mardi 28 mars 2017

Tisseuse - L'écrivain voyageur

Nous sommes les gens d’air
Voyageurs planétaires
Passent les rêveurs
En quête de lueur

Nous inspirons l’écrit vain
Celui qui transpire
De nos mondes éteints
Et de nos absences à dire

De nos noyaux à spire
Et à crachin
De nos drôles de vire
Et volte en chagrin

Nous suivons sans outrance
La moindre turbulence
Qui nous emmènent loin
Des creux et des chafouins

En nous douce folie
Voler c’est inouï
Pour traverser la vie
Et planer à l’infini

20 commentaires:

  1. stouf
    Donc tu serais un peu la p'tite Icare, la fille de Queudalle qui se brûle les ailes en fumant des trucs planants ? Nan, là t' exagère tout de même, pas glop... ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. p'tite par la taille mais grande quand j'mets les voiles :)))

      Supprimer
  2. De gens d'air en écrits vains, tu sais nous faire voyager !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. très heureuse de ça, Vegas :)

      Supprimer
  3. Léger, enlevé, la rime alerte, bravo !

    RépondreSupprimer
  4. Une belle utilisation des mots et je retiens la "moindre turbulence qui nous emmène loin des creux et des chafoins"j'aimerais bien qu'elle me bouscule plus souvent , cette turbulence : du beau tissage !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aimerais bien aussi, Saraline :))

      merci pour ton commentaire !
      il est vrai que j'aime jouer avec les images et avec les assemblages de mots

      Supprimer
  5. Ce poème est une belle machine volante, que je regarde de mon pré en levant les yeux vers le ciel, gueule bée, comme un veau qu'a bu l'air

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ton commentaire me comble :)
      mais il me rappelle aussi l'effet que m'a fait le film d'animation de Miyazaki : "Le vent se lève".

      Supprimer
  6. Ta muse légendaire t'a encore une fois joliment inspirée Tisseuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ton commentaire me fait plaisir et m'amuse toute à la fois, car "ma muse" me fait bien des farces souvent :)

      Supprimer
  7. Arpenteur d'étoiles1 avril 2017 à 14:33

    tu es à la fois une muse et une poète et j'aime bien "les creux et les chafouins" :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup cher cousin :))

      Supprimer
  8. Je comprends mieux ton pseudo : tellement difficile de tisser la soie avec le miel, et le foin avec le beurre.
    Tu sais tout faire.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah, tu ne sais pas si bien dire, je me lance dans des entreprises de tissage bien périlleuses :)))
      probablement une survivance de mes arrières grands parents passementiers qui tissaient de jolis rubans de couleurs

      Supprimer
  9. Très beau poème. Des jeux de mots très bien sentis, ce ne sont pas des écrits vains. D'ailleurs quel magnifique premier ver, j'adore. Bravo.
    Patrick.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un grand merci, Patrick, pour ce commentaire qui me touche beaucoup

      Supprimer
  10. Un manifeste poétique où se meut le besoin d'embarquer avec soi un ailleurs plus profond qu'un lointain horizon sur les chemins du Dire. Bravo, Miss Tiss ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as bien perçu mon nécessaire à écrire :)

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".