samedi 6 mai 2017

Arpenteur d'étoiles - La loge

Dimitria et Partito

Partito était de taille modeste. Eut-il été de race équine qu’il eut été considéré double poney, le gabarit demi-cheval n’existant pas ou sinon peut-être en termes de boucherie, activité que par ailleurs il réprouvait. Admettons, pour simplifier la compréhension de cette histoire comme la description scrupuleuse de Partito : il mesurait environ un mètre soixante non pas au garrot, mais au sommet de son crâne. Crâne qu’il avait copieusement garni de cheveux noirs, assez mal arrangés, lui donnant l’air d’un balai brosse. Noir de poils et mat de peau, Partito était en revanche doté d’une certaine prestance due vraisemblablement à un léger embonpoint et à ses costumes invariablement bleus marine. Son visage, sans signes particuliers en dehors d’une fine moustache quotidiennement huilée, était animé d’un tic consistant à cligner l’œil droit quand il rencontrait un homme et l’œil gauche, mais avec une fréquence plus élevée, quand il croisait une femme ou une jeune fille. Croiser un couple lui était quasiment insupportable.

Sa mère était concierge dans un immeuble de grand standing. Elle vivait dans un petit appartement au rez-de-chaussée de classe, mais calfeutrée dans sa loge elle priait en vain tous les matins afin que son fils grandisse un peu. Elle était belle, des cheveux flavescents entre blonds et clairs. Elle était aussi musicienne et avait quelques écolières de l’immeuble qui apprenaient chez elle le chant. Une fois par an elle faisait avant les vacances, un chorège qui lui apportait un peu d’argent. Elle se nommait Dimitria, née à Athènes ; son mari était aztèque. Son fils alors adolescent l’avait surpris à califourchon sur son père. Il avait refermé la porte de leur chambre et avait regardé la télé. Sa mère était descendue dans le salon, et un peu ambigüe, elle lui avait dit que leur chambre était un sanctuaire et qu’il n’avait pas le droit d’y entrer. Partito n’avait rien dit et tout était rentré dans l’ordre.
Le trait principal du caractère de Partito était sa fierté. Il était fier de lui, simplement, de sa culture immense ou du moins la jugeait-il ainsi, de ses costumes bien ajustés, de sa moustache si fine, mais par dessus tout, il était fier de son appartenance à un groupe ethnique fort ancien, les Pipils. Ses ancêtres descendaient de Usulatán, petite province de l’ouest du Salvador, bordurière du Pacifique. Du plus loin qu’il put remonter, car les recherches généalogiques constituaient son seul hobby, on retrouvait trace de sa famille dès le quatorzième siècle. Il éprouva un bonheur sans limite lorsqu’il découvrit que le Nathuatl, sa langue paternelle était celle des Aztèques, et qu’elle était encore parlée aujourd’hui par les élites mexicaines. Une ascendance légendaire, une élégance naturelle à peine dépréciée par ses tics qu’il arrivait de mieux en mieux à maîtriser, un poste convoité de gardien de nuit chef au siège d'une multinationale, Partito avait tout pour être parfaitement heureux. Et pourtant ...
Une ombre le suivait sans cesse et parfois même se posait lourdement sur son épaule : son patronyme. Partito se nommait Primonxien. Or, en Nathuatl, Primonxien se prononce Primonchien … Et depuis qu’il était entré dans sa fonction (certes enviée) de gardien de nuit chef, il était en proie aux lazzis et aux quolibets de ses subalternes, par ailleurs infiniment plus costauds que lui. Alors le chef "parti tôt, pris mon chien", devenait au gré de leur fantaisie "parti tard pris mon clébard", "parti où pris mon toutou", "parti seul pris mon épagneul", "parti à Pâques pris mon braque", "parti dehors pris mon labrador", "parti chez moi pris mon pékinois" voire même "parti aux gogues pris mon bouledogue" qui l’avait mis dans une colère folle.
Partito se lamentait et enrageait de ne pouvoir les corriger comme ils le méritaient. Mais si son intellect valait largement tous les leurs réunis, sa force physique dépassait tout juste celle d’un bébé chihuahua, et il subodorait que cela fut insuffisant. Alors, il traînait comme un boulet ce nom de famille, déchiré entre le désir maintes fois effleuré d’en changer et l’honneur inaliénable d’une lignée ancestrale d’Aztèques qui avaient tout de même commandé le monde.
Et puis un soir qu’il se rendait à son travail, il croisa une jeune fille menue, coiffée de ce qu’il crut être un ravissant chapeau de paille, mais qui n’était en fait que sa chevelure blonde, abondante et assez rebelle. Son œil gauche ne broncha pas, pas mieux que le droit, et il osa l’aborder. Elle lui parla avec douceur. Il remarqua à peine le léger frémissement de son sourcil gauche. Ce soir-là, Partito se fit porter pâle et passa le plus merveilleux moment de sa vie. Elle était d’une très noble famille française remontant aux croisés ("pas aux fenêtres", avait-elle dit en rosissant, "aux croisés ... de Jérusalem"), les Aymar de Monchat et se prénommait Jeanne.

On les maria dans la cathédrale en présence de chevaliers en armure et d'Aztèques dûment emplumés venus spécialement d’Amérique centrale. Ils accolèrent leurs deux noms. Les Primonxien-Aymar-de-Montchat forment depuis une famille végétarienne, respectée et respectable, quoiqu’un peu originale aux dires des mauvaises langues de la paroisse. Dimitria était aux anges de ce mariage, son père également. Ils avaient divorcés quelques années auparavant, mais se retrouvaient le dimanche à l’église avec compagne et compagnon … Leur vie était belle !!

6 commentaires:

  1. Entre chien et chat j'ai largement souri et ri à cette histoire truculente! merci pour ce moment... l'Arpi

    RépondreSupprimer
  2. Récit pittoresque, au sens étymologique, c'est-à-dire comme un tableau, un carnaval d'Ensor

    RépondreSupprimer
  3. Une belle histoire d'Aztèques (de ch'val) ];-D
    Je me suis bien marré, merci !

    RépondreSupprimer
  4. stiouf
    Kool la love story des descendants de Montézuma ( mademoiselle ) et Jean Aymar de Monchat... je kiffe à donf ! ;o)

    RépondreSupprimer
  5. Ah...le léger frémissement du sourcil gauche...
    L'amour, toujours...
    J'ai beaucoup aimé. Cher arpenteur...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  6. Dis l'Arpenteur : ils viennent d'où les costumes de Partito ? ^-^
    Un mélange Aztèque/Croisé, Monchien/Monchat : vive la diversité !

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".