jeudi 19 janvier 2017

Georgia - Le doigt sur l'interrupteur

Le café

Il posa son doigt sur l'interrupteur.
La petite lumière rouge et le ronronnement de la cafetière répondirent à son geste.
Il sourit franchement.

Quand il est arrivé dans ce bureau, on y faisait le café tout les matins. Tout le monde se retrouvait vers onze heures pour boire une eau chaude, café, thé ou infusion ; on papotait, on riait. Tout n'était pas rose au boulot, loin de là, mais l'équipe se serrait les coudes.
Du temps a passé. Changement de chefs. Transition dure. Tout le monde en a pris pour son grade, individuellement. On a arrêté d'allumer la cafetière le matin, parce que le café finissait dans l'évier : chacun buvait nerveusement de l'instantané dans son coin. Il s'est dit que c'était dommage, mais que c'était comme ça, il faudrait bien faire avec. Ou plutôt sans.

Pourtant après des mois très pénibles, ses collègues ont recommencé à se parler. Doucement au début, quelques phrases le matin là où il n'y avait plus qu'un "bonjour, ça va" qui n'attendait pas de réponse. Puis, à la faveur de l'embauche d'une personne joyeuse, les fous rires sont revenus. Enfin, un jour, "pourquoi on ne se sert plus de la cafetière, au fait ?"
Il regarda le café couler. Les collègues viendraient bientôt le partager.

Où lire Georgia

10 commentaires:

  1. Le café du matin... Entrain !
    Thé à 4 heures ... Bonheur ];-D
    Ces riens qui font que les journées deviennent supportables.

    RépondreSupprimer
  2. ces "riens" qui font des "plus" pour la convivialité au travail :)

    bienvenue chez les Impromptus, Georgia

    RépondreSupprimer
  3. Le meilleur déclencheur c'est encore le sourire pour rétablir le contact :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et bienvenue aux Impromptus Littéraires, Georgia !

      Supprimer
  4. Les chroniques du café du matin; intéressant. ;)

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour la bienvenue ! Pascal, vous ne croyez pas si bien dire, j'ai écrit toute une série sur le café à une époque. :-)

    RépondreSupprimer
  6. Il suffit parfois d'une seule personne pour changer l'atmosphère - en bien ou en mal - au sein d'une équipe. Bien vu l'interrupteur...de la cafetière ! :)

    RépondreSupprimer
  7. Pourquoi crois-tu que je mets toujours en sourire en commentaires mon cher Vegas ?
    avec le sourire

    RépondreSupprimer
  8. Les Anglais résolvent leur soucis avec du thé ! Mais je préfère largement ton café..
    avec le sourire

    RépondreSupprimer
  9. Cet interrupteur là n'enclenche pas qu'un passage d'eau sur une poudre noire !! Bien vu.

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".