mercredi 18 janvier 2017

Tiniak - Le doigt sur l'interrupteur

A Vegas-sur-Sarthe
Clic!

Et puis t'il y eut la mort du Chien
au p'tit matin
son drame
(celui de ravager de flammes, la nuitée)
d'amorcer la neuve journée
mais l'air de rien
mains dans ses poches de brouillard
disant : "maintenant, c'est plus tard"
Ah, dieu ! Peu l'âge
quand il n'est, âpre et tout, question
que de s'aimer, entiers, le cul nu sur la plage
encore, au bord de ses tréfonds

Le chien ? Mais si ! Tu te rappelles
comme il allumait les poubelles
d'un seul aboi
pour feu de joie
Qu'ça brillait fort durant la nuit
jusqu'aux rivages des Inuit
le vent du nord gonflant les focs
et sa chanson - connue défroque !
du marais
Ho, ho ! Pardon...
Point de Marais, mais bien plutôt du Jean Sablon

Claque !

Et puis t'il y eut la belle odeur
d'un cent de fleurs
leur âme
(la seule qu'adoube les femmes à ravir)
exaltante et près... t'à frémir !
mais sans douleur
les yeux engourdis de "...Mens, songe !..."
priant : "Qu'on me donne une éponge !"
Et merde, quoi !
Ce bouquet, c'est du lourd (saynète !)
que de s'aimer, entiers, sans profession de foi
lents sur les traces de Hamlet

L'odeur ? Mais si ! Tu t'en souviens
Elle importait, tu sais... du chien
la confiture
tellement sûre
qu'ça puait fort, la nuit durant
(à vous gaver les graves gens !)
ses vents perdus sous les braguettes
sans moyen de lever la tête
et jurer
Ha, ha ! Coriace...
Mais prompt fumet n'est certes pas une menace

Clic !

Et puis t'il y eut ce bel instant
(Cybèle ! ardent...)
du besoin de suspendre l'heure
où z'elle m'invita, doigt sur l'interrupteur
cachant encore un peu ses formes
(rien que de douillet, rien d'énorme...)
Et ce fut bientôt lumineux
quand se fit l'ombre sur nos corps libidineux
caresse intime, souffles brefs...
Et confession sur l'oreiller
"Je n'ai pas payé l'EDF"

Claque ?

Où prendre ces clics pour des claques

6 commentaires:

  1. Du grand Tiniak, poLétique et clair-obscur, à s'en vautrer sur les clic-clacs :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :) Votre plaisir fait le mien, old fellow ;)

      Supprimer
  2. je n'ai pas tout suivi sur ce coup là, mais la chute est cocasse :)

    RépondreSupprimer
  3. Intraduisible pour ma comprenette, certainement aussi jubilatoire que masturbatoire; à lire, seulement avec deux grammes dans le cornet... ;)

    RépondreSupprimer
  4. Claque : je n'ai pas cherché à comprendre mais, comme Tisseuse, je trouve la chute jubilatoire.

    RépondreSupprimer
  5. stouf troposphèrique
    Tu te rends compte... un cumulo-nimbus moyen représente une surface de 1 000 km3 avec une densité d'eau de 0,8 g/m3. Le cumulo-nimbus pèse donc 800 000 tonnes. Ouaaah... vive la gravité ( et EDF et Aréva biensure. Crotte, je n'ai pas encore payé ma facture de Janvier 2017... pourvus qu'il n'arrive rien ! ).

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont précieux. Nous chercherons toujours à favoriser ces échanges et leur bienveillance.

Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".