lundi 12 juin 2017

Andiamo - Une nuit gourmande

De bar en bar, de grandes avenues en ruelles sordides, je crois bien que j’avais frotté ce soir-là plus de zinc qu’un curé peut en bénir !

Deux ou trois échassières, qui en cuissardes, qui en escarpins, bas résilles et jupe au ras du trésor, attendaient le micheton.
Elle est entrée, fraîche, souriante, incongrue dans ce décor poisseux.

-Un mêlé-cass a-t-elle commandé au loufiat mal rasé, la clope « Boyard papier maïs » faisant corps avec ses babines violacées.
Rien qu’à son air abruti, j’ai tout de suite compris que la petite venait de lui parler en Inuit !
-C’est de l’eau-de-vie avec du cassis, plus d’eau-de-vie que de cassis, servi dans un verre à Martini. Tu mets des glaçons au moment de la préparation, mais tu ne les laisses pas dans le verre… Verstehen ?.

Une boisson d’une autre époque dis-je à la femme en me tournant vers elle tout en lui décrochant mon sourire à 4, 95, celui qui faisait chanstiquer les rombières, quand je n’avais pas dépassé la date de consommation.
-Une boisson d’homme aurait dit Audiard, poursuivit la belle rousse, car elle était aussi rousse qu’un tas d’rouille, au moins ça changeait des filasses rencontrées, celles qui pensaient qu’un coup de blond allait leur retirer une dizaine de berges, et la loi de la pesanteur hein ? Elles en faisaient quoi ?

On a parlé de tout, de rien, de « Trou du cul premier » qui venait d’être élu président, de ce quartier des halles qu’elle n’avait pas connu « avant », les petits troquets dans lesquels on servait le Muscadet quasiment à la pression ! La gratinée des petits matins, au milieu de la faune des louchébèms, grandes blouses autrefois blanches, tachées de résiné. Seules les prostiputes, étaient encore présentes, moins nombreuses toutefois.

Je m’appelle Adeline, Adeline Ferrero, et vous ?
-Mario Rodatti.
-Vous êtes Rital itou ?
-Si peu, ça remonte à mes arrière-grands-parents, je ne parle pas une broque de la langue de Dante, ou alors deux mots quand je suis bourré, trois sous la torture.
Ma réflexion l’a fait sourire, un si joli sourire. Mais vous, Ferrero, vous êtes apparentée au chocolatier ?
-Oui c’est vrai, nous sommes cousins germains !

Elle a siroté son mêlé-cass, moi j’ai terminé mon Bourbon, nous nous sommes regardés… On s’arrache ?
Elle a acquiescé, on boit un verre chez moi m’a-t-elle demandé ?.
-Excellente idée, mais je ne suis pas en état de conduire.
Ma voiture est là, une Giuletta sprint de 1959 était garée, une pièce rare !
Moteur 1300 cc, arbres à cames en tête, freins ventilés, une merveille pour son époque !
-Ah mais, voilà un connaisseur, et j’apprécie vivement.

Je suis monté, elle a embrayé sans sauvagerie, il faut ménager la vieille Dame a-t-elle murmuré à voix basse, et surtout ne pas la vexer !
Elle habitait rue de la Pompe, décidément cette gonzesse avait plus d’un talent…
Un chouette appartement au deuxième étage, ascenseur « à l’ancienne » avec porte en fer forgé, pas très sécurisant, mais un charme fou.
Elle m’a installé dans un superbe canapé second empire, en compagnie d’un Armagnac hors d’âge.
Un peu plus tard elle est apparue, seulement vêtue d’un déshabillé transparent, elle s’est plantée devant moi, a lentement fait glisser le voile…

Aux endroits sensibles de son corps magnifique, elle avait disposé des touches de Nutella, une nuit gourmande m’attendait.

17 commentaires:

  1. Du Munster chez l'Arpenteur, du Nutella chez Andiamo, du cassoulet chez Vegas... Je crois que je vais faire diète et aller fumer de l'opium chez Laura, finalement !
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joe : La femme chocolat, à déguster lentement... ];-D

      Supprimer
  2. Hasard ou coïncidence Nutella est un produit du géant Ferrero. Finalement qu'elle habite rue de la Pompe n'est pas si étonnant. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean-Charles : Ferrero et Nutella ou inversement, mais habiter rue de la Pompe quand on est gourmande... Un must !

      Supprimer
  3. Le programme de cette fin de soirée me paraît assez clair !
    avec le sourire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lilousoleil : Un brin d'imagination, un zest de gourmandise, quelle belle soirée en perspective ! ];-D

      Supprimer
  4. une femme fontaine...de chocolat, peut-être :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tisseuse : J'ajoute que je n'ai jamais dit, ni pensé :"fontaine je ne boirai pas de ton eau" ];-D

      Supprimer
  5. Tisseuse : AH ah ah excellentissime ! ];-D

    RépondreSupprimer
  6. Moi qui n'aime pas le Nutella, je crois que j'aurais fait un effort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bricabrac : Le Nutella retiré, comme la mer à marée basse... Quelle belle plage ! ];-D

      Supprimer
  7. Un bon chocolat suisse ou belge aurait été mieux que cet horrible Nutella plein d'huile de palme...
    Mais bon, elle s'appelle Ferrero... ;-)
    Une italienne rousse, croisée portes et fenêtres avec de l'irlandais alors ? Ça me rappelle quelqu'un...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Célestine : Aucune importance puisque c'est le Monsieur qui va manger le Nutella, qui en l'eau cul rance fait office de papier cadeau ! ];-D
      La rousse te rappelle qui ? On veut des noms.

      Supprimer
  8. Arpenteur d'étoiles16 juin 2017 à 14:48

    le Nutella ... quelle belle idée italienne
    mais c'est aussi une vérité de jeunesse :o)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arpenteur : Alors ma petite histoire a ravivé des souvenirs de fin gourmet ?

      Supprimer
  9. Rue de la Pompe, j'aurais imaginé le Nutella ailleurs...Mais voilà que je m'égare. Andiamo, tu es un sacré gourmand ! :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marité : Gourmand, je ne sais pas, gourmet assurément, et puis un dessert présenté de la sorte... ];-D

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".