lundi 16 janvier 2017

Andiamo - Le doigt sur l'interrupteur

Le buzzer insiste… BZZZZ BZZZZZ BZZZZZ !

- Déjà ? Oh non ! Allez, encore une petite minute….
Le doigt sur l'interrupteur, Mireille allume le petit soleil de la lampe familière. Merde, un quart d’heure ! Je me suis rendormie un quart d’heure !
Elle est debout, bien réveillée cette fois, les pieds dans ses petites mules bordeaux, un peu usées mais tellement confortables !
Après le passage obligé aux toilettes, qui fait cesser le balancement d’un pied sur l’autre, Mireille est dans la cuisine, l’eau dans la cafetière, le café moulu dans le filtre, le bouton sur : « ON ». Elle sort deux bols, deux cuillers à café de « Nesquick », les petits pains au lait bien en évidence, le gros pot de Nutella, les biscottes pour elle.
Régis est déjà parti : aujourd’hui, il avait rendez-vous à Marseille. Un contrat très important pour sa société, un nouveau logiciel de gestion « ré-vo-lu-ti-on-nai-REU » lui a-t-il dit hier soir, en souriant. « Je devrais prendre le T.G.V à sept heures, gare de Lyon, je me lèverai de bonne heure ». Dors tranquillement, mets ton réveil, je partirai sur la pointe des pieds.
Mireille est sous la douche, tiède d’abord, puis… trois secondes d’eau glacée : c’est long trois secondes parfois…

Habillée à la hâte d’un pantalon gris clair et d’un col roulé en jersey bordeaux, elle entre doucement dans la chambre de Roselyne, se penche sur le lit de la fillette :
- Debout mon ange, il est l’heure !
- MMMHHH…
- Allons, debout Princesse, nous sommes déjà en retard !
- B’jour M’man.
- Bonjour mon cœur.
Un gros poutou qui claque, Roselyne est debout.
Une jolie fillette de sept ans, longs cheveux châtains, un joli visage : copié-collé sa Maman, leur dit-on chaque fois qu’elles sont ensemble !
Mireille a laissé Roselyne s’habiller, puis elle est allée dans la chambre contiguë.
- Bonjour mon Pierre ! On se lève, on quitte son joli rêve : le chocolat t’attend !
Une tête frisée sort de la couette imprimée d’un énorme OUI-OUI.
- Bonzou Manman !
- Bonjour mon chéri, bien dodo ?
- Voui.
Le café est passé, Mireille porte dans ses bras le petit Pierre, âgé de trois ans, le pouce dans la bouche, sa main libre « tournicote » une boucle de ses jolis cheveux blonds.
Elle l’assied devant la table, puis verse le lait chaud dans les bols, « touille » afin de dissoudre le chocolat.
Elle reste debout, sa tasse de café dans une main, dans l’autre une biscotte qui craque sous la dent.
Son petit déjeuner avalé, elle houspille un peu les enfants : le déjeuner traîne trop, ils vont être en retard !
Le chemin de l’école : trois feux rouges, dix minutes, arrêt devant la porte, les klaxons des automobilistes bloqués derrière, la bise à Roselyne.
- A ce soir ma chérie !
- A ce soir M’man !

Le rouquin arrêté derrière la Twingo rouge, rouspète.
Mireille hausse les épaules, embraye, puis deuxième à droite, deux cents mètres, se gare : moitié rue moitié trottoir, descend, détache petit Pierre, le conduit jusque dans la cour de la maternelle.
- Bonjour Mademoiselle Caron, je vous laisse mon petit Pierre, je suis pressée ! A ce soir Mademoiselle !
- A ce soir Madame Fournier !
Rapide coup de volant, démarrage à dix euros, les roues patinent, le train avant « cire » un peu. Combien de fois Régis a-t-il rouspété, quand elle démarrait de la sorte ?
- Ça ne sert à rien : tu bouffes du pneu, tu flingues l’embrayage, ainsi que les cardans ! Mais va faire un cours de mécanique à une bonne femme…
Mireille souriait, le regardait, clin d’œil prometteur… Régis fondait… Comment résister ?
La banque, une petite agence de la rue de Paradis, dans le Xème arrondissement, un parking privé pour les employés, une véritable aubaine !
« Bonjour ! », lance t-elle à la cantonade en pénétrant dans « l’arrière-boutique », là où se trouvent les vestiaires. Trois employés plus le directeur, sympas, ils se connaissent depuis pas mal d’années et n’échangeraient leur place pour rien au monde, même un poste un peu plus rémunéré !
Une bonne entente entre collègues, ça vaut toutes les rallonges, se plaisent-ils à répéter… Et c’est vrai !

