lundi 9 janvier 2017

Andiamo - A l'ombre du figuier

TSSSS TSSSS TSSSS, dans l'air brûlant de ce mois d'Août, seulement troublé par les stridulations lancinantes des cigales, Pascal sommeille à l'ombre du figuier. Ce figuier planté une trentaine d'années plus tôt par Papet Emile.

Papet Emile, dans le village il ne parlait que de son figuier, si bien que les habitants pour se moquer un peu, mais davantage par galéjade le surnommait "Escartefigue" comme le personnage dans la pièce de Pagnol.

Elle est belle la bastide de Papet Emile, située dans l'arrière pays niçois. Depuis la fenêtre du second étage, on aperçoit la mer, sur la droite une sorte de grangette, et entre deux LE figuier. Chaque année il donne d'excellents fruits, que Mamée Célestine cuisait, sucrait afin de confectionner d'excellentes confitures, qui régalaient son "pitchou" comme elle l'appelait.

Papet est parti le premier, non pas le premier du mois ! Mais un treize Décembre, une mauvaise grippe, et Mamée n'avait que cinquante cinq ans au décès de son époux.

Une gaillarde Mamée Célestine, qui aurait pu vivre cent ans, disent encore les gens du village.

Mais qu'est ce qui lui a pris à cette vieille folle, de partir avec ce saisonnier de malheur ? On les a vus bras dessus bras dessous, prendre le car de 6 heures, ce matin de Printemps, il y a tout juste 10 ans, lui portait un grand manteau marron, et un large feutre à la "Frédéric Mistral" ont certifié le peu de témoins qui les ont vus ce matin là, elle une robe à fleurs, et un caban bleu marine. Et depuis aucune nouvelles.

Pascal se réveille, s'étire, baille bruyamment, il jette un regard vers la grangette, dans laquelle en fouinant un peu on pourrait trouver une cantine en fer, contenant un vieux pardessus marron, et un feutre à larges bords.

Une figue encore verte tombe sur le sol...
- Tiens Mamée c'est pour toi, articule Pascal en tapotant la terre amoureusement.

Où lire Andiamo

10 commentaires:

  1. Moua...ha...ha...
    C'est super marrant ton histoire...et bien glauque comme d'hab !
    L'ennui, c'est que je vais me méfier des saisonniers parce que si c'est pour finir comme ça...
    Mamée Célestine, nanméo, j't'en fich'rais, moi, de la mamée...
    Et pis d'abord les cigales ça fait pas tsss tsss tsss , ça fait crrr crrr crrr.....ça se voit qu'il n'y en a pas beaucoup à Paris... :-DDD
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peu de cigales à Paris ? Et celle du Boulevard Rochechouart c'est un hanneton peut-être ?
      Par contre j'ai accompagné le long des quais, une jolie sirène un jour...

      Supprimer
  2. C'était pas un saisonnier de Figueras ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figueras je ne sais pas, mais j'ai connu un Oliveira da Figueira... Vous aussi sans doute ];-D

      Supprimer
  3. Faut-il craindre les amours saisonnières ?... Beau texte.

    RépondreSupprimer
  4. Amours saisonnières, amours passagères, sont celles que je préfère, car généralement les coups de foudre durent plus longtemps que les passions éternelles. ];-D

    RépondreSupprimer
  5. c'est dommage qu'elle soit passée à la casserole :(

    RépondreSupprimer
  6. Tisseuse : auparavant on disait d'elle : "elle faitout"

    RépondreSupprimer
  7. Arpenteur d'étoiles13 janvier 2017 à 22:48

    voilà, j'ai enfin lu ce que tu as écrit et j'aime vraiment ... amour familial provençal et passionné ... belle imagination :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dirai que deux mots : mer ci ];-D

      Supprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".