lundi 5 juin 2017

Bricabrac - Né quelque part

Paramnésie

Je suis né quelque part à Tonnerre
De là me vient mon goût des orages
Des éclairs et des coups de foudre

Je suis né quelque part à Sol
À moins que ce ne fût à Pluie ou Vent
Un jour de pluviôse ou ventôse
J’en gardai une inclination
Aux jeux du temps et des saisons

Je suis né quelque part à Disiaque
J’y acquis l’amour des oiseaux
Disparus l’oiseau vert et le tec-tec
La zirondel des Mascareignes
Leurs tombes sont sous les fougères
Des arbres de la forêt primaire
Bois carotte bois perroquet
Bois de cœur bleu ti bois de senteur

Je suis né quelque part à Noïa
Maintenant je m’en souviens
C’était quelque part à Guay
Sur les rivages du Paraná
Avant mon exil à Paris

12 commentaires:

  1. Enfin tu as trouvé le Graal ... Paris le plus beau village du mononononde !];-D

    RépondreSupprimer
  2. intéressants jeux de mots qui te permettent de camper des atmosphères bien marquées dans chacune de tes strophes où tu nous livres ta meilleure part :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai volontiers participé, puisque j'étais dans les parages (qui ne protègent pas, malheureusement, contre le vieillissement, de même que les parapets ne prémunissent pas contre... mais je m'égare)

      Supprimer
  3. L'essentiel est de ne pas être né bancal à Hambourg ! ;-)
    J'ai bien aimé cette déclinaison poétique, surtout le couplet des oiseaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 24 heures pile ! J'aurai mis 24 heures pour comprendre ton commentaire !
      Mais quel plaisir, ensuite

      Supprimer
  4. Viens, on part à Lèle
    Pour arrondir les angles
    et prendre la tangente

    Viens on part à Chute
    pour voler dans les airs
    et embrasser les mouettes

    Viens on part à Fine
    allumer des chandelles
    comme des petits soleils

    Viens on part à Bol
    pour boire du chocolat
    en riant aux éclats

    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as l'art de me faire, en commentaire, des présents parallélépipédiques (paradisiaques eut mieux convenu, mais pas de chance, c'était déjà pris)

      Supprimer
    2. si je peux ouvrir une part en thèse : vous êtes sur la même pente ! à part :)

      Supprimer
    3. Hé hé ! bien vu !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. La particularité de la parturiente auteure de tes jours est d'avoir joué sa partition partout. On ne sait pas si tu existes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu savais comme ton doute est fondé !

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".