Dix heures trente. Dans le sas, une femme portant un enfant dans les bras, demande l’ouverture. Mireille lève la tête et appuie sur le bouton vert commandant la porte : cette dernière s’ouvre…
Alors, brusquement, un homme emboîte le pas de la jeune femme, il est armé d’un pistolet apparemment de gros calibre. La jeune femme jette à terre ce qui semblait être un bébé : ça n’est qu’un baigneur emmitouflé. A son tour, elle brandit une arme. « Les mains en l’air, connasses », hurle-t-elle !
Mireille et Liliane, sa collègue, ont lentement levé les mains. Toutes deux lisent la peur dans le regard de la femme qui les braque.
L’homme s’est approché de Liliane et lui pose le canon de son révolver sur la tempe, puis hurle à l’adresse du directeur de la petite agence :
- Toi, le dirlo, ouvre le coffre ou j’ la bute !
Mains levées, Patrick s’est avancé :
- Mais nous ne contrôlons pas l’ouverture, elle se fait à distance, justement afin d’éviter les vols.
- Ta gueule, démerde-toi ! J’veux du fric ou je la bute !
Ce disant, il a appuyé un peu plus fort le canon de son arme conte la tempe de Liliane.
- Lui faite pas d’mal, hurle Mireille !
Alors la femme qui tient l’arme se tourne brusquement vers elle :
- Ta gueule la meuf !
PAN ! Le coup est parti… La détente trop sensible ou la nervosité de la femme ? Mireille s’écroule, un filet de sang coule de son temporal gauche.
- T’es conne ! hurle l’homme, qu’est-ce que t’as fait ?
Hébétée, la femme articule : je… je….
- Allez, on s’casse ! Les keufs vont rappliquer… Dégage, nom de Dieu ! Dégage !

Le Samu, l’hôpital Saint Louis, tout proche, les urgences.
On a prévenu Régis, il a tout abandonné puis est rentré par le premier T.G.V, sa sœur est allée chercher les enfants.
Il est là, il attend dans la salle près du bloc, des heures… Enfin le chirurgien apparaît, l’air fatigué, plus de cinq heures d’intervention.
- Votre femme est vivante, mais je vous dois la vérité : le cerveau a été touché, il y aura au mieux de graves séquelles. Au pire, elle restera dans le coma !

Six mois ont passés, au début Régis venait chaque jour, puis tous les deux jours. Depuis un mois, il ne vient qu’une fois par semaine.
Ce dimanche, il regarde « sa » Mireille : mon pauvre cœur, tu ne m’entends pas, je te vois, mais où es-tu ?...

Le buzzer insiste… BZZZZ BZZZZZ BZZZZZ !
Déjà ? Oh non ! Allez, encore une petite minute…
Merde, un quart d’heure ! Je me suis rendormie un quart d’heure !
Je suis debout, bien réveillée cette fois, les pieds dans mes petites mules bordeaux, un peu usées mais tellement confortables !
Après……………..toilettes, qui fait cesser le balancement d’un pied sur l’autre ! Je suis dans la cui………………………………….. filtre, bouton sur : « ON », je sors deux bols, deux cuillers à café de Nesquick, les petits pains au lait………………….. pot de Nutella, les biscottes pour moi…
………………………..
- Debout mon ange, il est l’heure !
……………………………………
- Ta gueule la meuf ! PAN !

