lundi 1 mai 2017

Vegas sur sarthe - La loge

La guerre de Troie

Depuis que son mari avait été élu chorège par décision du Conseil municipal pour le concours de tragédie grecque d’Issy-les-Moulineaux, madame Dugenou la concierge ne vivait plus ou plutôt elle vivait à l’heure d’Eschyle et de Thémistocle soit quinze bons siècles d’écart.
Je l’avais baptisée madame Dugenou car c’est dans cette position ambiguë que je l’avais toujours croisée pour ne pas dire enjambée dans l’escalier en partant à mon travail.
Dans son bel enthousiasme et par souci du détail le mari l’avait obligée à chausser des cothurnes ce qui lui faisait une belle jambe pour passer la serpillière!
Car un va-et-vient incessant d’artistes amateurs et de va-nu-pieds animait l’immeuble du rez-de-chaussée jusqu‘au “ciel“, le dernier étage où s’entraînait la troupe composée à la hâte.
Par le judas de sa loge Madame Dugenou crut reconnaître tour à tour les serveurs du Café de la Paix, un contrôleur du RER, un chargé de clientèle de l‘agence Picsou, le bedeau de la paroisse saint Benoît et même une besogneuse du quai Stalingrad à la crinière flavescente et au décolleté bien rempli.


Calfeutrée dedans sa loge, la concierge priait en vain pour que cesse ce marathon de satyres beuglants et de bacchante dépoitraillée. Son mari ne l’appelait-il pas maintenant Hélène dans ses nuits au sommeil agité ?
Elle l’aurait bien envoyé se faire voir chez les grecs mais Monsieur Dugenou était devenu intouchable au propre comme au figuré, il avait pris la grosse tête: c’est qu‘il montait la guerre de Troyes, et non pas la guerre de Troie car ses origines champenoises venaient de ressurgir sous la forme de bouffées d’orgueil qui lui donnaient le teint rubicond et l’oeil pétillant du créateur investi d’une haute mission.

Dorénavant le Maître ne portait plus que socquettes Olympe et slips Athéna.
Pour monter une telle tragédie, monsieur Dugenou se perchait dès le matin à califourchon sur une haute chaise d’arbitre empruntée au club de tennis voisin; de son perchoir il dirigeait sa troupe hétéroclite au rythme désordonné d’un absentéisme sauvage et au gré des vocations contrariées…


Dans l’escalier qui mène à la gloire, la belle Hélène – j’appris plus tard qu’elle se prénommait Raymonde – chaussée de ses cothurnes s’échinait de plus belle.

“Je vois bien que nous ne sommes, nous tous qui vivons ici, rien de plus que des fantômes ou que des ombres légères“ déclamait celui-là même dont elle décrottait les traces boueuses sur les marches.

“La parure des femmes, femme, c'est le silence“ clamait un autre quand elle se retenait de crier “Essuyez vos pieds, Bon Dieu!“.

Et dire que la copropriété unanime avait rejeté toute idée d’un ascenseur!

Un acteur peu scrupuleux osa même : “Un jour suffit pour faire monter ou descendre toutes les fortunes humaines“ sous les applaudissements de la troupe conquise

C’en était trop!
Monter ou descendre… telle n’était plus la question, elle fit son choix.
Raymonde Dugenou dite Hélène quitta sur le champ ses cothurnes pour des chaussures plus adaptées à la fuite et apposa ce petit mot sur la loge – non sans avoir hésité sur l’accent circonflexe – à l’attention de son mari:

Je quitte Issy pour Pâris.
Adieu

La guerre de Troie était officiellement déclarée.
Monsieur Dugenou chercha vainement Hélène pendant huit ans dans le 16ième rue Giraudoux où ils avaient vécu autrefois…
Pourquoi diable quitter ici pour Paris? Il cherche encore la réponse

15 commentaires:

  1. Pourquoi quitter Issy pour Paris ? ... C'est simple aurait dit François :

    Mais soient Lombardes, Romaines

    Genevoises, à mes périls,

    Piémontaises, Savoisiennes,

    Il n’est bon bec que de Paris


    RépondreSupprimer
  2. Belle histoire que celle de cette troupe d'amateurs qui monte au ciel et au théâtre, j'ai bien fait d'acheter ce numéro d'Issy Pâris

    RépondreSupprimer
  3. Publié dans Issy Pâris? Je n'en espérais pas tant :)

    RépondreSupprimer
  4. Un texte très drôle. J'ai bien ri. Une tragédie. Un drame. Hellénien ? Non, isséen.

    RépondreSupprimer
  5. Par empathie, j'ai chaussé des cothurnes pour passer la serpillère. Eh bien, c'est vraiment pas prêtais une du tout ! Mais ton texte...ah...ton texte... Quel regal.
    ¸¸.•*¨*• ⭐️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déchausse toi Célestine... tu mérites mieux !

      Supprimer
    2. Ma tablette a bouffé le mot "pratique"
      Et mon commentaire ne voulait plus rien dire...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. De cothurne en brodequin, rien de vaut la liberté par issy
    ☺☺☺

    RépondreSupprimer
  7. stouf
    Fut un temps j'ai jouer aux échecs à trois et la stratégie, la logique et la réflexion primaient sur la force du nombre ...

    RépondreSupprimer
  8. Les Dugenou en cothurnes et slip Athéna : quelle tragédie !
    Et quelle comédie ce texte ! Tu excelles.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai trouvé l'image assez décalée :)

    RépondreSupprimer
  10. ah ah !!! le petit théâtre de cet immeuble est un véritable enchantement
    comme d'hab :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De nos jours les digicodes sont moins bavards :)

      Supprimer
  11. Arpenteur d'étoiles7 mai 2017 à 16:39

    tragédie grecque et comédie végasienne
    Mâme Raymonde Dugenou est une vraie actrice :o)

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".