mercredi 17 mai 2017

Arpenteur d'étoiles - Un pur hasard

Un étonnant hasard

Aurore s’était endormie sur le siège passager. Sa chevelure brune encadrait son visage à l’ovale raphaélique. Je garais le véhicule et la réveillais en soufflant doucement sur ses paupières.
- Nous sommes arrivés.
Elle s’étira, mis ses bras autour de mon cou et m’embrassa doucement.
- Je crois avoir un peu dormi. Où sommes nous ?
- Dans l’endroit le plus extraordinaire que je connaisse.
- Mais encore ?
- Au Cosmos Hôtel. Allez, viens.

Je prenais nos bagages quand un groom se précipita.
- Heureux de vous revoir, monsieur. Vous avez fait bon voyage ? Où dois-je monter vos bagages ?
- Sur Vénus, bien entendu, Joshua. Je glissais un billet dans sa main et entraînais Aurore vers la réception.

L’architecture du Cosmos Hôtel était pour le moins avant-gardiste : un arbre gigantesque composé de huit branches étagées le long d’un tronc monumental, et orientée chacune vers une planète du système solaire. Chaque branche comportait une dizaine de suites dotée d’une immense baie vitrée dont la partie centrale était en tout point semblable à la lentille d’un énorme télescope. Faire l’obscurité dans la pièce et activer électriquement cette lentille vous plongeait dans l’espace pour un voyage immobile centré vers la planète choisie. Celle-ci devenait parfaitement visible, comme accessible. L’expérience vécue alors se révélait unique. Allongé confortablement sur des banquettes suspendues, on flottait dans l’immensité galactique. Mieux encore, l’arbre hôtel en entier pivotait doucement sur un axe accompagnant le mouvement perpétuel de la voie lactée.

Aurore était la huitième à me suivre là bas. J’avais gardé Vénus pour elle, parce que son prénom évoquant la naissance du jour, s’accordait avec l’apparition de Vénus à la nuit tombée. J’avais encore en ce temps là des lubies de cet ordre. Au gré des derniers mois, j’avais offert Neptune à Ondine, découvert Mercure avec Pénélope, visité Saturne auprès de Claire, et Mars sur les ailes de la douce Colomba. J’avais marché sur Jupiter avec Indira, voyagé vers Pluton avec Lucille et avec Estelle vers Uranus .

- Je rêve, murmura simplement Aurore en découvrant la chambre et le salon attenant.
Le jour glissait vers le crépuscule qui nous environnait peu à peu. Nous avions la suite la plus haute de toutes, la branche Vénus étant elle-même la plus élevée de toute les ramifications du Cosmos Hôtel. Un léger souffle parfumé pénétrait par la baie entrouverte. Côte à côte, appuyés à une rambarde transparente, nous avions l’impression d’être à la proue d’un navire intersidéral parti à la conquête de l’infini.

La nuit qui s’ensuivit fut toute entière dédiée à Vénus, à tout point de vue. Au matin clair, réveillé par les oiseaux, je trouvais une Aurore au regard un peu trouble et prête à sortir. J’en éprouvais moi-même une sorte de malaise. Elle s’approcha et d’une voix posée :
- Tu sais, Sol, aujourd’hui sera pour toi, un jour un peu ... spécial.
- Et en quoi donc ? Elle échappa, mutine, à mon étreinte.
- Rejoins-moi au salon Alpha du Centaure vers onze heures. Elle déposa un baiser léger près de mon oreille et sortit, me laissant interdit.
A onze heures, je poussais la porte du salon. Il y régnait une pénombre habitée. Au fond, une grande table derrière laquelle étaient assises plusieurs personnes que je ne pouvais deviner.
- Assieds-toi, Sol. Dans le fauteuil, juste devant toi. La voix était ferme mais sans agressivité. J’obéis.

La lumière se fit progressivement dans la pièce et devant mes yeux éberlués je découvris mes huit conquêtes. Mais derrière chacune d’elle se tenait, imposant, le dieu ou la déesse de l’Olympe protecteur de la planète que nous avions connue ensemble. Ce fut Aurore qui parla la première :
- Aujourd’hui, cher Sol, va se dérouler ton procès en séduction. Comme tu peux le voir, chacune de nous sera aidée par une divinité. Mais pour que l’équilibre et l’équité soient respectés, toi même sera sous la protection d’un Dieu. Cependant, nous ne savons pas lequel a pris ce risque, lequel a choisi de tenir ce rôle.

Il y eu un grand bruit et une forme se matérialisa derrière moi. Je sentis une main se poser lourdement sur mon épaule. En même temps, un rire colossal parcourut l’aréopage qui me faisait face. Un rire inextinguible où les voix claires de mes maîtresses et des déesses se mêlaient aux timbres puissants des dieux.

Je me retournais. Le hasard prenait place …
Derrière moi, inquiétant et superbe, le dieu Pan.

18 commentaires:

  1. Très intéressante lecture entre conte et réalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arpenteur d'étoiles20 mai 2017 à 11:33

      merci Pascal,
      ce récit est un peu déjanté mais les dieux de l'Olympe étaient là ... et les filles aussi :)

      Supprimer
  2. Une bien jolie nouvelle digne de la défunte revue "Fiction Sélection". ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arpenteur d'étoiles20 mai 2017 à 11:35

      "Fiction Sélection" je ne connaissais pas
      du coup j'ai vu sur Google et des nouvelles étranges :)

      Supprimer
  3. le hasard serait-il une sentence d'un tribunal divin ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arpenteur d'étoiles20 mai 2017 à 11:36

      ce n'est pas impossible ... :o)

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Arpenteur d'étoiles20 mai 2017 à 11:37

      t'as bien raison, le dieu Pan fait plutôt peur ... mais il doit être un très bon avocat :)

      Supprimer
  5. J'aime assez les voyages dans la carte du ciel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arpenteur d'étoiles20 mai 2017 à 11:38

      j'aimerai bien construire ce genre d'hôtel qui emmène les rêves et les amours ...

      Supprimer
  6. stouf
    Ainsi le sieur Arpentos qui se prenait pour un nouvel Adonis n'était qu'un satyre ? Ah ben crotte alors ... ;o)

    RépondreSupprimer
  7. Le Dieu Pan ? Flûte alors !
    J'aime toujours autant ces récits de SF où satyre dans tous les coins et ces après-midi ou je retrouve avec délice la faune jamais aphone de l'Arpenteur d'étoiles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arpenteur d'étoiles21 mai 2017 à 09:45

      la faune jamais aphone alors là c'est trop bien cher Joe ...
      le dieu Pan joue aussi de la flûte ... de Pan ... et surement du sax, de la guitare électrique, de la batterie et il imite Jaroussky aussi :o)

      Supprimer
  8. Pour un procès en séduction Eros aurait été plus indulgent peut être ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arpenteur d'étoiles21 mai 2017 à 09:46

      j'aurai bien aimé Eros comme avocat, mais avec les dieux de l'Olympe, je crois qu'Aurore avait justement Eros ... sinon, Pan est très efficace :o)

      Supprimer
  9. Et pan dans l'oeil !
    Oui je sais, elle est facile...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arpenteur d'étoiles21 mai 2017 à 09:48

      il est rude le Pan, mais il est drôle et un peu coquin :o)

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".