vendredi 11 novembre 2016

Chri - Lointains

Je n’y arrive pas. Je ne sais pas ce qu’elle veut. Je n’arrive plus à la comprendre, je n’y arrive pas. Mais bon sang de bon sang de bois que va-t-on devenir ?…

Le type qui n’y arrivait pas, qui l’incisait en pédalant comme un forcené semblait ne vraiment pas y arriver. Pourtant, il venait d’avaler comme qui rigole la montée plutôt raide du col de la Fourasque et juste derrière, en punition, il s’attaquait à la côte de Saint Jean Baptiste. Il était écarlate et soufflait comme un haut fourneau en pleine activité, ses mollets, ses cuisses étaient durs comme du marbre, ses poumons s’enflammaient. Il suait aussi. Beaucoup.

Pendant le petit répit que lui a procuré la descente entre le col et la côte, il n’a pas cessé de râler : Mais qu’est-ce-qu’elle veut ? Ma mort ? Elle veut m’anéantir c’est ça ?

Quoi que je fasse ça ne va pas. Quoi que je dise elle est contre. Quoi que je pense ça la dérange. Je ne peux rien dire, rien faire qui ne l’importune. Mon existence même la dérange. Je sens bien qu’elle ne m’aimerait plus qu’absent ou mort, enfin évincé, disparu. Éliminé.

Comment en est on arrivés là ? Pourquoi a-t-elle changé à ce point à mon endroit ? Nous nous aimions pourtant. Nous étions les cinq doigts d’une même main, l’air et le vent, le nuage et la pluie, le jour et le soleil, la rose et le parfum. Nous étions deux comme un seul. Nous nous regardions avec bienveillance, et chaleur, tendresse et douceur et nous sommes devenus deux ennemis fidèles, acharnés, déterminés D’où nous est venu ce glissement ? Comment nous sommes nous éloignés à ce point, comment avons nous laissé se creuser ce gouffre entre nous ?

Le type se posait encore ce genre de question alors qu’il roulait maintenant sur le chemin du retour. Il n’avait jamais été si proche de chez lui et si loin de l’envie de rentrer.

Où lire Chri
Où voir ses photos

3 commentaires:

  1. Heureusement, plus on pédale moins vite et moins on avance plus vite... ce qui permet de réfléchir

    RépondreSupprimer
  2. Le plus difficile, dans le cyclisme, c'est de pédaler dans la semoule...
    Texte magistral Chri.
    La dernière phrase fait froid dans le dos...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  3. comme tu illustres bien douloureusement le proche devenu lointain :(

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".