mardi 24 janvier 2017

Célestine - J'ai rajouté un peu de sel

Cosmogonie

Au commencement, était le grand vide intersidéral, troublé seulement par l’énormité silencieuse du Rien absolu. Même pas le moindre scintillement d’un astre piquetant le noir d’encre des confins.
Chaos s’ennuyait ferme. Il errait.
Il décida d’engendrer Gaïa. Ne me demandez pas comment à lui seul il réussit ce prodige. Les Cosmogonies ne s’embarrassent pas de ce genre de détail, vous l’avez remarqué. Les choses sont, et c’est tout. A la réflexion, il s'était peut-être un tout petit fait aider par Eros, un dieu primordial en vacances dans la région mais rien n'est moins sûr.
Bref, Gaïa fut là, et avec Gaïa, Chaos s’égaya. De ses yeux jaillirent toutes les étoiles qui allumèrent les solitudes glacées pour les rendre agréables au regard. Cette belle aux yeux de brume, sculpturale caryatide aux formes généreuses, adoucit sa vie de vieux solitaire, le poursuivant d’un bout à l’autre du Cosmos, batifolant dans les nébuleuses et se battant avec lui à coup de polochon cosmique.
Chaos goûtait dans les bras de Gaïa, bien qu'elle fût virtuellement sa fille, des plaisirs interdits et subtils qui faisaient trembler l’Infini et gronder le vent sidéral.
Entre deux ébats sensuels, Gaïa inventa pour se divertir la Terre, un morceau de rocher sombre qu'elle pétrissait dans ses mains comme pour se passer les nerfs quand ils étaient en pelote.

A force de se livrer au jeu théogonique le plus vieux du monde, et que l’on appelle encore « papa-maman » dans bien des contrées ici-bas, ce qui devait arriver arriva, et Gaïa donna le jour ( et la nuit aussi ) à toute une flopée de bambins solides et superbes. Les deux premiers furent Ouranos et Pontos.

Ouranos, gros bébé joufflu comme un aquilon, fabriqua le ciel, tendit comme un velum la divine courbure azurée de la coupole céleste, et joua à y épingler, tels des papillons géants, les nuages pommelés et rosés du matin et les tourbillons d'orages tout noirs du soir.

Pontos, son frère jumeau, ne voulant pas être à la ramasse, fit l’océan immense et le peupla de bêtes visqueuses aux écailles d’or vif et d’argent, de coraux précieux comme des colliers, d’îles courbées sous le vent et de vagues hurlantes et rugissantes.
Chacun se recula pour juger de l’effet.
Les parents applaudirent devant ces merveilles boréales et australes.
Mais Pontos, apercevant le flacon de nacre dans lequel sa mère rangeait ses cristaux de bain, crut bon d’en verser le contenu dans sa mer fraîchement éclose, afin de parfaire son œuvre ...

Un bouillonnement titanesque se produisit, doublé d’un nuage de chlorure de sodium verdâtre qui amusa beaucoup le gosse.
- Qu’as-tu fait, malheureux ? Gronda Chaos.
- Qu’est-ce que c’est que ce binz ? Renchérit Gaïa.
- Oh, ça va, les vieux, j’ai rajouté un peu de sel, c’est tout…
- Tant pis, c'est fait, c'est fait. Ils auront de la tension, voilà tout conclut Chaos, impérial.

Et c’est ainsi que pour toutes les créatures vivantes qui peupleraient la Terre, l’eau douce deviendrait, par sa rareté, l’objet d’une quête vitale, rude et sans pitié qui durerait jusqu'aux confins des douze éternités. Et même encore après.

16 commentaires:

  1. Il a rajouté du sel ? Nous avons échappé au pire, ça aurait pu être ses selles ! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les dieux antiques avaient du savoir vivre...contrairement à certains gougnafiers actuels...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. J'ai été subjugué par l'Histoire des astres avec un grand H (et une grande salière)
    Ton récit ne manque pas de sel, Cel :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une très grande salière...mais ce sont les frères des Titans, ne l'oublions pas !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. j'aime énormément la façon dont tu nous réécris cette cosmogonie primordiale :)
    et tout comme Chaos, tu m'a égayée !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était le but, Tisseuse ! je suis ravie ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. stouf royale
    -Vous m'avez égayer monsieur ! Dit monsieur, frère du roi Louis le 14ième à Molière. Il lui adjoint alors une dote afin de contenter sa troupe et lui donna libre accés à la comédie française où il créa "la malade imaginaire".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci son altesse est trop bonne !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Hé hé !
      Bien vu, Chri...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Une autre façon poétique et amusante de voir la Création !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'avoue, il en est de moins amusantes...
      Mais elles ne concouraient pas pour les Impromptus !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Cosmogonie "éblouissante" et réjouissante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Lira. Je suis touchée.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Notre Dame de la Revisitation !
    #mohoho, qu'est-ce qu'on se marre, hein ? (d'eau douce, bien sûr), tsi hi ! :D

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".