mercredi 28 mars 2018

Mapie - Les petits métiers


C'était si bon.... de sortir de chez soi, parfois un peu brouillon, et crasseux de sa nuit.... pour n'avoir pas eu le temps d'échapper à ses rêves... et de trouver à deux pas dans la rue...  experte et soignée, cette femme qui éveillait tes sens et ceux de tes proches ... 

Parfumeuse elle était... En un coup d’œil, elle signait ta journée de fragrances personnelles, ajustées et nouvelles  car appropriées à ton humeur du jour... 

Puis tu prenais le tram.. dans lequel, il s'approchait, comme un ami  distancié et t'accostait une minute à peine juste le temps de.... 
"- quelle prestance aujourd'hui!  ne t'en déplaise mon cher il brille en ton regard un je ne sais quoi qui devrait faire fureur en ce jour... "

Flatteur de rue...  je sais, drôle de métier !

Aujourd'hui, on parlerait de harcèlement, mais lui, c'était différent... si si... c'était son métier...
Il caressait les gens de ses mots, un peu comme un troubadour personnalisé...
Il leur disait les choses dont ils avaient besoin pour aborder leur journée  du bon pied...
Le flatteur s'improvisait Fou du roi si l'humour leur manquait...
Le sourire, l'envie d'être leur était insufflé par ces quelques paroles amicales et humaines...

Quoi ? Comment ça ?
Ces métiers n'ont jamais existé ? 
Vous me faites douter... j'aurais rêvé... 

Où lire Mapie

12 commentaires:

  1. Rêvé ? Pas tant que ça ! Parfumeuses, maquilleuses, renards à corbeaux et nègres discursifs sont désormais au service des puissants. Est-ce que ça les rend amicaux et humains ? Là est peut-être la question !

    Finalement, je veux bien retourner dans ton rêve !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention Joe Krapov, mes petits métiers à moi sont réservés à tout un chacun... et non une élite!! ;-) Si chacun se sentait bien , peut être pourrions nous mieux vivre ensemble...

      Supprimer
  2. Mais que nenni, voilà un métier bien sympathique ! J'ai connu rue Brisemiche dans le IV ème arrondissement de Paris , le quartier Saint Merri, j'ai connu disais-je un "coupeux d'cornes" un homme qui moyennant quelques sous se chargeait de sectionner au ras du crâne, les cornes des cocus ! Et crois moi chère Mapie, il ne manquait point d'ouvrage ! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une façon d'aider à aborder sereinement la journée!! ;-)

      Supprimer
  3. Non tu ne rêves pas, les gens qui se lavent peu et se parfument beaucoup j' en sent plein dans le RER. Alors je pète un long coup et on se sent tous en famille !;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là c'est un peu agressif... mais si le résultat est le bon ;-)

      Supprimer
  4. flatteur de rue, formidable, j'aimerais bien en croiser, tu en connais un ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça doit pouvoir se trouver Emma! ;-)

      Supprimer
  5. rêvons rêvons...
    flatteur de rue au parfum
    des mots
    parfumeuse non fumeuse
    aux flagrances pas rance
    des petits métiers bien sympathiques

    RépondreSupprimer
  6. Belle façon d'aborder la consigne en y apportant du rêve ! Bien vu Mapie !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".