mardi 17 janvier 2017

Vegas sur sarthe - Le doigt sur l'interrupteur

Compte à rebours

Hésitant, il posa son doigt sur l'interrupteur.
Il réalisa qu'il suffisait d'une banale pression de l'index, vingt grammes tout au plus pour provoquer la bascule d'une maigre pièce de laiton entre deux contacts dorés et lancer la machine infernale.
Pourquoi tant d'hésitation alors que les amerloques l'avaient inventée au XIXème siècle et continuaient d'en abuser malgré ses détracteurs; ça devait être une bonne chose.
Bien sûr il y avait eu des ratés au début, des expériences malheureuses qu'on avait vite enterrées, passées sous silence mais il en était de même pour toutes les inventions; le modernisme – cette machine à aller toujours plus vite – est à ce prix.

Et si le compteur électrique était sous-dimensionné, s'il allait faire disjoncter tout l'immeuble ou inquiéter le voisinage par quelque odeur suspecte?
Il avait songé un moment à acheter un groupe électrogène mais le bruit aurait alerté tout l'immeuble. Il se souhaita bonne chance, vérifia pour la dixième fois que la porte était bien fermée.
Après tout ce n'était qu'un essai à vide et personne n'en souffrirait à part son amour-propre.
Comment avait-on fait depuis des siècles sans la machine?
Il ne fallait plus y penser, tourner la page des années noires où tant d'autres l'avaient fait qui dans sa cave, qui dans son cellier avant de s'américaniser !
Son index commençait à s'ankyloser... il fallait en finir une bonne fois pour toutes ou changer de doigt le temps d'y réfléchir encore.

Il allait essayer juste deux minutes en mode rapide pour voir et puis il arrêterait tout.
Certains disaient que deux minutes ce n'était pas suffisant et qu'il leur semblait que ça remuait encore après.
De toute manière si ça sentait le brûlé il n'insisterait pas. A quoi bon faire souffrir la machine et risquer l'irréparable.
Si les réparateurs étaient rares c'est sans doute parce que ça fonctionnait bien et qu'ils craignaient le chômage, alors pourquoi s'inquiéter sans raison?
Le voisin disait que même les japonais s'y étaient mis à leur tour.
Il songea que l'attaque de Perle à Rebours avait dû être un formidable champ d'expérimentation pour les bridés et que ça leur avait donné des idées.
Et s'il avait fait le mauvais choix en achetant un modèle américain?
Le premier ministre japonais ne venait-il pas de faire un geste historique devant Obama?

Amerloque ou bridé il n'entravait rien à l'épaisse notice qu'il avait remisée dans sa boîte.
Il rouvrit la porte pour mieux la refermer.
Ce qui le souciait aussi c'était le nettoyage car ça allait peut-être gicler partout... ça gicle souvent avant de figer quand c'est frais.
Il allait basculer l'interrupteur quand il reconnut le bruit de pas du voisin – monsieur Goebel – dans l'escalier.
Et soudain le bruit des bottes qui cesse, un frôlement furtif derrière sa porte puis sa voix tonitruante:”Alors, voisin? Ça marche t'y bien c'congélateur?”

9 commentaires:

  1. Ton voisin ne serait pas plutôt une voisine . Une certaine Courgette. EUH non Courjault, Véroniqie Courjault ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Véronique Courjault, née Véronique Fièvre... un nom comme ça justifie des envies de refroidissement :)

      Supprimer
  2. stouf antifa
    Pour sure qu'à la finale, le voisin goebel devait préférer le four à micro-onde.

    RépondreSupprimer
  3. Mais que veut-il donc mettre dans ce congélateur ? Je crains le pire. L'a dû être transi de peur en entendant le Germain botté derrière la porte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis fait peur moi-même, heureusement j'avais déjà la chute !

      Supprimer
  4. tu m'as vraiment fait peur, ayant pensé un moment à tellement pire... :)

    RépondreSupprimer
  5. Troisième ligne: Je pense à la Ligne Verte mais je rengaine vite cette idée. Puis je me suis laissé balader, c'était juste une histoire qui glace...

    RépondreSupprimer
  6. Oui, je me suis fait avoir par ce texte... glaçant.

    RépondreSupprimer

Nous avons décidé de ne plus autoriser aucun des commentaires qui ont pour en-tête "Anonyme", même si ces derniers sont signés en fin de commentaire, et même si leurs contenus sont conformes à nos règles de communication.
Bien que l'hébergeur Blogger propose cette possibilité de mise en ligne de commentaires, nous allons vous demander d'utiliser systématiquement un des autres choix qui vous est offert.
Si vous n'avez pas de site personnel, ni de compte Blogger, vous pouvez tout à fait commenter en cochant l'option "Nom/URL".
Il vous faut pour cela écrire votre pseudo dans "Nom", cliquer sur "Continuer", saisir votre commentaire, puis cliquer sur "Publier".