lundi 24 avril 2017

Andiamo - Aimer l'amour et l'écrire

Un amour infini.

- Monsieur Delmont ! C'est le quatrième acheteur que vous refusez ! Êtes-vous sûr de vouloir vendre votre maison ?
L'homme qui s'adresse à Claude Delmont est un jeune vendeur, employé chez le marchand de biens ayant pignon sur rue dans la petite ville de Villefranche-de-Lauragais, à une trentaine de kilomètres de Toulouse.

Claude Delmont n'est plus très jeune, soixante-dix ans aux vendanges, un cœur fatigué par une vie un peu débridée, mais dans le sud-ouest con, on aime bien la fête.. con !
- Vous savez, Monsieur Delmont, vous en voulez cent cinquante mille francs de votre maison. Elle est grande certes, mais il y a pas mal de travaux à effectuer, et puis nous sommes en 1963, et avec la ceinture que le grand Charles nous resserre chaque jour, il faut faire des concessions. Tenez, le dernier visiteur vous a fait une offre à cent trente-cinq mille francs, c'est très raisonnable, Monsieur Delmont ! Très raisonnable !
- J'ai dit cent cinquante, un point c'est tout !
- Bon, c'est votre droit, Monsieur Delmont, mais si vous persistez, mon patron va rouspéter et ne s'occupera plus de vous, c'est notre droit également.
- On verra bien, jeune homme : à diù siatz !

Une fois seul, Claude marmonne, "il" m'a envoyé un couple ! Lui, il est boutonneux, elle est mal fagotée, sapée comme une serpillière. Ah non ! Je ne veux pas de ça pour "ELLE" !
Il s'est fait réchauffer un bol de soupe, genre garbure, quelques morceaux de pain dur à tremper afin que "ça tienne au corps" comme on dit, une large tranche de pain de campagne, un morceau de fromage de chèvre, arrosé avec le "chabrot" ! Et au lit...
L'orage qui menace depuis hier s'est enfin déchaîné, apportant un peu de fraîcheur et d'eau pour le maïs qui en a bien besoin. Claude s'est réveillé, il est assis dans son lit, il n'a pas allumé.
Le bruit de tôle froissée tant attendu se fait entendre, Claude se lève, enfile ses bottes de caoutchouc, alpague sa canadienne avant de sortir.
Dehors, le platane de la terrasse est secoué par les bourrasques, et contre le muret il aperçoit, à travers l'encre de la nuit, deux phares curieusement dirigés vers le ciel.
Un sourire illumine sa face, c'est ELLE... Oui, c'est ELLE !

Il ouvre le portillon, un grincement sinistre se fait entendre, nul alentour pour capter ce bruit, il vit un peu à l'écart sur la route de Gardouch.
Contre le muret, une 404, dont on ne distingue pas bien la couleur, est encastrée. Claude ouvre la portière côté conducteur, une jeune femme est affalée sur le volant, elle est seule dans la voiture.
Avec d'infinies précautions, Claude a extrait la jeune femme de la voiture, l'a prise dans ses bras et commence à l'emporter chez lui.
L'effort est considérable pour un homme de son âge, il sent une douleur monter dans sa poitrine, il respire lentement, fait le vide dans sa tête, ne pas paniquer, ne pas s'affoler, inutile d'en remettre une couche !
La porte entrebâillée lui facilite l'entrée, il dépose la jeune femme sur le grand canapé, il ôte ses bottes et sa canadienne, lentement en portant sa main à la poitrine, il reprend son souffle, puis se penche sur la femme.

Elle a la trentaine tout au plus, des cheveux longs, elle est très belle. Claude lui sourit, il sait que dans dix minutes elle ouvrira ses jolis yeux couleur noisette, se passera la main dans les cheveux et demandera...
- Où suis-je ?
Depuis la cuisine, Claude l'a entendue, il arrive une tasse de thé à la main...
- Tenez Madame, c'est du Darjeeling !
- Oh, mon préféré, vous êtes devin ?
- Nooon, mais c'est mon préféré également !

