vendredi 10 avril 2015

Tiniak - La délicatesse des liaisons

FRAGILE ITE

Quelles soient parades fiévreuses...
secrètement libidineuses...
elles traversent nos destins
avec la rondeur du bon pain
l'âpre goût d'un sourire amer
la puissance qui meut les mers
et l’œil profond qui pleut laiton d'un ciel sans fin

Elles conservent malgré nous
les liens qui nous serrent le cou
Elles chantent...
"Viens à nous dès que ça te tente !"
moquent les nœuds à nos mouchoirs
où s'égaillera des espoirs
l'accord mineur où l'heure est déjà sur la pente

Des cailloux s'enfilent par là
avec des regrets d'Etretat
de Falaise..
et d'autres - de Bagnols s/Cèze ?
Ils prient vers un Petit Poucet
qui s'est attardé en forêt
et s'en serait - bottes fourrées ! trouvé fort aise

Une brindille fend leur toile
Une main trop ferme les brise
Un rire niais les fragilise
Elles étouffent sous le voile

Une larme les fait craquer
Un éclat de voix les ravage
Une caresse déplacée
rend impossible aucun hommage

Nulle, chanson !
quand s'oublie la délicatesse des liaisons 


Où ronger ses brindilles

10 commentaires:

  1. Toujours de belles images semées comme cailloux de Poucet au fil de tes rimes... délicates, ami Tiniak

    RépondreSupprimer
  2. Chante ! Chante ! C'est... toujours entre deux eaux, mais enveloppé d'une singulière jubilation musicale qui console... des mystères qui, de partout, décollent !!! :p #winkFirst
    (allez, tu liras tout ça de nouveau bientôt chez toi, tranquille, va).

    RépondreSupprimer
  3. Ah ! je t'attendais, ami Tiniak, sur ce thème que j'avais pensé fait pour ta poésie
    et je ne m'étais pas trompée :)
    j'apprécie même que tes vers soient plus simples pour cette délicatesse là

    RépondreSupprimer
  4. ouais... une plume particulière, qui ne s'en laisse pas imposer. Un univers souvent impénétrable pour qui s'y frotte... ;o) Un texte à retenir dans nos cahiers. C'est du pur Niak ! Et un gros merci pour Le Tone, Tiniak

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Je suis une proche amie de tiniak. Il rencontre quelques difficultés, disons : techniques.. mais il revient vers vous très vite (dès demain, sans doute).
      Et il a déjà connaissance de votre (vos) commentaire(s) ;)

      Supprimer
    2. "...qui pleut laiton..."
      #JeKiffeTropMesCopsDuWeb, mais toi !...
      Comme tu l'as si bien dit : "...La poésie doit inviter quiconque à s'asseoir et prendre le temps d'entendre, en conservant une écoute - mais accessoire, ou périphérique... Et, surtout ! Elle doit donner envie de se laisser heurter par son mystère, parce qu'il va nous travailler l'âme avec son goût de Reviens-y..." ;) ♥ ! =

      Supprimer
  5. Délicate " FRAGILE ITE " : subtil choix des mots, musicalité, images, forme. Beau tableau.

    RépondreSupprimer
  6. Talent de béton, choix des mots qui frappent qui parlent qui sonnent, humour délicat : bravo.

    RépondreSupprimer
  7. L'Arpenteur d'étoiles12 avril 2015 à 22:43

    cher Tiniak tu es un mystérieux alchimiste de la poLésie et dans ton athanor secret se forment des pépites de grand œuvre ... avec toujours en plus quelques clins d’œil (des regrets d'Etretat, de Falaise ... :o) )
    et j'ai beaucoup aimé la vidéo que tu nous proposes !

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".