lundi 26 juin 2017

Joe Krapov - Le sacre de l'été

Le Sacre de l’été 2017

- J’en ai mon baptême de l’emplacement 28 du camping des Flots bleus ! Tous les ans se cogner le Chirac et le Gatineau en gougounes ! On pourrait changer un peu, quand même, non ?
- Crisse ! Tu veux quand même pas t’installer au 12 près des bécosses ?

Batince ! On va encore se faire bouffer la couenne par les maringouins à planter la tente près de cet étang !

Bâtard de cagnard à particule caniculaire ! Quel épais, çui-là ! Y tape comme un sourd !

Câlice ! Se faire arrêter par ces tannants de la maréchaussée sur la route des vins ! Pourvu qu’ils me fassent pas souffler dans leur ivressomètre !

Calvaire d’aoutât ! Méchante bibitte !

Ciboire de parcmètre à touristes ! Après une heure dans les chars cul à cul par 38° ? Se sont tous ligués pour nous assommer ou quoi ?

Diable de colonies de fourmis rouges ! N’y a pourtant pas de sirop d’érable sur la nappe du pique-nique ! D’où c’est donc que vous sortez, diable de sales bibittes ?

Fuck ! Y va encore souffler longtemps le joueur de ruine-babines du bungalow d’à côté ?

Maudit Français ! Pas fermé l’œil de la nuit avec ce feu d’artifice suivi d’un bal populaire avec des tounes tout ce qu’il y a de plus ringardos !

Ostie ! Toutes ces agace-pissette amanchées les seins nus sur la plage et moi qui n’ai rien fait pour éliminer mes poignées d’amour ! J’vas ‘core être traité de balloune ! Quelle badeloque !

Bonyeu ! Je rentre même plus dans mes bobettes !

Sacrament de moules frite à vingt deux euros ! C’est dispendieux, la Côte d’Azur !

Simonaque de quinze août de mes deux ! Pas un seul dépanneur d’ouvert !

Tabarnak de bouchon au péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines ! C’est-y pas Dieu possible !

Viarge ! Je vas l’rester ! Aucune blonde qu’a voulu que je sois son chum ! Même pas necké ni frenché pendant le quart d’heure américain ! N’y a que des lambineuses icitte !

Jésus de plâtre de coup de soleil sur les orteils ! Ca aide pas à l’endormitoire ! Ouïlle !

Allez, vous autres ! Parmi ces sacres de l’été, votez donc à c’t’heure pour celui que vous préférez !

15 commentaires:

  1. Pas tout compris sauf que tes vacances sont ratées! Je vais prier saint Arnoult pour toi :)

    RépondreSupprimer
  2. Dieu merci, l'auteur est différent du narrateur ! Merci de la prière quand même ! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Tobernak! fallait le dzire que t'étais d'la baelle Proveinsse !!!
    J'm'suis sucré l'bec à t'lire !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement, ça ne fait pas grossir (même si ça vaut parfois, à ce qu'on dit, un bon bifteck, de rire !) :-)

      Supprimer
  4. Qui n'a pas connu l'emplacement 17, la pétanque, le badminton, la piscine du campinge en plein cagnard, et l'heure sacro sainte du pastaga avec le 28 et le 42, peut rembobiner, et recommencer ses vacances !

    trente cinq ans plus tard mes mômes en rient encore !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous on est des provocateurs incorrigibles : on continue d'aller lire des livres en papier dans une vraie tente en toile au milieu des mobil-homes de tous ces gens-là ! ;-)

      Supprimer
  5. j'ai faille le faire le "sacre" de l'été à la québécoise, fouilla miladzeu !
    mais Joe l'a fait :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de (me) tirer (en vacances) plus vite que mon ombre ! ;-)

      Supprimer
  6. Arpenteur d'étoiles29 juin 2017 à 15:20

    et bien dis donc quelle histoire
    j'ai vraiment ri :o))
    et puis le côté québécois me plait particulièrement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était la célébration du sacre dans le sens québécois ou sinon la description d'une intronisation allégorique.

      Mais je constate à l'instant que j'aurais pu faire les deux ? On peut envoyer deux contributions sur un même thème ?

      Supprimer
    2. oui, parfois nous ouvrons cette possibilité :)
      et même si nous ne l'avons pas explicité sur ce thème précis, si l'envie te vient d'ici dimanche soir, n'hésite pas

      Supprimer
  7. Mais tu as hâte de revenir l'année suivante, présentement ?

    RépondreSupprimer
  8. Les joies du camping ! Je connais ça - même si je suis dans un mobil-home où je lis des livres en papier. Hum !!!

    RépondreSupprimer
  9. De toute façon, l'été, où qu'on soit, personne n'échappe à la lambada, la macarena, etc. !

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".