lundi 13 février 2017

Laura Vanel-Coytte - Elle regardait les flammes

Elle regardait les flammes qui s’échappaient sans discontinuer de son âme.
Comme tout « rêveur de flamme [1] », elle pouvait et voulait être un poète.
Gérard de Nerval l’a crée « Fille du feu [2] » et elle se sentait « flamme
Qui nous consume et vit de notre chair, de tes ardeurs sans fin notre âme
Poursuivie cherchant le paradis ne trouve qu’un enfer ! [3]» Elle s épuise
De toute cette énergie qu’elle laisse dans tout ce qu’elle vit et pense.
Aucune nuit, aucun repos n’apaise son agitation et ne soigne sa fatigue.
Nerval me nomme parfois Angélique, noble picarde aux amours malheureuses
Il me fait évoluer dans des paysages, comme Senlis, qui incitent au rêve.
Mon feu ne s’éteint pas aux eaux d’Ermenonville où je m’incline
Sur la tombe de Rousseau, entre verdure et ruine, ma promenade se fait errance.
Sylvie regardait les flammes : elle n’est pas l’actrice qu’aime Nerval sans espérance.
Elle est une jeune fille brune du Valois avec laquelle, enfant, il faisait des rondes.
Mais c’est la blonde Adrienne, celle qui ressemble à l’actrice, que le narrateur embrasse.
Adrienne regardait les flammes du couvent où elle s’est retirée comme religieuse.
Ces flammes alimentent la rêverie de Nerval qui hésite entre Sylvie et l’actrice.
La traversée d’un cours d’eau n’éteint pas le feu mais nous embarque pour Cythère
Après Watteau et avant Loisy, Chaalis, Othys, Ermenonville encore puis le théâtre
Aurélie, l’actrice regardait les flammes en écoutant les Chansons et légendes
Du Valois
qui hantaient Nerval. Il envoie le narrateur en Italie via Marseille
Où il rencontre une énième Fille du feu, Octavie : elle regardait les flammes
Qui avaient ravagé Pompéi et ravagent encore les âmes des vrais poètes.

[1] Gaston Bachelard, La flamme d’une chandelle, 1961
[2] Recueil de 1854
[3] Henri-Frédéric Amiel, Journal intime, le 28 août 1858

10 commentaires:

  1. Plus besoin de sortir de chez nous, tu es une bibliothèque à toi toute seule, chère Laura
    C'est magnifique, chère fille du feu !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Célestine: je parle de paysages aussi et il faut sortir soit là-bas,soit dans des musées

      Supprimer
  2. stouf
    Ah oui, ce Labrunie là. Je me souviens de sa description du village de Loisy où je vécu mon premier amour, vers 6 ou 7 ans alors que vers quinze ans je ne reconnu rien dans ses écrit. Normale , il était passer tellement d'années avant. Par contre, je trouvais que le chateau de Mortefontaine n'avait pas pris une ride. Quand à Rousseau qui s'y installat quelques temps... n' en parlons pas, je me suis fais absolument chier avec son contrat sociale et ses inégalités parmi les hommes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas d'autres Labrunie célèbre...
      Je ne parle pas de ce Rousseau-là

      Supprimer
  3. Merci de ce bel hommage à la Picardie, c'est le presque nord, je m'y rends souvent, j'aime la côte d'Albâtre, ses villages qui s'étirent, les maisons de briques, les ciels chargés de pluie, Vlaminck ? On se croirait dans l'une de ses toiles. ];-D

    RépondreSupprimer
  4. Mes beaux parents et mon mari sont picards des terres et de la ville
    et je m'y sens très bien

    RépondreSupprimer
  5. Arpenteur d'étoiles15 février 2017 à 16:54

    un texte brillant et j'aime vraiment Gérard de Nerval (je crois que c'est aussi ton héros poète) ;)

    RépondreSupprimer
  6. il est plus que poète, c'est l'auteur avec lequel j'ai vécu 4 ans

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".