jeudi 6 juillet 2017

Célestine - La pluie nous souriait

La pluie nous souriait derrière les vitres en écailles translucides de la marquise au-dessus du perron. Sur le gazon luisant, quatre chatons erraient par petits bonds. Boules de poils à l’abordage des plates-bandes, curieux et maladroits sur leurs pattes, ils gambadaient sous l’averse. Héritage sans doute d’une nuit d’amour de notre chatte sur un toit brûlant, où l’haleine tiède du ciel invite les matous à l’aubade même au crépuscule.

La féerie de ces quatre adorables points-virgules blancs et duveteux, égaillant le soir trempé de leur désinvolture désarmante, nous prit tous à la gorge. Théotime battait des menottes, devant ces peluches vivantes. Je les regardais, attendrie.

Dans un gémissement implorant, Lisa la plus délurée d’entre nous, voulut descendre les cueillir dans son tablier, pour les mettre à l’abri dans ses draps fleuris d’églantines. Père refusa, prétextant que leur mère les chercherait partout. Nos protestations ne le firent pas changer d’avis.

En réalité, il craignait que nous nous attachions à ces bestioles. Il savait d’expérience que le déchirement de leur perte serait trop terrible, si jamais nous devions nous en séparer.

Ce soir-là, dans la chambre bleue sous la pluie d’été, nous apprîmes le renoncement, les poumons serrés de sanglots. La leçon fut d’importance, puisque je ne l’ai jamais oubliée.

Où lire Célestine

14 commentaires:

  1. Une belle histoire touchante et toute simple où l'on apprend que le renoncement commence dès l'enfance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout commence dès l'enfance, les sentiments tout neufs s'exercent sur les coeurs sortis de l'oeuf...
      Merci Marité

      Supprimer
  2. Quatre chatons
    Chatons mignons
    Qui ce soir feront...
    Un bon miroton; ]:-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhôô ! vilain garçon !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Comme elle est profonde la tristesse des bambins privés de si mignons "jouets" vivants! J'aurais craqué aussi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, on m'apprit très tôt que les êtres vivants ne sont pas des jouets, combien de gosses font des caprices pour avoir tel ou tel animal, pour ensuite ne plus vouloir s'en occuper...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Célestine ou Marité ? Marité ou Célestine ? That is...

      Supprimer
    3. Dans mes bras ma soeur !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Ça alors ! Moi aussi, ça me fait drôle. Ton histoire rejoint la mienne quelque part. Ce que je n'ai pas dit : nous avons été dérangés par des miaulements de chatons que leur mère avait fait dans le foin.
    On saura tout bientôt ici ! :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quatre chatons blancs ? C'étaient les mêmes, si ça se trouve... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Ne pas s'attacher pour ne pas souffrir, ma foi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une leçon de vie...que je n'ai pas toujours suivie !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. "Même si on n'a tous en nous quelque chose de Tennessee, on ne se méfiera jamais assez de la chatte sur un toit brûlant" dit le "matou-vu en éducateur rousseauiste ?". ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Combien de références en une seule phrase, t'es trop fort... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".