mardi 27 juin 2017

Andiamo - Le sacre de l'été

Le sacre de l’été.

Mon sacre de l’été ce furent des vacances en Auvergne, avec ma sœur, mon frère, et… Ma mère.

Ils étaient trois, trois petits enfants, ils n’allaient pas glaner aux champs comme dans la chanson.

Il y avait une fille et deux garçons. Le plus jeune avait neuf ans, l’aîné douze ans et, entre deux, juste au milieu, leur sœur.

Ils passaient leurs vacances en Auvergne, leur Maman les accompagnait. L’après-midi se passait en pêche aux vairons, en tentative d’attraper une pauvre grenouille et, quand ils y parvenaient, ils la relâchaient bien vite : courageux les Parigots, mais pas téméraires, des fois que ça morde ?

En baignades aussi dans ce qu’ils rebaptisaient le fleuve Amazone (deux mètres de large à tout casser, le fleuve Amazone de leur enfance) rempli de piranhas, de crocodiles et surtout d’anacondas énooooormes et extrêmement voraces.

L’heure du goûter arrivait, la Maman sortait d’un grand panier d’osier pain de campagne en tranches, carrés de chocolat ou confitures, un peu de beurre conservé dans un pot de grès, mais non pas celui du petit chaperon rouge, je vous vois venir !

Ils avaient faim, les minots, après une journée pareille. Alors commençait la cérémonie. La Dame, très jeune elle n’avait pas trente-trois ans et déjà trois grands enfants ! Elle s’asseyait dans l’herbe, les jambes sagement repliées sous elle, sa robe disposée en corolle afin qu’elle ne se froissât pas. Puis elle saisissait un grand écrin en bois verni, l’ouvrait précautionneusement, il était garni de feutrine rouge, je m’en souviens encore, elle en sortait un violon, puis délicatement saisissait l’archer, enduisait les crins de ce dernier de colophane afin qu’il glissât mieux sur les cordes.

Pendant un moment, elle accordait l’instrument, tournant les petites clefs prévues à cet usage, elle réclamait le silence, car il faut une oreille exercée pour mener à bien l’opération, et elle avait « de l’oreille » comme on dit.

Puis elle commençait à jouer, les enfants oubliaient les tartines, les yeux rivés sur les doigts qui vibraient sur les cordes, elle fermait les yeux pour mieux s’imprégner de la musique, elle commençait toujours par ceci : La méditation de Thaïs de Jules Massenet.

Immanquablement, les trois durs avaient de grosses larmes qui coulaient sur leurs joues… Durs les Parigots, mais pas trop !

Alors, afin de leur redonner le sourire, elle enchaînait : Le concerto pour violon en ré majeur de Brahms, c’est enlevé et le sourire revenait.

Puis, le goûter avalé, ils retournaient à leurs jeux. Au retour, c’était la dispute à celui qui porterait l’instrument merveilleux.

Elle a joué de moins en moins, la Dame, ses doigts devenaient plus gourds, « moins déliés » comme elle disait.

La dernière fois que je l’ai entendue jouer, elle avait environ quatre-vingts ans. Puis, petit à petit, la Dame s’est recroquevillée, elle s’est voûtée. A la fin, on aurait dit qu’elle se mangeait elle-même, il n’en restait plus comme on dit, mais, toujours l’œil vif à plus de quatre-vingt-dix ans, elle lisait sans lunettes, l’esprit affûté comme un rasoir coupe-chou ! Et puis à quatre-vingt-douze ans, elle s’est envolée légère comme un arpège, sans faire de bruit…

Elle s’appelait comme moi, plutôt c’est moi qui m’appelait comme elle, c’est normal dans la même famille.

Où lire Andiamo

20 commentaires:

  1. Belle émotion au bout d'un texte léger comme une journée de vacances dans cette très aimable Auvergne où moi aussi j'ai passé des vacances enfant (c'est fou ce qu'on a en commun, cette semaine, par ici !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup l'Auvergne, j'y suis souvent allé en vacances il est vrai. ];-D

      Supprimer
  2. Que d'émotion...mesdames messieurs profitez en bien, c'est pas souvent que vous verrez Andiamo pleurer...pas vrai, Andiamounet ? ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Célestine : Je ne pleure pas belles châsses : j'évoque ! ];-D

      Supprimer
  3. ah Massenet, né à Saint Etienne, ma mère aussi aimait sa musique
    doux texte de souvenir d'enfance, et bel hommage à une mère simple et musicienne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tisseuse : Mon père était Stéphanois, ma mère violoniste, pas étonnant qu'ils se soient rencontrés !!!

      Supprimer
    2. mes 2 parents étaient stéphanois, mon père musicien-mélomane et ma mère aimant la musique :)

      Supprimer
    3. mon père Stéphanois descendant de Ritals, ma mère Parigotte de 7 générations !

      Supprimer
  4. Arpenteur d'étoiles29 juin 2017 à 15:24

    une vraie merveille : l'été, les enfants, la musique et des souvenirs d'enfance impérissable
    et je connais très bien l'Auvergne (comme toute la France d'ailleurs)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auvergne, ses montagnes douces, ses forêts, les lacs dormant au fond des cratères, ce doit être la vieillerie j'évoque de plus en plus le passé ! ];-D

      Supprimer
    2. Arpenteur d'étoiles29 juin 2017 à 18:38

      et le Lac de Pavin sublime, entre Besse et super Besse !!

      Supprimer
    3. Le lac Pavin, en 1962 le cantonnier en charge du secteur nous avait préparé des truites de son vivier (pêchées dans le lac œuf corse)je m'en souviens encore ! ];-D

      Supprimer
  5. Bravo pour cette belle évocation d'une enfance aux joies simples et de cette jolie maman créatrice de bonheur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Végas :Des petits morceaux de bonheur qui finissent par faire un joli collier. ];-D

      Supprimer
  6. C'est tout ton récit qui est léger comme un arpège ou un ruisseau

    RépondreSupprimer
  7. Ton souvenir d'enfance est tellement bien décrit que l'on n'a aucune peine à imaginer cette belle journée d'été dans la fraîcheur du ruisseau et de votre jeunesse.
    Quel plus bel hommage peut-on rendre à la nature qu'à travers la musique ? Ta maman, très sensible sans doute, le savait mieux que personne.
    Ce texte différent me touche beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marité : Sensible sans doute, mais elle ne le montrait pas, elle avait la pudeur des sentiments, seule la musique la trahissait, elle avait choisi le violon, sans doute l'instrument le plus difficile à maîtriser.

      Supprimer
  8. Cher Andiamo : J'ai été élevée, comme beaucoup d'enfants de notre génération, dans la pudeur des sentiments. Il en reste des traces indélébiles et quelquefois cela m'étouffe de ne pas pouvoir dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marité : C'est ainsi Marité, on nous disait à nous les garçons : "un garçon ça ne pleure pas", j'ai bien retenu la leçon, je ne sais pas pleurer ! ];-D

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".