dimanche 12 février 2017

Tiniak - L'art de perdre son temps

TEMPI EN POT

Que faire, dites ?
Là, tout s'agite et bat son plein
artistement ou tristement
- courageusement ? vers sa fin !

Eh, luminaires... d'invite !
Quoi c'était, cette mort subite
répandue, mais du bout des lèvres
pour nous abreuver de sa fièvre
et nous mieux finir à la main ?

Un rêve tombé dans un puits ?
Une caresse de la nuit ?
Une promesse
dite, vite oubliée, drapée de joliesses

Ce pendant, cependant
(n'était son doux velours)
n'efface pas le cours
si peu libre soit-il
et rugueux, nuit et jour
du vivant alentour

Qu'en faire, dites ?

De la groupie de chansonniais ?
Des anathèmes, pour de vrai ?
De l'enfumage
pour sacrifier au jeu de vaniteux carnages...

Mieux vaut garder un pied ailleurs
- c'est entendu !
que de piailler à l'intérieur
sur le menu

Autant va le temps, cette erreur !
- un caprice de la nature...
coiffer, son bonnet de bonheur
la plus infime forfaiture

Dès lors
puisque le temps court à ma perte
j'adore
l'abandonner sur l'herbe verte

Où se permettre d'être parfaitement inutile (et donc, si nécessaire)...

4 commentaires:

  1. Arpenteur d'étoiles12 février 2017 à 11:36

    abandonner le temps sur l'herbe verte, quelle belle image ... et puis le temps on en fait ce que l'on veut, on court après ou on reste immobile et rien ne change.
    encore un poème tiniakesque de superbe tournure !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai bien aimé passer le temps jusqu'à la chute sur herbe verte... et j'aime aussi la groupie de chansonniais :)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".