mercredi 10 mai 2017

Arpenteur d'Etoiles - La terre n'est pas ronde

Une autre terre

Le premier soleil entamait sa course oblique à travers le ciel orangé. Le deuxième se levait déjà à l’horizon le teintant de vert. Bientôt, la mégapole allait sortir de terre dans le bruit feutré de la gigantesque machinerie. Les formes élancées des pyramides translucides monteraient à l’assaut d’un ciel de feu.

Quelques rares privilégiés, visiteurs importants ou membres de la gouvernance pouvaient profiter de l’incroyable spectacle. Vêtus d’une combinaison les protégeant des radiations particulièrement dangereuses durant le lever successif des deux soleils, ils l’admiraient depuis leurs plateformes réservées, et s’amusaient de leurs deux ombres opposées s’allongeant sur les façades renaissant du néant. Dès que la cité serait entièrement émergée, et après les vérifications concernant l’absence de nocivité de l’atmosphère diurne comme des rayonnements solaires, les sirènes allaient donner le signal de la reprise de l’activité. Une véritable marée humaine et galactique prendrait possession des axes magnétiques de Luxcity, capitale insensée de la planète 278

Les premiers hommes arrivés là, avaient découvert une terre particulièrement inhospitalière. Le sol rocailleux était recouvert en permanence d’une nappe de gaz tellurique nauséabond et dès que les soleils disparaissaient, la température diurne plutôt clémente chutait incroyablement jusqu’à atteindre des valeurs proches du zéro absolu. Le sol gelait alors instantanément et rendait tout établissement définitivement impossible.

La terre originelle avait été désertée depuis plusieurs siècles galactiques. Les hommes devenus trop nombreux avaient envoyés des colonies de plus en plus importantes sur les planètes terraformées du système solaire primaire puis des autres systèmes proches. Peu à peu, la planète s’était vidée de ses habitants, une guerre nucléaire « à l’ancienne » en ayant rendu une grande partie inhabitable. Puis elle disparut également de la mémoire des hommes hormis dans les traditions des deux religions permises par le Pan-gouvernement. L’une d’elle était certaine que la terre était plate et non ronde.

On trouvait de moins en moins dans les médiathèques de la galaxie des chercheurs tentant de percer le mystère de sa disparition. Il est vrai que « les hommes » avaient considérablement changés et seuls quelques gènes réputés inaltérables de l’ancienne race humaine primordiale subsistaient en eux. Plus personne ne parla de la terre jusqu’à ce que, avec l’aide de l’intelligence artificielle de calculateurs de plus en plus puissants, les hommes avaient découvert les couloirs spatio-temporels, véritables autoroutes du cosmos.

Mais la position de 278 était fort intéressante. Elle se situait à un carrefour d’un très grand nombre de couloirs, et de fait, pouvait devenir une plaque tournante essentiel au trafic cosmique. Les politiques poussés par certaines factions militaires commandaient missions d’étude sur missions d’étude pour arriver à trouver une solution tenable à l’occupation sinon à la terra formation de la planète. Une équipe de chercheurs proposa alors d’enterrer très profondément les bâtiments durant la nuit et de les faire resurgir chaque matin. Traités de fous tout d’abord, ces brillants scientifiques tinrent bon. On utiliserait le gaz présent partout à la surface, et inépuisable car produit en permanence par la planète elle-même, comme source d’énergie. Quelques siècles plus tard, Luxcity, devenait un passage quasi obligé pour les voyageurs interstellaires.

Tranquillement installé dans sa bulle opaque, Yaddo attendait d’accoster sur le spatioport de la cité. Il avait lui aussi contemplé le fascinant spectacle depuis le proche espace, d’autant plus qu’il ne s’était pas rendu sur 278 depuis fort longtemps. Les hommes avaient bâti de nouvelles pyramides translucides encore plus hautes, encore plus belles. Il ne pouvait s’empêcher d’admirer l’ingéniosité et l’intelligence de ceux qui avaient imaginé puis réaliser une telle prouesse. L’intense luminosité des soleils multipliés à l’infini dans les reflets des parois permettait de mieux comprendre le nom de l’étrange capitale. Le panorama qui s’offrait à lui était d’une beauté inimaginable. La lumière irisée de la ville au milieu d’un désert de rocs et de gaz rougeâtres, barré à l’ouest par une chaîne de montagnes aux lueurs bleutées frappaient les nouveaux arrivants d’une espèce de stupeur respectueuse devant tant de splendeurs. Les pyramides montaient à l’assaut d’un ciel virant au jaune. A leur pied, l’enchevêtrement des axes magnétiques où circulaient d’innombrables vaisseaux ou de sliders individuels dessinaient des arabesques, ballet silencieux et presque immatériel.

