lundi 5 juin 2017

Andiamo - Né quelque part

TERRA INCOGNITA

Soyons honnête (une fois n'est pas costume, disait ma bignole d'Aubervilliers), cette histoire m'a été inspirée par le B.D de Gotlib : "le journal d'un conquistador"

Je viens d’atterrir, j’ai vraiment eu beaucoup de mal à m’extraire de cette capsule.
Le voyage a été relativement long ! Mais les ingénieurs avaient vraiment tout prévu, semi-hibernation, tuyau d’alimentation, relié directement à mon appareil digestif, pareil pour les évacuations !

Ce monde dans lequel je viens d’atterrir est étrange, tout semble noyé dans le brouillard. Je dors beaucoup, sans doute le voyage et surtout cette extraction de la capsule, vraiment très éprouvante !

Il faudra que je commence à travailler, je ne sais pas vraiment quelle est ma mission, les instructions sont assez vagues.

J’ai trouvé de la nourriture, une espèce de gros fruit, tout doux et tiède, d’une agréable odeur, je le porte à ma bouche, un liquide onctueux et très nourrissant en sort.

Je mange trop, il faudra que je fasse attention, car après chacun de mes repas, j’éprouve l’irrésistible besoin de dormir.
Je ne sais ce qui m’attend, ni quand je pourrai repartir, d’abord retrouver la capsule, mon vaisseau spatial !

Plusieurs fois par jour, une entité, toujours la même, se penche sur moi, une sorte de gazouillis est émis d’une ouverture, très rouge, avec des rangées de choses très blanches, situées en haut et en bas de cette ouverture, cette entité me change, cela me gêne, mais comment faire ? Le flexible qui se chargeait de mon alimentation et des évacuations a été coupé !

Mes yeux commencent à s’habituer à mon environnement, il semble assez restreint !
Tout à l’heure l’entité m’a murmuré quelque chose comme BBBBBBé.. béééé je crois.

Plusieurs jours que je suis ici. Hier, mon univers a basculé, l’entité a ouvert une sorte de hublot, et j’ai vu au-delà de ce petit univers que je croyais fini, ce monde semble beaucoup plus vaste que je le pensais !

Aujourd’hui l’entité a tenté de communiquer avec moi, elle m’a saisi avec ses deux grands bras terminés chacun par cinq tentacules, l’ouverture rouge s’est approchée de mon oreille et a murmuré : MA…MAN !



Je crois que je ne retournerai jamais d’où je suis venu.

10 commentaires:

  1. C'est magnifique, cette allégorie de la naissance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dis souvent : "on ne se souvient pas de sa naissance, et on ne pourra avoir aucun souvenir de ses funérailles, qui sont pourtant l'Alpha et l'Oméga de notre pauvre existence. ];-D

      Supprimer
  2. oui, superbe représentation de l'arrivée sur terre
    et qui sait.... ce que pense l'enfant, et d'où il vient réellement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que pense l'enfant ? "Que diable suis je venu faire dans cette galère" ?...

      Supprimer
  3. C'est excellent, superbement écrit, mais, si je puis me permettre, l'indication de la source d'inspiration eût gagné à être mise à la fin. (Ou alors c'est parce que je connais trop mon Marcel ?). J'aime bien quand le locuteur d'un texte est mystérieux ou quand le texte est du genre "devinette dont la solution se dévoile peu à peu".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joé : ;Peut être aurais-je dû le dévoiler à la fin, mais j'aurais entendu d'ici les : "Tain il a pompé sur Marcel M'sieur" !!!

      Supprimer
  4. Et personne pour écrire le point de vue de la "capsule" ?
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Célestinbe : Comme l'aurait dit Pierre Dac : "par là, la capsule ne voit pas grand'chose" ! ];-D

      Supprimer
  5. L'entité a fait un beau bébé ! :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marité : faire des bébés, c'est son violon d'Ingres ! ];-D

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".