mardi 25 avril 2017

Tisseuse - Aimer l'amour et l'écrire

S’inventer, encore et toujours
Se décaler dans toutes ses amours
Tout risquer sur un jour
Et déjouer tour après tour

Les chausse-trappes de la vie
Les illusions, les faux-semblants tout gris
Les fleurs fanées, tous les soucis
Se refiler le mistigri

Descendre tout au fond du mystère
Découvrir de tout nouveaux repères
Se relever encore et encore
Se surprendre un peu plus fort

Les ans rythment le temps
Les ans nous rendent grands
Pour apaiser l’orgueil
Pour passer les écueils

Le couple quel défi
Quelle histoire, quel cri
Quelle beauté, quelle folie
Le vivre toute une vie

15 commentaires:

  1. Malheureusement et heureusement il y a tous ces ans...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les zans c'est mieux :)
      mais c'est plus de ce temps...

      Supprimer
  2. Difficile d'échapper à la routine, quel vilain mot quand on sait tout ce qu'il implique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. routine, quotidien, et usure sont les 3 mamelles de la déconfiture des couples :(

      Supprimer
  3. Comme un voyage...Les imprévus sont les bienvenus, finalement.
    Bel hommage à cette forteresse, où ceux qui sont dehors rêvent d' entrer, et dont ceux qui sont dedans voudraient souvent sortir... ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chahuté parfois le voyage :)
      et attention aux bateaux qui prennent l'eau, il faut souquer ferme moussaillon

      Supprimer
  4. Aimer et couple durable font bon ménage ? Telle est la question.J'aime bien le "se refiler le mistigri", ça me rappelle des souvenirs de griffures... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la griffure peut être sensuelle :)

      Supprimer
  5. Réponses
    1. serment fervent, sarment fringuant :)

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup le dernier couplet de ton poème. Il est à lui seul un beau chant d'amour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un cri d'utopie peut-être aussi

      Supprimer
  7. Un poème écrit au métier à tapisserie. Ah bien sûr, suis-je bête, c’est Tisseuse. La navette va et vient, et fait courir le fil des vers et des années

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un rien Pénélope grecque, avec ses travers, ses vers et ses dévers
      tout en grignotant quelques navettes provençales tiens aussi :)

      Supprimer
  8. Arpenteur d'étoiles29 avril 2017 à 12:03

    un poème où l'amour est toujours là, parfois un peu compliqué mais le dernier quatrain est tellement vrai :o)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".