lundi 4 juin 2018

Vegas sur sarthe - Monologue d'un banc public


Rrrou-crou-couuu

"Chaque jour après l' turbin
je retrouve mon meuble urbain"
Mon banc public m'inspire, je m'en inspire et j'y transpire, je m'y sens bien, lui et moi sommes de la même veine, de la même artère – la rue Poulbot – impassibles et imputrescibles.
Ah il n'est pas né le sans-logis qui Nous en délogera. Je dis Nous à cause des bisets.
J'ai entendu dire qu'à Central Park pour 7500 dollars et si on est cinglé on peut adopter un banc ! Foutaises. Ici c'est lui qui m'a adopté et gratis.

A l'ombre des tilleuls propices aux effusions et aux infusions les deux mêmes pigeons se bécotent inlassablement sur un des accotoirs, véritable banc d'essai pour leurs amours indéfectibles... faut vous dire que chez ces "gens-là", Monsieur, on ne trompe pas, Monsieur, on ne trompe pas, on dure.
Je me prends à rêver.
On y venait autrefois poser nos culs avec Germaine mais c'était avant de devenir pigeon moi-même ou plutôt dindon de la farce.
Sur ce même accotoir – au risque de me faire embarquer pour dégradation du bien public – j'avais gravé à l'Opinel un superbe 'G' et quand Germaine est partie le 'G' est resté, gravé trop profondément pour être effacé, victime de ma fougue juvénile.
Celle qui vivait de son point G – Germaine ne s'en était jamais cachée – me laissait celui-là dans l'accotoir ou plutôt sur les bras.
Alors j'ai revendu mon Opinel afin d'acheter des graines pour mon couple d'emplumés mais ces "gens-là", Monsieur, ça n'picore pas, Monsieur, ça n'picore pas, c'est mal éduqué, ça bouffe chez MacDo Place Pigalle au milieu des michetonneuses et des touristes !
Et quand ils sont repus, honteux de s'être gavés aux OGM jusqu'au jabot ils reviennent dans mon havre de paix sous les tilleuls pour d'autres becquées...
En mode séduction Germaine n'avait pas son pareil pour roucouler, de doux "Rrrou-crou-couuu" venus d'une gorge abyssale et qui parait-il faisaient sa réputation au delà de la Butte.
Et puis l'automne est arrivé avec ses traîtres frimas; Germaine eut beau rallonger ses mini-jupes et rehausser ses décolletés, elle avait pris une mauvaise toux, comme des roucoulements gutturaux... alors fatalement elle s'est mise en ménage avec l'apothicaire de la Place Blanche, un vieux beau en blouse blanche comme la place et qui sentait l'huile de camphre et la Brillantine.
Je la connais bien, elle a dû se refaire une santé sous la couette ainsi qu'une pharmacie prophylactique d'enfer.
Mon couple d'emplumés et moi on s'est serré les coudes – les humérus pour parler vrai – et on a tenté d'oublier Germaine et ses vocalises. Les seuls qui roucoulent ici désormais c'est Edith et Marcel; je les ai baptisés ainsi, plus pour leur amour intemporel que pour leur envol...
Je sais qu'un jour ils partiront au paradis des bisets, ça ne vit pas plus de sept ans un emplumé citadin et il ne me restera que mon banc, ma plume et mon cahier d'écolier pour rêver.
"Chaque jour après l' turbin
je retrouve mon meuble urbain"

C'est pas mal ça. Je vais le garder pour…

"Vous permettez ?" lance la créature qui vient se poser contre ma hanche, une rouquine callipyge pas piquée des hannetons.
Edith et Marcel sont ravis; vous ne pouvez pas comprendre, il n'y a que moi qui sais qu'un biset est ravi quand il fait "Rrrou-crou-couuu". 

17 commentaires:

  1. J'ai connu un Bizet Georges si ma mémoire est bonne, il était chauffeur, le car mène à tout ! Une Jacqueline Bisset aussi, ô à une consonne près c'est la même affaire Vegas.
    Cette semaine on publie les bancs, le tien n'est pas très loin du mien, une volée de marches tout au plus. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vegas sur sarthe4 juin 2018 à 19:04

      En effet, on est voisins !

      Supprimer
  2. Ainsi vont les femmes, là où c'est chauffé-friqué...

    RépondreSupprimer
  3. Nostalgie roucoulante, à souhait. J'ai marqué, céans, une savoureuse pause, l'ami.

    RépondreSupprimer
  4. j'aurais bien vu comme illustration à ton texte un dessin des amoureux de Peynet :)
    je le dépose sur la page Facebook des Impromptus pour clin d’œil !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vegas sur sarthe10 juin 2018 à 15:27

      J'ai apprécié le clin d'œil, Tisseuse :)

      Supprimer
    2. Ah ouèche ? 'Vais voir ça de suite illico dans l'heure ;)

      Supprimer
  5. Une rouquine callipyge...Je t'avais pourtant dit de ne pas dévoiler notre vie privée... ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vegas sur sarthe10 juin 2018 à 15:28

      Il te reste à te teindre en blonde mais pour le reste...

      Supprimer
  6. Germaine va finir par faire fantasmer nos lecteurs, à force de nous livrer, par ton intermédiaire, un peu de son intimité ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vegas sur sarthe10 juin 2018 à 15:29

      C'est parce que je la découvre comme vous… après tant d'années :)

      Supprimer
  7. Ô chant des bisets
    Rrou crrou rrou
    Ô chants des bisets
    Au soleil sous la pluie
    A midi a minuit
    Il y a tout c'que vous voulez
    Hochant les bisets

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vegas sur sarthe10 juin 2018 à 15:31

      "Il suffisait de te parler, pour t'apprivoiser" qu'il disait… foutaises !

      Supprimer
  8. Edith et Marcel en pigeons roucoulants : ils auraient aimé sûrement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vegas sur sarthe10 juin 2018 à 15:32

      … sinon qu'ils me pardonnent

      Supprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".