lundi 4 juin 2018

Brizou - Monologue d'un banc public

Le banc du lac

Ô lac, combien de fessiers et combien de derrières
Ont posé leur séant sur mes augustes planches
A présent patinées par les ans
Et par leurs fondements
Lissé, poli je suis maintenant.

Il y en eut de bien jolis, des plats, des rebondis
Des timides qui ne posaient qu'une fesse
Des amoureux collés l'un contre l'autre
J'en ai connu plusieurs qui m'ont caressé
Doucement dans le sens du bois
Me donnant maints émois

Ô lac, certains de ces arrière-trains 
En s'affaissant sur moi
Ont fait trembler mon assise
D'autres plus légers à la fesse coquine
M'ont fait rêver plus d'une fois
Ha ! Les jolis popotins qu'ils étaient

Quels qu'ils soient, postérieurs aux abois
Ou pétards de douairières
Mignonnes petites miches
Tournures aguicheuses ou croupes fatiguées
Elles vont bien me manquer
Quand par un siège plastique ils vont me remplacer

Au fond d'un hangar ou dans un vide-greniers
Ils vont bientôt me reléguer
Pour moderniser
Tes rives délicates
Ô lac, je ne te verrai plus
Et ne converserai plus jamais avec toi

13 commentaires:

  1. vegas sur sarthe4 juin 2018 à 22:40

    Ce défilé de popotins semble bien anodin ! Pas de quoi finir aux assises :)

    RépondreSupprimer
  2. On peut toujours récupérer les lames de bois, afin d'en faire des rames ! ];-D

    RépondreSupprimer
  3. j'ai, en effet, bien peur qu'il soit démonté et recyclé... si seulement une de ses planches pouvait servir de balançoire à de petits derrières innocents et joyeux!!

    RépondreSupprimer
  4. On pense un peu à Lamartine assis au bord du lac, mais vrai qu'un banc public c'est rarement seul. Inexorable impermanence...

    RépondreSupprimer
  5. Risque de finir avec un banc de poissons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ou emmené à la déchetterie, quel dommage tout une mémoire perdue à jamais

      Supprimer
  6. Pétard ! C'est joliment tourné, Brizou ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh pétard, ça me manquait! merci tiniak

      Supprimer
  7. c'est écrit de bien belle manière

    RépondreSupprimer
  8. "...postérieurs aux abois..."
    Avec toi les postérieurs deviennent très amusants !

    RépondreSupprimer
  9. Voilà un hymne aux popotins qu'on pourrait lire dans le bottin, ou à défaut dans les potins... ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  10. Merci Tisseuse, Maryline et Célestine... je me suis bien amusée

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".