mercredi 11 janvier 2017

Jacques - A l'ombre du figuier

Sous le figuier

Il fait chaud.
De cette chaleur lourde, collante, avec cet air poisseux de la ville quand le Mistral aux abonnés absents laisse l'évaporation marine se mêler à la pollution des véhicules et des usines qui n'ont pas encore ralenti leur activité.

C'est juillet et Marseille suffoque.
C'est juillet et je m'ennuie un peu. L'ombre des arbres du jardin ne tient pas ses promesses, et sous les figuiers, les vapeurs de sève, les effluves pesamment suaves des fruits en décomposition rendent étouffante l'ombre épaisse dans laquelle je me suis laissé leurrer.
Il fait chaud, même les lézards cherchent l'ombre.

La dernière des poules de ma grand-mère dodeline, abrutie au-delà de sa condition de gallinacé sous des rejets du figuier que le grillage n'a pas dissuadé de poursuivre son projet impérialiste.

Pourtant, sous le figuier, lui-même dissimulé par une haie chaotique de lauriers et un bosquet d'acacias, j'ai mon repaire, à l'abri des regards.
Je serais certainement bien mieux dans la fraîcheur de la maison, derrière les murs épais et les persiennes closes, un bon bouquin à la main.

Et pourtant, je traîne là, caché, oublié et heureux de l'être, dans le temps suspendu des premiers jours des vacances scolaires, bricolant au gré de quelques idées avec de vieux outils et quelques clous rouillés.

Je n'ai de compte à rendre à personne.
Je peux même croire que je suis libre, sous ce figuier...

Où lire Jacques

6 commentaires:

  1. Dans l'étouffante atmosphère des vacances, un abri végétal pour un jeune Robinson rêveur... et bricoleur. Joli texte Jacques Crusoë

    RépondreSupprimer
  2. Auprès de ton arbre tu vivais heureux,
    Pourquoi ? Mais pourquoi tu l'as quitté nom de Dieu ! ];-D

    RépondreSupprimer
  3. c'est si doux de s'ennuyer à l'ombre des figuiers...

    RépondreSupprimer
  4. Toute la fraîcheur de l'enfance dans la chaleur étouffante de l'été. Beau texte.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai la même pulsion d'enfance quand je cours me cacher au fond du jardin...
    Pour être libre, et seule.
    Merci pour ce beau texte.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  6. Arpenteur d'étoiles13 janvier 2017 à 23:20

    je fus aussi enfant sous un cerisier énorme dans le jardin et je rêvais d'ailleurs, comme toi sous le figuier parfumé, dans un été chaud, libre, libre ...

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".