lasso, sans vaches, sans Colt ou alors virtuel du pouvoir de faire feu de sarcasmes dans le cyberespace pour prétendre exister.

Pauvre vaquero solitaire tombé de son cheval foudroyé par la modernité au pied du mur frontière payé de son sang,

Pauvre berger solitaire détruit par la folie, au bout de son errance désespérée à la recherche d'un embryon de sens, mon corps s'engourdit contre le goudron froid de ce trottoir d'une banlieue compassée, et bientôt libre, je me perds pour toujours dans la contemplation du reflet de la lune dans le caniveau.

6 commentaires:

  1. Je te vois bien partir dans le soleil couchant en fredonnant:
    I'm a poor lonesome cow-boy, far away from my home. ];-D

    RépondreSupprimer
  2. J'avoue que quand on regarde les infos en ce moment, on a envie de fuir sa rage et son indignation !Un vrai western de série B qu'ils nous font...
    Très beau texte jacques !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  3. Arpenteur d'étoiles4 février 2017 à 11:56

    un texte surprenant où l poésie est aussi là et la réalité dure
    très beau texte !!

    RépondreSupprimer
  4. Chez Beineix, c'était un docker qui était un peu perdu, mais ton texte colle assez bien au scénario, je trouve, poésie en plus...

    RépondreSupprimer
  5. Avis de grand froid, le dos au mur ! Un froid lunaire à même le sol...
    Et vous me rajouterez qques glaçons, dans cette prose à hics :/

    RépondreSupprimer
  6. j'aime ce cri désespéré

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".