jeudi 5 janvier 2017

Jacques - La dynamique des verres à pied

"hmmm..."
Il sent bon.
Je fais tourner le porto blanc dans le petit verre à pied que le serveur a posé devant moi. Je souris.
Nous trinquons à l'Algarve déjà bien loin, aux minuscules flocons qui volettent derrière les baies vitrées de ce restaurant chic, mais sobre.

Nous avons échoué là, en ce soir de réveillon de la Saint Sylvestre, un peu par hasard, ayant réagi trop tard pour nos habitudes qui affichent complet depuis longtemps.

Le liquide clair, un peu ambré, danse élégamment dans la lumière douce. C'est un restaurant d'affaires, dans un hôtel Hyatt ou Marriott ou Hilton, peu importe, qui c'est mis sur son trente-et-un pour deux douzaines de tablées. Certains, qui assurent un repas raisonnablement gastronomique avant de rejoindre une fête ailleurs, sont plus avancés que nous dans leur menu. Il y a des étrangers, comme ces deux étasuniens à quelques décimètres de moi, en vacances à Paris mais aussi peu prévoyants que nous, qui oseront les champzilaiziz plus tard.

J'observe du coin de l'œil le mouvement du vin, un rouge épais, lorsque la femme en boit une gorgée, le liquide qui reprend son assiette vers le repos lorsqu'elle le repose. Le petit choc du verre à pied sur la table se propage tel une onde de cavitation, fugitive, souvenir éphémère du geste.

J'ai reposé mon verre en souriant.
"Qu'est-ce donc qui t'amuse ?"
J'ai réfléchi.
"Une vieille histoire..."
"Que je connais ?"
J'ai joué quelques instants de mon téléphone, avant de répondre:
"Je ne crois pas. C'était en septembre 2006, le 16. Les Impromptus étaient encore en version 2.0. Dix ans et trois mois, et je suis toujours autant fasciné par la dynamique des verres à pied."

Où lire Jacques

4 commentaires:

  1. mais oui, je viens de relire les textes de cette époque, et tu avais écrit un texte pour ce thème là
    je vous lisais tous dans ces temps, n'osant pas encore envoyer mon premier texte, tremblante de me voir refuser :)

    c'est sympa que tu ais fait ce clin d’œil par ton texte d'aujourd'hui :)
    très bonne décennie d'écriture ici, Jacques !

    RépondreSupprimer
  2. Arpenteur d'étoiles5 janvier 2017 à 14:49

    et oui Jacques, je suis en phase avec Tisseuse et je suis ravi que tu continuent chez nous (Coitus Impromptus ... un beau titre de page littéraire :o) )

    RépondreSupprimer
  3. Un texte en écho à un précédent de 10 ans! "hmmm..." J'adore!

    RépondreSupprimer
  4. Et je crois me souvenir d'être à l'origine de cette idée (mais sans garantie) :D

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".