Tu ne m’entends pas Mireille… Tu ne penses plus à rien, ton pauvre cerveau en bouillie est mort… Que faire ? Mon Dieu que faire ?

Le buzzer insiste… BZZZZ BZZZZZ BZZZZZ !
Déjà, oh non ! Allez enc………………………..ite minute….
Merde, un quart d’heure ! Je me s……………………………..rt d’heure !
Je suis debout, bien réveillée cette fois, les pieds dans mes peti……….ules bordeaux, un peu usées mais telle………..ortables !
Après le passage obligé aux toil…………………………….. d’un pied sur l’autre ! Je suis dans la cuisine, l’ea…………………………….oulu dans le filtre, bouton sur : « ON », je sors deux bols, deux cuill……………………………………… au lait bien en évidence, le gros pot de Nutella, les bis……….. moi…
………………………..
- Debout mon ange, il est l’heure !
……………………………………
- Ta gueule la meuf ! PAN !

- Monsieur Fournier…. Voilà, je… Nous voulions mon équipe et moi vous suggérer de mettre fin à cet état. Son cerveau est mort, nous la maintenons en vie artificiellement depuis dix jours… C’est sans espoir, sa tête est vide, Monsieur Fournier, l’encéphalogramme est plat, elle est morte !

Morte ? Je suis morte ?
Le buzzer insiste… BZZZZ BZZZZZ BZZZZZ !
Déjà ? Oh non ! Allez……………e petite minute….
Merde, un quart d’heure ! Je m………….ormie un quart d’heure !
Je suis debout, bien réveillée cette fois, l………………………. mules bordeaux, un peu usées mais tellement confortables !
Après le pass……………………lettes, qui fait cesser le balancement d’un pied sur l’autre !
Je suis ………., l’eau dans la caf..re, le café moulu dans le filtre, bouton sur : « ON », je……….s, deux cuillers à café de Nesq………………ins au lait bien en évidence, le gros pot de Nut…………………..our moi… '' ………………………..
- Debout mon ange, il est l’heure !
……………………………………
- Ta gueule la meuf ! PAN !

- Débranchez-la, Docteur !

- NON, Régis ! NOOOON !
Le buzzer insiste… BZZZZ BZZZZZ BZZZZZ !
Déjà, oh non ! Allez encore un………. minute….
Merde, un quart d’he… ! Je me suis rendo…..uart d’heure !
Je suis debout, bien réve………tte fois, les pieds dans mes petites mu……..eaux, un peu us. …

Régis pose le doigt sur l' interrupteur...
CLIC !... BIIIIIIIIPPP… BIIIIIIIIIPPP… BIIIIIIIIIIPP…

Où lire Andiamo

8 commentaires:

  1. Ben, je ne m'attendais pas du tout à cette chute. Très bon. C'est une vraie nouvelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marité : On dit souvent : Pas de nouvelle bonne nouvelle, j'aurais peut-être dû m'abstenir ? ];-D

      Supprimer
  2. Interrupteur ou gâchette... on devrait interdire les doigts !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vegas sur Sarthe : Bof, si c'est un doigt de Lagavulin hein ?

      Supprimer
  3. stouf anarcochrétien
    Et à la fin dieu,qui possède aussi un Iphone interrupteur,chuchote "réveil !".
    Mireille,dont l'âme planait au dessus de la scène,réintègre la vie,elle ouvre les yeux de son corps et sa bouche parle:-Oh Régis,le roi de ma vie... t'es point à Marseille ? Et les mômes... vite, il faut les réveiller afin qu'ils aillent à l'école ! Quelle heure est-il ? 8o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Stouf : un fin alternative ? Ah les happy ends ! ];-D

      Supprimer
  4. terrible décision dans ce cas là :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tisseuse : Et sincèrement je pense que le "CLIC" final incombe à la famille, ne pas se décharger sur les médecins. Bien sûr ce sont eux qui auront donné "l"autorisation", mais le geste ultime appartient à la famille.

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".