Tous les habitants « à demeure » de Luxcity6 travaillaient soit pour les gouvernances régionales ou planétaire, soit pour le pan gouvernement. Hors des pyramides hôtels pour les voyageurs en transit, la presque totalité des autres étaient partagés en deux zones : en bas les appartements, en haut les bureaux. Une heure avant la fin du jour, c’est à dire avant la disparition du deuxième soleil, les sirènes retentissaient. Tous regagnaient leur logement et la lente descente dans les entrailles de la planète pouvait commencer.

Le plus étonnant est que, studieuse, administrative, stricte et rigoureuse durant le jour, la vie de la cité se débridait dès le couvercle d’acier refermé sur elle. Les restaurants regorgeaient de monde, les bars ne désemplissaient pas et, malgré les colères sporadiques des ligues de vertu, des centaines de lupanars affichaient leurs enseignes sans vergogne et accueillaient toutes les populations de l’univers dans des orgies démesurées.

Yaddo savait bien entendu tout cela. Il savait aussi qu’Azaïs, la belle Anthropo-reptilis avec qui il avait eu une aventure sur Treetown6 avait vraisemblablement été enlevée alors qu’il croyait au contraire, être son prisonnier. Il pensait parfois à elle, mais plus encore à Mona-Lisa, sa compagne aux yeux orangés qu’il avait laissée lors de son départ vers ce qu’il imaginait devoir être une banale mission sur Terra Mater. En revanche, la planète 278 était plate et d’une épaisseur incroyable.

Sa visite sur Luxcity, véritable creuset où se trouvaient réunies presque toutes les races peuplant l’univers, avait pour but de chercher des informations sur le fameux mouvement des NAM (Nostalgiques des Anciens Mondes) dont il était sur qu’il n’était pas étranger à la disparition d’Azaïs, pas plus qu’aux curieux évènements qui avaient précipiter sa mission initiale.

Son bracelet s’illumina soudain. L’autorisation de se poser venait de lui être donné. Il eût juste le temps d’observer une tache de lumière au flanc de la montagne bleutée. Une tâche à son avis, tout à fait incongrue. L’ordre de dématérialisation de sa bulle clignota et il entra dans la salle d’arrivée du spatioport pour se présenter au comptoir ou l’attendait ce brigand de Joe Krapov le chef de la police locale et l’un de ses plus vieux amis.
La nuit serait longue.

14 commentaires:

  1. Quel souffle ! J'ai beaucoup aimé M'Sieur ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arpenteur d'étoiles11 mai 2017 à 16:12

      merci M'Sieur :o))

      Supprimer
  2. On me fait faire de ces choses par ici, dites donc !
    Ravi de te revoir, Yaddo... et de me retrouver sous ta plume, cher Arpenteur !
    C'est une perche tendue pour que je revienne délirer chez les Nostalgiques des anciens mondes ? ;-)

    Amitiés à toutes et à tous !

    P.S. Chef de la police, moi ? Quand même ! Un peu de tenue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une preuve, Joe, que tu sois si bien informé d'être mentionné dans un texte de L'Arpenteur que tu surgisses ainsi de nulle part
      mais alors ça oui, reviens délirer par chez nous :)

      Supprimer
    2. Arpenteur d'étoiles11 mai 2017 à 16:13

      je suis du même avis que Tisseuse ... si tu reviens écrire (et délirer) chez nous cela nous ferait un immense plaisir !!
      en plus tu es copain de Yaddo ... alors !!

      Supprimer
  3. le retour de Yaddo et de Joe Krapov, en un seul texte, d'un coup d'un seul c’est un véritable coup de maître !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arpenteur d'étoiles11 mai 2017 à 16:14

      coup de maître je suis pas sur, mais j'ai bien travaillé ce texte là :o)
      merci ma Tisseuse !

      Supprimer
  4. ça donne le tournis... surtout à ceux comme moi peu habitués à ce genre littéraire. Bravo (quand même) l'Arpi !

    RépondreSupprimer
  5. Grandiose ! Il faut s'attendre à un afflux de candidatures pour partir explorer le cosmos. Moi-même... mais avant que j'envoie ma lettre de motivation : Azaïs, le belle Anthropo-reptilis, sera du voyage ?

    RépondreSupprimer
  6. Une autre arche de Noé en somme !

    RépondreSupprimer
  7. Alors comme ça, mon oncle est chef de la police...
    Il m'a toujours dit qu'il était espion...
    Merci arpenteur pour cette information de première grandeur.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comment !!! Joe Krapov est ton oncle ?
      ah ben ça alors :)))
      et sais-tu que L'Arpenteur est mon cousin ?

      décidément, c'est une grande famille que celle des Impromptus :)

      Supprimer
    2. Je trouve que Célestine a beaucoup de tontons ici !!! :-)
      Et toi un cousin Tisseuse ?
      Va falloir que je me trouve un lien de parenté avec, avec qui ? Ou, je sais pas moi, un parrain, une marraine ? Qui se dévoue ? :-)

      Supprimer
    3. tant qu'il s'agit de tontons flingueurs désopilants :)))

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".