mardi 10 janvier 2017

Stouf - A l'ombre du figuier

Je me souviens de ce jour de grand vent sur l' ile de Batz, au siècle dernier en 19.. zut, m'en souviens point ( y en a marre de cet Al Zeimer, qui me guette chaque jours et me dit «oublie grand con, oublie ! » 8:)).

Le soleil brillait et les embruns exaltaient nos sens, à la jeune replète Annick et moi le maigrichon, nous étions biens jeunes, plein d'entrain pour les choses de la vie et avions quelque-peu fuguer afin de nous retrouver chez une tente canadienne de 2m30 sur 1m5O qui nous hébergeait gentiment.

Un gros rocher du nom de Ker ar Bleiz et son pote improbable le figuier nous faisaient une hombre propice et nous protégeaient de ce satané Avel.

Ah Diar ! J'avais perdu mon couteau pour couper le sauciflard, un piquet s'en alla dans un autre pays (le sheitan ) et le matelas pneumatique était crevé, ça commençait mal.

A ce moment là, Annick me prit la tête entre ses deux douces mains et me dit – N'eo ket strikt ( c'est pas grave ) et d'un coup je déstressais complètement.

La suite ne vous regarde absolument pas mais je peux vous dire que ce fut vraiment très bien et que pour nous deux c'était la toute première fois.

Par la suite, je retrouvais mon chlasse et fit l'important en découpant le pemoc'h.

Mes yeux ne quittaient plus ceux d'Annick et le satané Avel avait beau encore et toujours faire des siennes, le soleil brillait encore plus et le rocher du loup et le figuier nous protégeaient encore et encore.

AH AH AH, pour le mots bretons que vous n'avez pas compris... débrouillez vous ! ;o)

13 commentaires:

  1. As tu chanté haut et fort afin de glorifier tes exploits, le "BRO GOZ MA ZADOU" ? Face au rocher "Gorlebella" sous l'œil unique et bienveillant de La Vieille ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah... Breiz n'est pas vraiment ma bro, ch'ui plutôt galleg et le phare de la vieille j'ai biensure été le voir tout bihan avec mam goz de St Thégonnec et l'oncle Louis de Brest. ;o)

      Supprimer
  2. Dans ce genre d'histoire, pas besoin de traduction...c'est comme en amour, on parle avec les mains.
    Jolie ta première fois, Stouf. Elle a le goût des embruns et du varech.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. stouf dragueur ;o)
      Holaaa chère Célestine, tu m'intéresses ! Serais tu masseuse ?

      Supprimer
    2. Bien sûr ! il paraît que je masse très bien, d'ailleurs !

      Supprimer
  3. Quand on perd son couteau on ne peut compter que sur soi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. stouf qu'a fait son service militaire
      Je vois que j'ai ici affaire à un homme qui sait de quoi on cause entre hommes ! ;o)

      Supprimer
  4. stouf qui se souvient du son et de l'odeur
    Ah corre... j'aurais du mettre cette vidéo là dans le texte.

    RépondreSupprimer
  5. "Jamais de la vie
    On ne l'oubliera
    La première fille
    Qu'on a pris dans ces bras"
    chantait le grand Georges... Cette chanson m'est venue à l'esprit en lisant ton texte.

    RépondreSupprimer
  6. stouf anar qu'aime bien les chanteurs anars
    Et la dernière, la femme de sa vie (Joha Heiman Püppchen) qui lui inspira, entre autre, la chanson où il parle de se faire tout petit devant une poupé (je crois qu'en allemand Püppchen voudrait dire jolie poupé mais j'en suis pas certain). ;o)

    RépondreSupprimer
  7. Arpenteur d'étoiles13 janvier 2017 à 23:05

    le premier amour fort bien raconté
    et puis perdre son couteau peut tout changer dans la vie et l'aventure :o))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. stouf voyageur aventurier
      Bien dit l'Arpenteur, figure toi qu'un jour au LAOS dans la jungle v'la pas une araignée géante qui me regarde droit dans les yeux (à 50 centimêtres à peu prés) et... ;o)

      Supprimer
    2. stouf qui continue
      y a une mouette perchée sur le rocher qui me fait "mouette mouette !" et je comprend trés bien le language mouette.
      D'un seul coup je demande à Annick si un tour dans mon Yachtdeluxe-cayak-de-mer la tente,vu que c'est un deux places. Elle me dit qu'elle a unpeu peur mais qu'elle aime cela.
      Boon... on se casse vite fait et tout en pagayant de droite et de gauche comme un ouf, je mate à l'arrière et vois les trois gendarmes qui nous regardent partir au loin. Ouf !
      Au bout d'une heure nous sommes en vue des côtes angloises (comment ça c'est impossible techniquement ?) et mon ami John Lennon est justement entrain de ramasser des crustacés dans les rochers (à Bath).
      -Hello John ! Dis-je.
      -Hello stouf, who's that charming girl (qui est cette belle fille) ?
      -C'est Annick, elle fait ma vie vie meilleur !
      -Well ! Dit-il, I will do a song for her but his name will be Jude (je vais faire une chanson mais son nom sera Jude).
      -Oh, ta gueule !
      Du coup Annick semble quelque peut disturbe par la tension athmosphérique et prend la pagaie et rame de droite et de gauche. J' l'adore.
      Une autre plage unpeu plus loin, au dessus dans la colline il y a un chalet en bois et... par la fenêtre de la salle de bain Annick me voit.
      -stouf ! Me dit-elle, c'est qui la minette avec un cheveu blanc dans la salle de bain là-haut,t'es tout nu en plus !
      -Hein, quoi ? Mais enfin, premier amour de ma vie, mais je suis là dans le cayack avec toi.
      -Oh ta gueule ! me dit Annick, qui disparait tout à coup.
      En définitif... fait iech les meufs et ch'uis pas psy pour rien. ;o)

      Supprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".