mardi 13 juin 2017

Jérôme - Une nuit gourmande

Un ciel de neige.
Un arbre gris.
Un maigre corbeau noir, perché.
Trop haut pour le maigre renard blanc – encore plus maigre que le corbeau – qui, au pied de l’arbre, fixe l’oiseau et lui lance un regard noir.
Une envie de rôti de corbeau lui tenaille le ventre.
Il a si faim qu’à défaut, même du fromage blanc et du pain bis feraient son affaire.
Las, le maigre renard s’enroule autour de la faim grise qui mord son ventre blanc et ferme un instant ses yeux noirs.
Voilà que derrière ses paupières, le corbeau grandit dans le ciel gris ; et que de ses ailes naît une vaste nuit noire percée d’étoiles – les miettes de pain bis ? – où roule une haute lune ronde et crémeuse.
Mais trop haute, bien trop haute pour le renard.
À quoi servirait de se plaindre ?
Il préfère rêver un matin vert et roux, orné d’un soleil jaune et d’un vrai repas chaud – pas du fromage blanc ou du pain bis, mais un vrai repas de renard avec trois entrées et quatre plats fumants, viandes rouges, pot-au-feu où nagent de mauves navets et des carottes oranges, chapelet de saucisses roses, et puis du pain doré, du vin rubis, un plateau de fromages bleus, des raisons verts ; et encore des pistaches, des tartes fauves et des compotes de fruits incarnats – ; un repas si copieux qu’il le partage volontiers avec le corbeau.
Passe la nuit noire.
Vient le matin gris.
Le renard blanc ouvre l’œil.
Que voit-il ? Un ciel de glace, un arbre gris.
Mais plus de corbeau : envolé, le piaf noir !
Plus maigre encore que la veille, le renard jure, mais un peu tard.

Où lire Jérôme

9 commentaires:

  1. Et si sur l'arbre perché il y avait un renard ? Hein ? Juan della Fuente ? Hein ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maitre renard sur un arbre perché ? Il n'aurait pas le vertige ?
      Vomirait tout son fromage ?
      Plif plouf dans l'eau de la fontaine ?

      heu...:)
      jérôme

      Supprimer
  2. La nuit est un corbeau, la Lune est fromage et le renard un SDF qui crève la dalle ! La Fontaine des fables réinventée à la sauce de la modernité ! Bravo !

    RépondreSupprimer
  3. Les fables revisitées, une vrai régal !
    avec le sourire

    RépondreSupprimer
  4. très bien imagé, pour nous décrire ces nuits qui peuvent mordre les ventres :(

    RépondreSupprimer
  5. Moi aussi, comme un renard maigre, je rêve en couleurs. Tiens, cette fable multicolore m'a ouvert l'appétit

    RépondreSupprimer
  6. Joli coup de maître cette réécriture. Pas facile de marcher dans les hauts-de-chausse de la Fontaine...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  7. Arpenteur d'étoiles16 juin 2017 à 15:13

    une fable étonnante, j'aime le renard et le corbeau (et le com' de Joe Krapov)
    en tout cas : Bravo !!

    RépondreSupprimer
  8. Tel est pris qui croyait prendre ! Succulente cette fable revisitée.

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".