lundi 27 février 2017

Pascal - A bout de souffle

La course 

Les hommes, quand ils courent, ils ne pensent pas, et c’est pour cela qu’ils courent.

Tout gamin, ça commence dans la cour de récré ; c’est après un ballon, puis c’est après les filles, puis c’est après un emploi, puis c’est après les vacances et c’est après la retraite. Toute leur vie, ils courent après la réussite et la fortune. Certains de leur auréole, ils courent après la coupe, la victoire, le challenge, la gloire, les lauriers. Ils courent sur les champs de bataille, ils courent les soldes, ils courent les expositions, les cinémas, les boulevards, les alcôves. Ils courent deux lièvres à la fois, ils courent le guilledou, ils courent à perdre haleine. Ils courent après une augmentation, après des illusions, après des chimères ; ils courent après un Dieu, après le bus, après la gueuse, après tout ce qui brille. Ils ne tiennent plus, ils courent ; ils ne partent pas à point, ils courent ; dératés, ils courent. Autour du monde, ils courent à l’aventure, et quand ils retournent à leur point de départ, ils repartent en courant à la conquête des étoiles ; ils courent en avant pour ne pas tomber en arrière.

C’est une course contre la montre pour rattraper le Temps, comme s’ils voulaient le doubler, comme s’ils voulaient le dominer de leur éphémère place de premier. Vieux, ils regardent courir les autres, au stade, à la télé, aux champs de course, au cimetière. Toute leur vie durant, les hommes, ils courent à leur perte, ils trébuchent, et ils meurent en courant.

A bout de souffle, comme des fugitifs dans la prison du Temps et de la planète, ils courent pour dépasser l’Ennui, celui qui les ramènerait indubitablement à leur condition précaire d’illusoire passager terrestre. Comme des acharnés, ils font l’Amour en courant, ces volages ; ils courent, inlassablement ils courent, et leur seule empreinte temporelle est leur descendance, elle-même se mettant naturellement à courir après le jour, la naissance, le sein, la cour de récré, le ballon, et tout recommence …

9 commentaires:

  1. Ils inspirent et un jour ils expirent... c'est mécanique :)

    RépondreSupprimer
  2. Autrefois j'ai couru, maintenant je me hâte lentement, et bien même comme ça, un jour je serai à bout de souffle, PFUUU, PFUUU, PFUUU. ];-D

    RépondreSupprimer
  3. ça nous ramène terriblement à l'art de perdre son temps, tout ça

    RépondreSupprimer
  4. Arpenteur d'étoiles28 février 2017 à 17:26

    bien sur les hommes courent tout le temps enfant, adolescent, adulte et parfois un peu vieux ... mais en vélo ou en marche rapide, ou en jogging, on pense tout le temps à l'ancien temps et à l'avenir ...

    RépondreSupprimer
  5. Faire l'amour en courant ? C'est vrai que les gens n'y pensent pas, c'est un remarquable gain de temps... :-P
    Mais ça ne doit pas être facile !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que tu n'as gardé que cette phrase pour ton commentaire. :) Ce doit être le printemps qui arrive... à grands pas...Pour répondre à ta question, tout est une question de rythme, chère Célestine. La cadence est mère de sûreté... :)

      Supprimer
  6. Comme ouf ouf je suis ouf ouf d'accord!

    RépondreSupprimer
  7. "Les hommes, quand ils courent, ils ne pensent pas, et c’est pour cela qu’ils courent". J'aime bien cette idée. Enfant, j'aimais si peu courir que je courais très vite, pour que l'épreuve cesse. Je suis devenu champion d'académie...

    RépondreSupprimer
  8. merci Pascal, car tu viens de donner des réponses à une des nombreuses questions qui me traversent la tête : pourquoi les gens courent ?

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".