Elle trempe ses lèvres dans la jolie tasse de porcelaine, la dernière d'un service magnifique, cadeau de sa Marraine pour son mariage, c'est loin, si loin, sa Michèle partie il y a près de vingt ans bouffée par le crabe.
Elle va me dire...
- C'était bien bon merci, Monsieur... ?
- Claude, appelez-moi Claude, et vous ?
- Je ne sais plus, je ne me souviens plus de rien ! J'ai ouvert les yeux dans cette pièce, je vous ai vu, c'est tout ce dont je me souviens...

Ça fait combien de fois que je la vois ? Douze, quinze fois ? C'est toujours à peu près le même scénario, bien sûr quelques mots changent, un "je me rappelle" au lieu de "je me souviens" mais vraiment des détails. Je faiblis, mon cœur ne va pas trop fort, ce soir, j'ai bien cru... Qui peut prendre le relais ? Tous ceux qui se sont présentés étaient soit trop vieux, soit trop cons, soit pas assez "couillus" !
Il se souvient de la première fois : c'était il y a quinze ans, le bruit l'avait réveillé, il s'était levé une lampe torche à la main. Une 404 encastrée dans le mûr de clôture, le cœur serré, la peur de découvrir des blessés, des morts peut-être ? Juste une jeune femme infiniment belle et seule. Il l'avait portée chez lui, préparé un thé, le téléphone coupé à cause de l'orage, il n'avait pas pu prévenir les gendarmes. Leur nuit magnifique, suivie des deux autres, et un matin...
Il lui a présenté sa chambre, ensemble ils ont mis des draps propres, et au moment de la quitter : elle va me dire...
- Pourquoi vous partez ? Tout en faisant glisser sa robe.

Elle sera là durant trois jours, une femme magnifique, allant, venant, virevoltant, ils prendront des bains ensemble ! Elle se mettra même aux fourneaux, afin de lui préparer une tarte Tatin puis, au troisième jour, quand il se réveillera, la place près de lui sera vide, seul subsistera un peu de son parfum, Shalimar de Guerlain...

Durant mes longues journées d'attente, Je ne puis lui écrire bien sûr, alors je la dessine infiniment...

16 commentaires:

  1. L'écrire pour nous c'est aussi l'inviter à nouveau... le Claude devrait faire chauffer l'eau du thé avant d'aller voir près du muret

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Végas : Tu vois pour lui il veut croire que c'est toujours la première fois, comme le chantait Jean Ferrat.

      Supprimer
  2. Je me tâte pour une petite maison à vendre, coquette, pimpante, en bas de la côte, juste au détour de la route, près du muret

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bricabrac : Une 404 dans le garage ? J'ai possédé autrefois deux 404, ça ne me rajeunit pas ];-D

      Supprimer
  3. j'aime énormément cette histoire où tout se rejoue...presque à l'infini

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tisseuse : revivre les premiers instants infiniment, un bonheur ];-D

      Supprimer
  4. Une très beau texte. Qui dit parfaitement la beauté des commencements. J'aime vraiment beaucoup. Bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. V.s : Et ppourtant au début cette histoire, elle va dans le mur... Comme quoi ! ];-D

      Supprimer
  5. Le thé, c'est aphrodisiaque ?
    Belle histoire, pour une fois pas trop morbide, mon andiamounet. On est ému.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  6. Très sympathique aventure; c'est un peu comme un rêve réel. les femmes sont toujours belles dans les rêves. Heureusement... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pascal Dupont : belles dans les rêves, mais pas que... J'ai l'œil sélectif : je ne vois QUE les belles ];-D

      Supprimer
  7. Il va pouvoir la revivre longtemps son histoire : la garbure avec un chabrot, ça conserve.

    RépondreSupprimer
  8. Marité : Madame connaît la garbure et le chabrot, tout n'est pas perdu ! ];-D

    RépondreSupprimer
  9. Arpenteur d'étoiles28 avril 2017 à 14:34

    le thé Darjeeling parfumé, noble et précieux... c'est "la terre des foudres" qui entraîne un amour aphrodisiaque ... joli texte et belle histoire

    RépondreSupprimer
  10. Arpenteur : "La terre des foudres", un jour d'orage, c'est un thé bien nommé ];-D
    Et merci M'sieur.

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".